La vie est un mauvais écrivain

roman de Hadley DYER

"La vie est un mauvais écrivain", disait mon père. "Chacun de nous la réécrirait différemment s'il en avait la possibilité." 

Gallimard jeunesse, 2019, 409 p.
Gallimard jeunesse, 2019, 409 p.

Si Georgie pouvait réécrire un moment de sa vie, elle choisirait toute son année de terminale.

 

Populaire, pleine d'humour et de repartie, rien ne semblait pouvoir l'atteindre. Jusqu'à ce que, après un baiser raté, elle repousse pour la énième fois le beau Joshua qui rêve depuis toujours de sortir avec elle: au lycée, elle a désormais la réputation d'un "cœur de pierre". 

 

Et voilà qu'elle fait la connaissance d'un nouvel arrivant à Veinot, qui l'attire irrésistiblement. Mais Francis a une dizaine d'années de plus qu'elle... et il est flic.

Mon avis :

Quand une adolescente se construit à travers une histoire d'amour compliquée et précaire.

Si le résumé de ce roman peut sembler quelque peu banal, la repartie et le franc-parler de l'héroïne (qui m'a rappelé celle de Dis-moi si tu souris), teintés d'humour à froid, sont si percutants que le récit nous entraîne de manière addictive. Georgie est "vraiment sans filtre" et les dialogues sont délicieusement impertinents ("Le premier truc que tu m'as dit était drôle. Et j'avais envie d'entendre la suite."). Elle dit ce qu'elle pense ("La fille qui pouvait tout dire") et "fait l'effet d'un feu d'artifice" partout où elle passe.

 

Malgré tout, Georgie doute. Elle a "peur de ne pas être assez intelligente" pour réussir des études supérieures, et surtout "de ne jamais partir d'ici et de finir comme mes parents". Son père ("le Sergent"), qui fait partie de la Gendarmerie royale du Canada, a dû se faire amputer du pied suite à une blessure et n'est plus que l'ombre de lui-même. Son refus de tout traitement et rééducation, son laisser-aller et son attitude agressive pèsent sur l'ambiance familiale. Georgie rêve de s'inscrire dans une université lointaine pour échapper à tout ça.

 

Mais en cette année de Terminale, rien ne se présente comme prévu. Georgie se fâche avec sa petite bande, perd sa meilleure amie Lisa. Dans le phare où elle travaille après les cours, elle rencontre Francis. Elle qui n'a jamais rien ressenti pour les garçons de son âge tombe profondément amoureuse de cet homme de 29 ans sensé prendre la relève de son père. Autant dire que leur relation, illégitime, doit rester secrète... et n'est pas simple à vivre au quotidien. Ajoutons à cela un vieil homme (Rupert) dont elle prend soin le soir (ainsi que son cochon), une mère qui accepte un emploi à la pépinière parce qu'elle étouffe chez elle, ainsi que les reproches de son frère Mathew qui, en leurs absences, subit seul les sautes d'humeur du père ("Je me prends tout dans la tronche").

 

Imperceptiblement, le ton change, jusqu'à perdre son mordant. C'est la maturité nouvelle due à l'amour, diront "les sentimentaux". Effectivement l'héroïne, qui se moquait des relations de couple, en découvre la teneur. Cependant c'est un drame qui sera à l'origine de son bouleversement profond ("Je ne savais plus qui j'étais"), un drame inattendu qui déclenche sa remise en question complète dans le dernier quart du roman. Peu à peu, péniblement, la Georgie "caustique" réapparaîtra, sans pour autant redevenir la même. Après avoir joué à l'adulte, elle l'est devenue. La douleur a laissé place à une sérénité nouvelle bien que fragile, et surtout, à "l'espoir".

Patricia Deschamps, février 2020


Retrouvez Takalirsa sur Facebook, Twitter, Babelio, Instagram, Youtube !

sélection thématique
sélection thématique
Voir le lauréat
Voir le lauréat
roman adulte
roman adulte