Malamute

roman de Jean-Paul DIDIERLAURENT

Au diable vauvert, 2021, 353 p.
Au diable vauvert, 2021, 353 p.

1976. Pavlina et Dragan Radovic quittent la Slovaquie pour venir s'installer en France, dans le petit village de La Voljoux dans les Vosges. Avec ses quatre chiens malamute, Dragan compte monter une affaire de balades en traineau.

 

De nos jours. Depuis la mort de sa femme, le vieux Germain vit seul dans sa ferme de La Voljoux. Inquiète pour lui, sa fille lui impose d'héberger, pendant l’hiver, Basile, un petit-neveu qui vient faire sa saison de conducteur d’engin de damage dans la station de ski. Les deux hommes cohabitent bon gré mal gré.

Dans la ferme voisine, autrefois habitée par les Radovic, s'installe une énigmatique jeune femme. Sa présence va raviver chez Germain de douloureux souvenirs.

 

Mon avis :

Plusieurs thématiques s'entremêlent dans ce roman qui alterne présent et passé avec les extraits du journal de Pavlina. Il y a l'ambiance hivernale tout d'abord, entre beauté de la montagne enneigée et rudesse d'un quotidien dépendant de la météo.

Le vieux Germain a toujours vécu là, dans sa ferme de la Voljoux, alors malgré ses 84 ans, la neige qui envahit tout ne lui fait pas peur. Il voit donc d'un mauvais œil l'irruption dans son quotidien de son petit-neveu Basile ("Apprivoiser ce vieux taiseux n'allait pas être simple") mais tous deux finiront par cohabiter en bonne entente ("Son aïeul était métamorphosé").

 

La jeune Emmanuelle n'est pas pour rien dans l'évolution des deux hommes. Elle est très séduisante aux yeux de Basile. A Germain, elle rappelle son ancienne voisine, et pour cause: elle est la fille des "Russkoff". C'est la partie de l'histoire que j'ai le plus apprécié: la "haine de l'étranger" qui sévit encore dans bon nombre de villages. Déterminés à s'intégrer, Pavlina et Dragan Radovic vont se heurter à l'hostilité des habitants ("Ici comme ailleurs, on veut bien supporter des étrangers qu'ils passent, pas qu'ils restent"). Emmanuelle fait d'ailleurs un parallèle avec l'actuel curé congolais: "Elle se demanda quel accueil aurait reçu dans le village un migrant africain vêtu d'un simple jogging".

 

L'histoire se teinte aussi d'une dimension fantastique avec l'évocation de la Bête qui faisait autrefois bien des dégâts dans les troupeaux de moutons, et à qui Germain continue de faire des sacrifices à chaque équinoxe. Une descendante des malamutes de Dragan, "qui foutaient la trouille à tout le monde"? Une chose est sûre, le vieil homme n'est pas étranger au bannissement des Slovaques... L'arrivée d'Emmanuelle le conduira à (s')avouer une partie des événements... et à faire pénitence.

 

Patricia Deschamps, juin 2021


Retrouvez Takalirsa sur Facebook, Twitter, Babelio, Instagram et Youtube

- A la Une -

- Lire et relire -