Pourvu que tu m'aimes

de Viviane CAMPOMAR

J'en avais assez d'être "cette pauvre enfant qui souffre de la mort de sa sœur" : je voulais juste être moi-même.

Seuil, 2010, 139 p. (Karactère(s))
Seuil, 2010, 139 p. (Karactère(s))

Mathilde a seize ans. Sa sœur Clara - belle, populaire, passionnée d'équitation - est décédée un an auparavant, écrasée par son cheval. Mais Mathilde n'en est pas malheureuse, c'est là tout son problème.

 

Elle décide de partir en pension pour fuir ses parents enfermés dans leur douleur et qui ne la voient qu'à travers le prisme de sa sœur aînée. Elle rentre tous les weekends chez sa grand-mère Mina qu'elle adore.

 

C'est avec elle - et aussi avec Jérémie, un ami de pension - qu'elle aborde ce sentiment haineux ressenti contre sa sœur... La famille parviendra-t-elle à dépasser tous ses non-dits ? 

 

(4e de couverture)

Mon avis :

Quand les relations fraternelles sont conflictuelles...

Mathilde n'a jamais aimé sa sœur : "Avec Clara, j'en avais soupé de ces manières dédaigneuses", "elle affichait la plus grande hostilité à mon égard". Le carnet trouvé, dans lequel Clara la traite de "conne" (et sa mère de "godiche"), lui confirme qu'elle n'a pas de scrupule à avoir. Elle ne s'en est d'ailleurs jamais cachée ("l'amour fraternel n'est pas un devoir"), mais maintenant que son aînée est décédée suite à une chute de cheval, "le sujet dérangeait"...

 

C'est en plongeant dans l'histoire familiale ("un passé que j'ignorais") avec sa grand-mère Mina que Mathilde va réussir à mettre des mots sur ce qu'elle ressent. Car l'adolescente comprend vite que le problème est plus profond : "Ma famille m'a paru boiteuse. Quelque chose clochait, quelque chose de tabou". Tout en partant sur la piste d'un secret familial ("Le petit" ?), elle réalise qu'on peut "se tromper en jugeant quelqu'un" (en l'occurrence Apolline qui n'est "pas si hautaine que je l'avais cru") puis elle va se débarrasser de cette colère qui l'aveugle. Son quotidien à la pension lui fera également croiser d'autres histoires de fratrie. Au final elle sera délivrée de sa culpabilité ("cette mort t'a rendu la vie plus respirable") et "la haine a disparu de mon cœur" : c'est ce qu'on appelle le pardon.

 

L'histoire se termine par la rencontre du passé et du présent ("Ce serait stupide que des générations continuent à se détester pour une ancienne tragédie...") autour d'une héroïne plus ouverte aux autres, qui renoue avec ses parents et s'ouvre à l'amour : "Tu en as fait, du travail sur toi-même, en quelques mois...", conclut Mina !

Avril 2018



Retrouvez Takalirsa sur Facebook, Twitter, Babelio !

Anaïs vous conseille
Anaïs vous conseille
thriller adulte
thriller adulte