CIEL 1.0 : L'hiver des machines

de Johan HELIOT

Collaborez ou disparaissez.

Le livre de poche jeunesse, 2018, 241 p.
Le livre de poche jeunesse, 2018, 241 p.

Noël 2030. Les membres de la famille Keller, dispersée aux quatre coins de l'Europe, s'apprêtent à se réunir, pour la première fois depuis des années, autour de Tomi, le patriarche. L'homme se terre dans les Vosges, en se servant le moins possible des appareils électroniques contrôlés par CIEL, une intelligence artificielle contre laquelle il a tenté de mettre le monde en garde.

 

Alors que ses enfants et ses petits-enfants s'apprêtent à le rejoindre, le réseau téléphonique et internet tombe en panne et les machines commencent à s'en prendre aux humains et à les priver de toutes ressources. Les sinistres prédictions de Tomi concernant CIEL semblent s'être réalisées. Pourquoi rien ne fonctionne plus normalement? Quel rôle jouent les machines?

 

Mon avis :

Quand les hommes se trouvent réduits en esclavage par les machines...

C'est bien un scénario horrifique que Johan Héliot propose dans ce roman: on y voit les machines brutalement paralyser le réseau électrique et en prendre le contrôle. Sans électricité, plus de transports, d'accès à l'eau courante, au ravitaillement en nourriture, au chauffage, aux technologies, bref à tout ce qui constitue notre quotidien, et voilà le monde paralysé... D'autant plus qu'on est en hiver et que s'abat une vague de froid polaire. Une situation qui fait froid dans le dos (!) car elle fait prendre conscience "de la situation de dépendance dans laquelle se trouvaient les populations des grandes villes". A l'origine de cette catastrophe, une mystérieuse intelligence artificielle qui règne sur l'humanité via toutes sortes de machines: engins de chantier qui patrouillent, drones de télésurveillance, et même attaques de robots d'entretien...

 

Ce début alléchant bascule ensuite dans un mode "survie" plus classique. On suit cinq héros de la même famille, d'âge et de tempérament différents, ce qui apporte des points de vue divers sur la situation, d'autant plus qu'ils sont séparés au moment des faits. Tomi, le grand-père, voulait les réunir pour Noël mais ils n'en ont pas eu le temps... Ce sont les chapitres qui lui sont consacrés qui m'ont le plus plu. Tomi est un survivaliste qui se prépare à ce genre d'événements (qu'il avait prédits...) depuis des années dans son refuge au cœur des Vosges et j'ai beaucoup apprécié la description de son cadre et de son mode de vie.

 

L'intrigue repart lorsque l'on comprend que "l'intelligence malveillante à l'égard des humains" est motivée par une "conscience écologique" : sauvegarder la planète. Cependant son objectif exclut les Hommes qu'elle rend responsable du désastre : "Vous êtes désormais déchus de vos droits à gouverner un monde que vous ne méritez plus"... S'ensuit un "processus de déshumanisation" qui ne va pas sans rappeler ce qui a pu se dérouler pendant la Seconde Guerre mondiale: mise à l'écart des "improductifs" ("Quel sort avait-il réservé aux seniors? Et qu'en était-il des malades, des blessés ou des handicapés, incapables de participer aux travaux de défrichement et de mise en culture?"), individus désignés par des "références" ("Thomas Keller n'existait plus. 544-PFH-704 l'avait remplacé"), et heureusement, mobilisation de quelques résistants.

 

Ce premier tome se termine en pleine action et promet de nouveaux rebondissements dans la suite de l'aventure!

Août 2019

du même auteur
du même auteur

Retrouvez Takalirsa sur Facebook, Twitter, Babelio !

sélection à destination des 6e
sélection à destination des 6e
Anaïs vous conseille
Anaïs vous conseille
autobiographie
autobiographie