Western girl

d'Anne PERCIN

Shit happens.

Le Rouergue, 2013, 203 p. (doAdo)
Le Rouergue, 2013, 203 p. (doAdo)

Depuis qu'elle est toute petite, Elise est fascinée par le western ! Elle n'écoute que de la musique country, porte des chemises à carreau, fait de l'équitation et adore manger au Buffalo Grill ! Une vraie western girl malgré ses racines bretonnes !

 

Alors quand sa mère accepte de lui payer un stage d'équitation western de trois semaines dans un authentique ranch du Dakota, Elise est aux anges ! Mais dès l'aéroport, la jeune fille déchante en voyant les camarades qui l'accompagnent : ce sont tous des cavaliers enthousiastes certes, mais personne ne semble partager sa passion pour le western. Elle qui pensait vivre à fond son délire, se retrouve au contraire au centre de toutes les moqueries...

 

 

Mon avis :

J'ai eu du mal à le classer dans une rubrique, ce roman ! Au départ léger et très humoristique (Elise est plutôt du genre gaffeuse !), il aborde ensuite la question des préjugés et de l'intolérance qui y est liée (Georgia se révèle vite être une vraie peste), pour terminer sur une note sentimentale (sexy Louis !)... C'est donc un roman varié - oups, désolée, un journal de bord (JDB comme l'appelle Elise) - même si la thématique principale reste bien sûr le western !

 

Elise est bel et bien une authentique fanatique, consciente d'être en décalage avec les autres, mais qui attend d'eux qu'ils respectent sa passion à défaut de la partager. Elle s'épanouit totalement au contact des ranchers et de la culture américaine, vivant un véritable rêve éveillé aux côtés de la famille Cooper. Mais son bonheur irrite la détestable Georgia qui multiplie les moqueries et autres humiliations, allant même jusqu'aux propos racistes à l'encontre du jeune Derek, un garçon d'écuries noir avec qui Elise s'est liée d'amitié. Le monde de l'équitation est connu pour être d'origine aisée, or Elise vient d'une famille modeste, et Derek d'un ghetto de Philadephie...

 

Seul bémol à cette histoire : le manque d'intrigue. Il n'y a pas de véritable noeud narratif, et du coup on ne sait pas trop où l'on va. Alors on se laisse porter par l'atmosphère d'Ouest américain, et pour ceux qui voudraient prolonger l'ambiance, il y a une playlist de grands standards de la country à la fin !

Février 2014

Retrouvez Takalirsa sur Facebook, Twitter, Babelio !

Anaïs vous conseille
Anaïs vous conseille
roman adulte
roman adulte