La princesse vagabonde

manhua de Xia DA (8 tomes)

Urban China, 2015, 160 p.
Urban China, 2015, 160 p.

 

Chine, 626.

Yongning, une jeune princesse, voit sa famille massacrée par son oncle, Li Shimin, second fils de l’empereur s’emparant alors du pouvoir. Yongning n’a plus le choix : elle fuit et se déguise en marchand. Elle rejoint le gouverneur Heng Gongsun et tente d’intégrer son armée. Elle n’a qu’une idée en tête, la vengeance.

L'avis de Catherine, prof doc :

Un véritable coup de cœur !

Tout d’abord la couverture est splendide : tout en douceur, avec un trait délicat, des couleurs pastels… Une grande harmonie s’en dégage et m’a donné envie de découvrir ce manhua (bande dessinée chinoise, format comics), le premier que je lis. Je ne suis pas déçue ! L’harmonie du dessin et la délicatesse du trait se retrouve au fil des pages et l’histoire est déjà très prenante et bien lancée dans ce tome 1.

 

Les décors réalistes et somptueux de la ville ainsi que des divers paysages soutiennent un récit rythmé par des scènes d’action efficaces, au coup de crayon imparable pour illustrer la vitesse ou encore la violence. Les costumes des personnages sont dessinés avec de nombreux détails et un certain raffinement dans le mouvement. Les visages sont expressifs, pleins de charme et très différenciables les uns des autres.

Ce manhua aborde des thématiques variées : la Chine en 626, les luttes de pouvoir et les stratégies de guerre, la vie quotidienne, la place de la femme (« Je l’ai maintes fois déploré. N’étant pas un homme, il aurait été impossible à la Princesse de régner. »)

Que va-t-il advenir de cette jeune Princesse chinoise qui pour le moment est un homme aux yeux de tous ?

Octobre 2015

Mon avis : 

Les premières pages, en couleur, sont magnifiques. Puis l'on passe en noir et blanc (le livre reste un manga malgré son format intermédiaire et son sens de lecture) et le graphisme se fait plus irrégulier d'une vignette à l'autre, certaines étant minimalistes et d'autres impressionnantes de petits détails. Mais de manière générale le récit est très prenant, très rythmé, et l'on adhère d'emblée à cette jeune héroïne combattive.

 

La princesse Yongning, derrière son allure de fillette (ou plutôt de garçon, pour qui elle se fait passer), est une guerrière déterminée sachant mettre en pratique les techniques de combat apprises dans son enfance et n'ayant pas de scrupules à semer la mort sur son passage afin d'assouvir sa vengeance et reprendre le trône ("Je lèverai une armée. Je tuerai Li Shimin. Je reprendrai Chang'an"). Elle m'évoque une version adolescente de Lady Snowblood, l'héroïne de manga qui a inspiré le personnage du film Kill Bill.

 

J'ai aimé le duo qu'elle forme avec le petit "Messager magique" qui croise son chemin et devient malgré elle son disciple ("Arrête de m'appeler Maître!") tant il est admiratif de ses capacités. Yongning est par ailleurs très futée et l'on a déjà plusieurs démonstrations de la finesse de ses stratégies dans ce premier tome qui donne envie de se précipiter sur la suite!

Patricia Deschamps, décembre 2020

manga adulte
manga adulte

La princesse vagabonde, tome 2

 

La Princesse est devenue le capitaine Li Changge et a gagné la confiance du gouverneur Heng Gongsun; elle en dirige quasiment les troupes par ses conseils avisés en stratégies militaires. Ce personnage au caractère fort et bien trempé est toujours suivi du petit serviteur recueilli à Chang'an. Mais seront-ils assez forts face aux Turcs et leurs alliés ?

L'avis de Catherine :

Le coup de cœur est valable également pour ce second livre ! Je suis toujours autant charmée par ce coup de crayon à la fois harmonieux et délicat ainsi que par la puissance des détails.

Dans cet épisode on a de nombreux gros plans sur les personnages et leurs visages, peu de paysages si ce n'est des vues larges sur les villes. Les intérieurs sont dessinés de façon très précises avec force détails. Les habits sont dessinés avec soin pour faire ressortir le raffinement des étoffes.

Plusieurs cartes des lieux permettent une meilleur compréhension des stratégies à l'ouverture des chapitres. La situation m'a donc semblé plus claire, plus aisée à suivre, l'action étant également plus simple, concentrée sur la défense de la ville de Shuozou contre les Turcs.

 

Cet épisode se dénoue de façon dramatique et laisse le lecteur en grande attente de la suite. La Princesse a pu se confier à deux personnes sûres mais aux yeux du monde elle est toujours un homme.

Parviendra-t-elle à sauver le peuple de Shuozou ?

Février 2016

Mon avis :

Dans ce 2e tome, on ne voit pas la princesse Yongning en action mais uniquement dans son rôle de stratège auprès du gouverneur de Schuozhou qui l'a désignée capitaine de ses troupes. J'avoue avoir été un peu perdue, du moins au début, dans les intrigues politiques... Il existe de nombreux jeux d'alliance entre les quatre provinces, mais aussi vis-à-vis des Turcs, sans compter les complots dans l'ombre (espions, traîtres...). J'avais aussi tendance à m'emmêler dans les personnages secondaires.

