La vitesse sur la peau

Fanny CHIARELLO

A la force de tes bras et de tes jambes, pour la première fois depuis plus d'un an, j'ai ressenti la vitesse sur ma peau.

Le Rouergue, 2016, 171 p. (doado)
Le Rouergue, 2016, 171 p. (doado)

 

Depuis que sa mère est décédée dans un accident de la circulation un an auparavant, Élina a décidé elle aussi d'arrêter de vivre. Elle se tait, ne prend plus plaisir à rien, et son périmètre s'est réduit : elle va du collège au domicile de son père, en passant par le jardin des Plantes.

 

Là, elle se met à courir, dans le sens inverse des aiguilles d'une montre, afin de remonter le temps jusqu'à ce fameux jour, jusqu'à - qui sait ?- retrouver sa mère.

 

Sur un banc, une femme en fauteuil roulant l'observe, se met à lui donner des conseils. Mais qui est donc cette mystérieuse Violette ?

Mon avis :

"Les chevaux de Raoul Dufy. Il a peint un tableau qui s'appelle "Course hippique à Deauville, le départ". Pourtant j'aurais juré que les chevaux franchissaient la ligne d'arrivée." (p.97)
"Les chevaux de Raoul Dufy. Il a peint un tableau qui s'appelle "Course hippique à Deauville, le départ". Pourtant j'aurais juré que les chevaux franchissaient la ligne d'arrivée." (p.97)

Un roman sur le deuil qui se transforme peu à peu en réflexion sur la vie.

Pour Elina comme pour les protagonistes de Aussi loin que possible, "courir est la seule chose qui me fasse du bien" : "Je vais avaler les kilomètres sous mes baskets comme je ravale les mots qui voudraient jaillir de moi". Muette depuis le décès de sa mère, elle est devenue aussi inanimée que la végétation l'entourant au Jardin des Plantes, ne prenant plus plaisir à rien : "Elle est éteinte, l'étincelle, maintenant que tu n'es plus là pour souffler sur elle ta fantaisie et ton amour de la vie". Comme le jeune héros de Courir avec des ailes de géant, la course est un moyen de se rapprocher de la personne disparue : "Courir à rebours du temps", "remonter le temps vers toi", "revenir en arrière et tout rejouer".

♪ Summerhead ♫ de Cocteau Twins "- C'est ma préférée aussi." (p.72)
♪ Summerhead ♫ de Cocteau Twins "- C'est ma préférée aussi." (p.72)

Et voilà qu'apparaît Violette, ancienne marathonienne en fauteuil roulant. Grâce à elle, Elina reprend peu à peu goût à la vie : "Violette m'a rappelé l'épaisseur des êtres humains qui m'entourent". Entre elles deux s'instaurent des conversations quasi philosophiques que l'adolescente prolonge de sa réflexion personnelle. Ainsi, à travers l'analyse de son tableau préféré de Raoul Dufy, elle se met à envisager les différentes perceptions possibles de la réalité : chacun donne à celle-ci sa propre signification en fonction de son vécu, de sa sensibilité. Violette lui fait aussi comprendre les différentes dimensions du temps, cyclique et linéaire : "Je passe la ligne d'arrivée, qui fut aussi la ligne de départ". Mais le texte évoque surtout le rôle du langage, Elina se désolant de la frivolité de la plupart des conversations, elle qui aime peser, choisir chacun des mots qu'elle emploie. Violette lui fait en effet écouter des chansons aux paroles ambiguës, ou jouant sur les sonorités jusqu'à l'absurde. Beaucoup de matière à débattre donc, dans ce récit, mais qui nécessite une certaine maturité (et de la concentration !) de la part du lecteur.

 

Au final, Violette et la course auront appris à Elina à "prendre des décisions compliquées", ainsi qu'à réaliser que "seule, je ne le suis jamais vraiment" : même si sa mère n'est plus physiquement présente, "nous sommes ensemble, en suspens dans l'infini".

Juin 2017


Retrouvez Takalirsa sur Facebook, Twitter, Babelio !

Michaël vous conseille
Michaël vous conseille
roman adulte
roman adulte