Traces

de Florence HINCKEL

Ce pauvre gosse est victime d'un assemblage de données malheureux.

Syros, 2016, 121 p. (Mini Syros +)
Syros, 2016, 121 p. (Mini Syros +)

Marseille, le 12 août à 15 heures. La police vient arrêter Thomas Codislo, treize ans, de façon préventive. Le logiciel Traces, capable de prévoir les comportements criminels, est formel: l’adolescent va commettre un meurtre !

 

"Le logiciel Traces est un algorithme qui se fonde sur toutes les données collectées depuis que tu es né : ton comportement à la crèche, à l'école, tes notes, ton histoire familiale, les courses que ta mère a faites pour toi, payées avec sa carte bancaire, ce que tu likes sur Facebook, ce que tu postes sur Tweeter, sur Snapchat, ou encore les rues où tu es allé, tout ce que les caméras de surveillance ont enregistré..."

 

Paniqué, Thomas parvient à s’enfuir. La traque commence. Comment pourra-t-il prouver son innocence ?

Mon avis :

Existe-t-il une prédisposition à la violence ? 

Voici un roman court mais intense, à l'action condensée sur 24h, qui encourage la réflexion sur deux thèmes cruciaux : l'hyper surveillance de la vie privée dans notre société, et le supposé déterminisme de la criminalité.

 

Le logiciel Traces (qui m'a fait penser à "la Machine" dans la série Person of interest) est capable de déterminer la nature, la date et le lieu d'un crime à venir, ainsi que l'identité du criminel (mais pas celle de la victime). Objectif : diminuer la criminalité en France, notamment la délinquance juvénile qui, selon les statistiques, augmente de manière inquiétante. Comment ? En consignant et en analysant toutes les données nous concernant : avec l'avènement du numérique, aucun d'entre nous n'a plus aucun secret... Cartes SIM des téléphones mobiles, historique de navigation internet, échanges sur les réseaux sociaux, puces des cartes bancaires, caméras de surveillance : difficile aujourd'hui de maîtriser la diffusion de ses données personnelles ! Surtout chez les jeunes : "Les gamins utilisent des outils qui les dépassent". Mais de là à arrêter un gamin de 13 ans pour un crime qu'il n'a pas commis !..

 

La commissaire Olympe Sax est la première à contester l'utilisation aberrante - inquiétante ! - que l'Etat fait du programme. Enquêtant sur un dangereux parrain de la pègre marseillaise, elle considère, à juste titre, qu'il y a plus important à gérer que "le cas Codislo" ! Et surtout, quelle fiabilité peut-on accorder à l'analyse effectuée par Traces ? Peut-on juger un enfant coupable parce qu'il a, à un moment ou un autre de sa vie, eu des troubles du comportement ? Un environnement familial "propice" ? "Et la présomption d'innocence, alors ?"

 

Le roman, qui alterne récit et extraits de journal, adopte tour à tour le point de vue (interne) de Thomas et celui (externe) de la commissaire. Rythmé, facile à lire, prenant, il est très accessible et permet donc d'ouvrir le débat à tous.

Septembre 2016

Retrouvez Takalirsa sur Facebook, Twitter, Babelio !

Michaël vous conseille
Michaël vous conseille
chronique sur Babelio
chronique sur Babelio