La liste

de Siobhan VIVIAN

La liste a tout pouvoir, son jugement est absolu.

Nathan, 2013, 416 p.
Nathan, 2013, 416 p.

 

Comment ne pas tenir compte de ce que les autres pensent de nous…? 

Surtout lorsque c'est affiché dans chaque recoin du lycée ! 

 

Depuis plusieurs années c'est une tradition, quelqu'un affiche de façon anonyme la liste des filles les plus moches et les plus belles de chaque niveau du lycée, de la 3e à la Terminale. Personne ne sait d'où vient cette liste mais tout le monde la prend en compte. Les cotes de popularité augmentent ou s'effondrent selon les critères de cette liste...

L'avis de Catherine, prof doc :

Dans ce récit, on va suivre alternativement la réaction des huit filles citées cette année. Les chapitres les évoquent à tour de rôle, dévoilant leurs blessures, leurs rêves, ce en quoi elles croient ou croyaient. Certaines vont changer de regard, d'autres s'enfoncer dans un profond mal-être, d'autres encore rester elles-mêmes coûte que coûte.

La fin est assez surprenante voire déroutante. J'ai pensé : «Tout ça pour en arriver là ?». Les personnages sont cependant bien dépeints, le côté psychologique est approfondi pour chacune des jeunes filles. Elles sont très différentes et l'auteur a su créer un univers et un caractère singulier pour chacune. Il s'agit de portraits réussis, touchants, émouvants, agaçants aussi. Il y en a pour tous les goûts ! C'est avant tout l'adolescence qui est traitée avec ses espoirs, ses doutes, ses douleurs, dans une culture où domine le qu'en-dira-t-on et où le regard des autres compte parfois plus que ce que l'on pense soi-même. Comment se forger alors sa propre identité en toute sérénité ? 

L'auteur a choisi de placer le moins possible d'adultes dans ce récit, laissant la plus grande place à ces jeunes qui se cherchent. Je pense que ce roman a le mérite de pousser le lecteur à s'interroger, à réfléchir, et peut-être changer de regard autour de lui ?

Une lecture, en tous cas, qui ne peut laisser indifférent.

Août 2016

Mon avis :

Depuis le temps que j'entendais parler de ce roman, j'avais hâte de le lire ! Le propos tenu est subtil, on voit les conséquences psychologiques de ce "diktat du paraître" qu'est la liste, à la fois du point de vue des "plus moches" mais aussi des "plus belles". Car en réalité, personne n'est épargné, que les filles soient du "bon" ou du "mauvais" côté, elles sont toutes des victimes de cette "tradition malsaine".

 

Les quatre mal loties ressentent bien sûr gêne et humiliation, même si elles sont conscientes de l'aspect arbitraire, subjectif de la liste. Ainsi Danielle ("Dan the Man") est stigmatisée pour son physique musclé de nageuse, alors que dans son cercle de coéquipières, c'est la norme et même un atout. Pour Jennifer, désignée quatre années de suite "reine incontestée des moches", la situation équivaut à du harcèlement. Ceci dit, si la liste provoque chez Sarah un violent besoin de se rebeller ("Ça lui donne envie de vomir, cette façon qu'ont les filles de se jauger comme du bétail"), Jennifer prend les choses avec davantage de philosophie : c'est une autre façon d'être célèbre ("Tant que j'y reste, je suis quelqu'un")...

Il est en effet bel et bien question de popularité, de la façon dont nous perçoivent les autres. N'est-ce pas pour cela que Andrew, le petit ami de Danielle lui-même complexé par son petit gabarit, ne prend pas le partie de sa copine devant sa bande de copains ("Tu as dit quelque chose pour me défendre? Ne serait-ce qu'une fois?"), lui intimant de tenir bon dans ce "bras de fer mental" ? Quant à Candace, sa laideur présumée n'est pas physique ("La liste dit juste ce que tu es à l'intérieur") et c'est presque pire...

 

Pour les reines de beauté, les conséquences ne sont guère plus enviables. Certes Abby est jolie, mais ô combien superficielle! Elle a un "sens déplorable des priorités" selon sa sœur Fern, l'intelligente de la famille. Pour Lauren la petite nouvelle, apparaître dans le top a permis de s'intégrer facilement : "La liste lui a donné de l'assurance". Mais ne devient-elle pas superficielle elle aussi ("Tu as changé, Lauren")? Ses nouvelles amies en sont-elles vraiment?

La plus inquiétante reste néanmoins Bridget, devenue anorexique à cause d'un bikini trop petit et encouragée à le rester par la liste qui souligne sa perte de poids de l'été. Ce que la jeune fille ressent face à son corps et face à la nourriture, sa détermination à entrer dans sa robe de bal une taille en dessous quitte à mettre sa santé en danger, est décrit de manière juste et touchante : on comprend avec elle que "les gens ne se rendent pas compte de la pression qu'il peut y avoir sur les jolies filles". L(es) auteur(s) de la liste n'en sont-ils d'ailleurs pas pleinement conscients? Tout cela n'est-il pas pure manipulation des unes et des autres? Qui peut bien se cacher derrière cette "pratique déplorable"?

 

C'est ce que se demande la nouvelle proviseure, qui "trouve choquant qu'on ait laissé durer cette affaire toutes ces années". Visiblement les enseignants la "tolèrent", "à moins que cela ne leur soit complètement égal". Or "on ne peut pas traiter les gens comme de la merde sans qu'il y ait de conséquences"... Et Mrs Colby compte bien sur Margo, "la reine de la rentrée" pour jouer de son influence : "La manière dont tu décideras de te comporter aura sans doute un impact sur les autres". Encore faut-il que la Terminale "ne laisse pas son orgueil foutre en l'air son image"...

Le fin mot de l'histoire est une vraie surprise (jamais je n'aurais deviné le(s) responsable(s) de la liste). Et si l'on sent bien que les choses ne sont pas près de changer radicalement, l'état d'esprit des filles a évolué : la plupart a compris que "les autres ne la verront jamais autrement que comme ça les arrange", alors autant être soi-même sans complexe !

Novembre 2018

~ sur le même thème ~


Retrouvez Takalirsa sur Facebook, Twitter, Babelio !

Michaël vous conseille
Michaël vous conseille
roman adulte
roman adulte