Mon cheval de bataille

roman de Delphine PESSIN

Un lit, c'est reposant. On peut y dormir. Y lire ou bien rêver. Maintenant, je sais qu'on peut aussi y mourir.

 

C’est un grand jour pour Arthur. Il assiste à un spectacle de voltige équestre, sa passion ! À sa grande surprise, l’un des chevaux, Zahir, sort du rang pour le saluer affectueusement. Ce qu’il ignore c’est que ce cheval est spécial et sait détecter les personnes malades.

Quelques jours plus tard, tout bascule : Arthur a une leucémie

 

(4e de couverture)

Mon avis :

Quand un petit garçon et sa famille se battent contre le cancer.

Ils sont deux à alterner leur point de vue sur la situation: Arthur, le malade, et sa grande sœur Viviane. L'hôpital, la chimio et ses effets secondaires, le quotidien chamboulé, la peur de la mort ("Mon frère que je trouvais insupportable jusqu'à ce qu'il tombe malade et que j'aie peur de le perdre")... Les épreuves liées à la maladie sont racontées de manière réaliste, et un peu pesante selon moi, même si la famille fait front de manière soudée ("Je suis peut-être au fond du trou mais je ne suis pas tout seul").

 

Si j'ai été touchée par les angoisses d'Arthur ("Est-ce que je retrouverai une vie normale en dehors de l'hôpital?"), j'ai trouvé le personnage de Viviane particulièrement agaçant. On comprend sa colère, son impuissance et son sentiment de solitude ("J'ai l'impression d'avoir disparu"), cependant son agressivité et ses constantes disputes avec les uns et les autres m'ont rapidement lassée. Viviane rejette systématiquement ceux qui cherchent à renouer le dialogue (ses parents, sa meilleure amie). Seul Solal, un camarade de lycée, va réussir à percer son armure.

 

J'ai également trouvé dommage qu'il ne soit pas davantage question dans ce roman d'équithérapie: ce n'est que dans les cinquante dernières pages que l'on revoit Zahir le cheval empathique, et pour une unique séance.

Le message final reste néanmoins positif puisque Viviane finira par s'expliquer et se réconcilier avec son entourage. Et puis, malgré son caractère teigneux, elle aura prouvé son attachement à son petit frère, démontrant que dans les coups durs de la vie, le plus important reste "ceux qui t'ont accompagné sur le chemin" et redonné espoir.

Patricia Deschamps, décembre 2021



 

De la même autrice

EHPAD
EHPAD
harcèlement
harcèlement
dyslexie
dyslexie

Retrouvez Takalirsa sur Facebook, Twitter, Babelio, Instagram et Youtube

- A la Une -

- Lire et relire -