Trop tôt

de Jo WITEK

Talents Hauts, 2015, 95 p.
Talents Hauts, 2015, 95 p.

 

Pia passe ses vacances au bord de la mer, à Royan. C'est l'été et avec sa cousine Marthe, elles ne rêvent que d'une chose, sortir avec un garçon. C'est à la toute fin de leur séjour que le « rêve » va devenir réalité.

 

La réalité, c'est Nathan, rencontré un soir. Il est beau, bronzé, souriant. Pia est sous le charme, et de caresses en baisers, ils vont faire l'amour. Pour Pia, c'est la première fois mais même la première fois, une grossesse est possible, Pia va l'apprendre à ses dépens un peu plus tard...

Mon avis :

Dans ce court roman choc écrit à la première personne, Jo Witek développe toutes les émotions traversées par la jeune Pia, "tombée enceinte par accident".

Rien ne laissait penser que cette adolescente de 15 ans comme les autres, bonne élève, informée, responsable, connaîtrait une telle situation. Comme quoi "ça peut arriver à toutes les filles" ! Le texte alterne entre présent et passé, Pia racontant comment sa "nuit romantique" s'est trouvée transformée par "cette saleté de réalité".

 

Si Pia se jugeait trop jeune pour prendre la pilule, elle avait sous-estimée la puissance des sentiments et du désir qui prennent par surprise. La période propice des grandes vacances, l'ambiance d'une discothèque, le pouvoir de séduction d'un garçon : autant de circonstances banales mais favorables à un coup de cœur. Malheureusement, pour Nathan elle n'est qu'un "plan cul" ("Tu rends tout si moche", "Ce n'est pas comme ça qu'on traite une fille") et c'est le coup de massue même si "je ne regrette rien".

 

Au chagrin d'amour s'ajoute rapidement l'angoisse de la terrible révélation : Pia est enceinte. Dès lors tout se résume à la peur : peur d'être jugée ("Ce sont toujours les femmes qui sont jugées"), "peur de l'avenir" (quid des études?), "peur de décevoir mes parents" et de perdre leur amour. Heureusement l'adolescente peut compter sur le soutien de sa cousine Marthe, et sur son ami Baptiste dont l'attitude défend judicieusement une image masculine positive ("Tous n'étaient pas des salauds"). Tous deux l'encouragent à "accepter et agir" : choisir entre garder le bébé ou avorter, informer ses parents, effectuer des démarches. Le début d'un parcours long et difficile pour retrouver un peu d'apaisement et qui aura propulsé Pia malgré elle dans sa "vie de jeune adulte"...

A la fin du récit, une brève chronologie revient sur le combat pour la légalisation de l'avortement, initié en 1971 par Simone de Beauvoir et son "Manifeste des 343".

Février 2019


Retrouvez Takalirsa sur Facebook, Twitter, Babelio !

Anaïs vous conseille
Anaïs vous conseille
autobiographie
autobiographie