Dys sur 10

roman de Delphine PESSIN

Est-ce que l'image qu'on renvoie aux autres est toujours aussi différente de ce qu'on est à l'intérieur ?

Pocket jeunesse, 2017, 189 p.
Pocket jeunesse, 2017, 189 p.

Dylan est en 4ème. Il a été diagnostiqué dyslexique et dysorthographique à l'âge de 7 ans. Concrètement, « ça veut dire que je ne fais pas bien le lien entre le mot écrit, le son et le sens. J'emmêle les lettres, je mélange les syllabes… », explique-t-il.

 

Lassé d'avoir des mauvaises notes du fait de son handicap et ce, malgré le travail qu'il fournit, Dylan a décidé, cette année, de ne pas faire connaître ses troubles dys. Mais devant son manque d'application dans l'écriture, les fautes d'orthographe incessantes, ses difficultés à lire, les professeurs le rangent dans la case «fainéant».

 

Ce à quoi il va répondre par un comportement agité, perturbateur et impertinent. Ainsi s'enclenche un cercle vicieux pour Dylan.

 

(Texte : NanouAnne25 pour babelio)

 

Mon avis :

Entre colère et détresse, le quotidien d'un adolescent handicapé par sa dyslexie.

Association Nationale des Adultes et Parents d'Enfants DYS
Association Nationale des Adultes et Parents d'Enfants DYS

"Tous les échecs à la queue leu leu, toutes les désillusions", tous les efforts vains, Dylan n'en peut plus. Alors il se rebelle à sa manière : "C'est ma technique de révolte passive. Puisque l'école me résiste, il est hors de question de collaborer"... mais c'est par un conseil de discipline que débute le roman! La première partie est donc le récit rétrospectif de tous les moments charnières qui ont mené l'adolescent dans cette situation extrême. Il explique ses premières difficultés dès l'entrée à l'école et en quoi elles consistent exactement, les stratégies mises en place tout au long des années avec l'orthophoniste et ses parents (notamment la reprise des leçons le soir), la fatigue qui en résulte, les sales notes bien qu'il "travaille dur", et surtout, le sentiment de nullité qui a grandi avec lui. 

 

Alors quand Mlle Nas, son professeur de français en cette année de 4e, lui demande de lire à voix haute devant la classe, c'est l'humiliation de trop ("J'ai honte de ma lenteur, honte de ma différence"). Déjà, à la maison, Dylan a le sentiment d'être "un minable aux yeux de mon père" ("Je ne serai jamais à la hauteur de ses espérances") et celui que sa mère a renoncé à trouver des solutions. Il y a beaucoup de non-dits entre eux trois, des quiproquo également ("Pourquoi tu ne leur parles pas?"), et les disputes entre les parents (souvent à son sujet) ne facilitent pas la communication. Dans sa classe, l'adolescent retrouve ses amis de toujours, Martin et Pauline, mais il n'est pas évident de leur avouer "cette certitude d'être un bon à rien".

 

Petit à petit, la situation va heureusement se débloquer grâce à certains enseignants. L'écoute de livres audio, l'utilisation de l'ordinateur en classe, la mémorisation kinesthésique (qui consiste à apprendre en mouvement), la participation à un atelier théâtre, un test initié par la conseillère d'orientation, une rencontre avec le professeur principal vont amener Dylan à reprendre confiance ("Je n'ai plus envie de m'apitoyer sur mon sort"). La parole se libère enfin et il prend conscience que "c'était aussi idiot de nier ma dyslexie que de la brandir au moindre échec. Elle était un obstacle bien réel, mais peut-être pas insurmontable". Les miracles n'existent pas mais désormais Dylan est plus serein et n'a plus peur d'être lui-même ("Je me sens à ma place"). Car même si le chemin est sinueux et ardu, "on arrive toujours quelque part".

Juin 2019

sur le même thème
sur le même thème
du même auteur
du même auteur

Retrouvez Takalirsa sur Facebook, Twitter, Babelio !

roman adulte
roman adulte