 

Malgré tout certains se démarquent, comme l'inquiétant général des Turcs (Ashina Sun), le ministre des armées de Chang'an (Du Ruhui) qui a démasqué Yongning, et le vieux Qin au service du gouverneur Gongsun, nouveau complice de la princesse à la fin du volume ("Ce retournement de situation a quelque chose de captivant"). Celle-ci, malade, inquiète son entourage... notamment le petit A Dou.

 

Côté graphisme, j'ai apprécié les paysages sous la neige, souvent poétiques. Le récit se termine en plein suspens alors j'ai enchaîné sur le suivant!

Patricia Deschamps, décembre 2020

La princesse vagabonde, tome 3

 

 

Li Changge se sacrifie afin de sauver son peuple mais celui-ci croit être trahi. Prisonnière des Turcs, Li Changge passe pour un traître dans sa ville. Quel sera alors son destin à présent? Comment s'en sortir?

L'avis de Catherine :

Ce tome 3 nous plonge dans le côté historique avec des flash dans le passé. Nous comprenons davantage encore les liens et/ou les tensions entre chaque clan ou peuple. Le dessin est toujours aussi délicat tant pour les personnages que pour les décors. Un pur délice!

Juillet 2016

Mon avis :

A chaque début d'ouvrage on a droit à une belle intro en couleur accompagnée d'un poème. Et cette fois, à un récapitulatif des personnages et de leurs liens, très utile! J'ai également apprécié les innovations graphiques, comme ces vignettes bandeaux avec texte sur fond noir, qui démontrent une volonté de recherche de mise en page.

 

On suit deux intrigues en parallèle: d'un côté A Dou et Qin tentent de retrouver la trace de Yongning ("Les Turcs sont des nomades. Comment savoir où ils ont emmené la princesse?"); de l'autre, celle-ci à la merci du général turc auprès de qui elle doit faire ses preuves ("J'ai pris de la valeur pour Ashina Sun"). La princesse, toujours malade, a des épisodes de fièvre au cours desquels remontent les souvenirs de ses parents décédés, notamment sa mère qui l'a toujours ignorée... C'est certainement le personnage (nouveau) de Mimi Gull, la belle et blonde ouïgoure qui lui ressemble tant, qui en est à l'origine.

 

Le livre se clôt sur un "chapitre spécial" revenant sur le massacre de la porte Xuanwu par Li Shimin.

Patricia Deschamps, décembre 2020 

La princesse vagabonde, tome 4

 

Toujours entre les mains des Turcs, Li Changge parvient à se faire une place parmi les nomades en démontrant sa valeur au général Ashina Sun. Et il va bien avoir besoin de ses précieux conseils stratégiques, car sa puissance militaire fait des jaloux et une lutte intestine ronge le clan...

Mon avis :

J'ai trouvé ce quatrième tome très abouti, tant d'un point de vue du graphisme que de l'intrigue. On retrouve une princesse plus combattive et impressionnante que jamais et j'aime toujours autant les paysages sous la neige. Les scènes de combat, tout comme les dialogues, sont efficaces. Aux côtés des Turcs, Yongning/Li Changge affronte un nouvel ennemi en la personne du petit Khan et ses conseils stratégiques sont plus indispensables que jamais. Le clan décide d'ouvrir une route commerciale et l'on découvre avec intérêt comment se déroulaient les échanges au cœur de cette steppe hostile.

 

Et voilà qu'un nouveau rebondissement survient: la princesse a ses premières règles! Avec la puberté, il va devenir de plus en plus difficile de cacher sa nature féminine... L'épisode est l'occasion de s'interroger sur ce qui détermine l'un et l'autre genre: élevée (volontairement?) parmi les hommes, l'adolescente se sent plus à l'aise au milieu d'eux.

Comme chaque fois le livre se termine en plein suspens et donne envie de poursuivre avec le suivant!

Patricia Deschamps, décembre 2020


La princesse vagabonde, tome 5

 

 

Tombé dans une embuscade tendue par le Petit Khan, le général Ashina se retrouve à l'article de la mort. Désormais ralliée à sa cause, Li Changge organise la riposte dans le clan nomade malgré la débâcle. Elle aura besoin du soutien de Dou et du vieux Qin, tout en se méfiant des traitres, car les enjeux sont grands et l'ennemi se glisse partout…

Mon avis :

Encore de belles scènes sans texte dans ce tome 5, cependant je commence à me lasser de l'intrigue qui tourne sans cesse autour des stratégies de guerre. Ashina Sun semble définitivement acquis à la cause des Hans ("Tant que je vivrai, je n'ouvrirai pas les hostilités") mais un espion (au service de l'épouse du Grand Khan) s'est infiltré parmi les Turcs! Une mort inattendue va mettre la détermination de Yongning/Changge à dure épreuve: celle-ci se met à douter de ses choix et s'affaiblit à nouveau. Une nouvelle rencontre, avec la prêtresse Jing Dan, va relancer l'action... sans pour autant me donner envie de poursuivre (il y a 8 tomes en tout).

 

Patricia Deschamps, décembre 2020

Retrouvez Takalirsa sur Facebook, Twitter, Babelio, Instagram, Youtube !

sélection thématique
sélection thématique

~ Lire et relire ~