Les raisins de la galère

de Tahar BEN JELLOUN

Fayard, 1996
Fayard, 1996

Nadia est une jeune Française d'origine algérienne. Très tôt, elle se révèle différente des autres femmes musulmanes, soumises toute leur vie et n'aspirant qu'à se marier et enfanter. Nadia est ambitieuse et rêve d'indépendance - ce qui fait hurler sa mère, une femme superstitieuse attachée aux traditions.

 

Mais Nadia se rend rapidement compte qu'il n'est pas facile d'être fille d'immigrés. A la différence de leurs parents qui ont choisi de quitter l'Algérie pour la France, les jeunes de cette deuxième génération, nés en France, ne se reconnaissent ni dans leur pays d'origine qu'ils n'ont jamais vu, ni dans leur pays actuel qui refuse de véritablement les intégrer...

 

Une terrible injustice va d'ailleurs pousser Nadia à se révolter : son père, qui a toujours perçu la France comme une terre d'accueil et qui a travaillé toute sa vie pour nourrir sa famille, se voit sommairement expulsé de sa maison de centre-ville pour intégrer une HLM de banlieue : la maison, qu'il a bâti lui-même dans l'esprit du "bled", évoque trop la culture maghrébine au goût du maire communiste de la ville...

 

Brisé, le père de Nadia tombe en dépression. La jeune femme se lance alors seule dans une longue et difficile lutte pour trouver sa place dans la société française...

Mon avis :

Avec le titre de son livre, Tahar Ben Jelloun fait référence au roman de Steinbeck, Les Raisins de la colère : ruinés par la crise économique, des fermiers américains de l'Oklahoma sont chassés de leurs terres et poussés à s'exiler vers la Californie ; mais loin d'être accueillis dans un élan de solidarité, les nouveaux arrivés sont parqués dans un camp de fortune et les travailleurs, exploités, n'ont même pas de quoi vivre...

 

L'auteur fait donc un parallèle avec les immigrés maghrébins venus s'installer en France, complètement désillusionnés par le racisme qu'ils y rencontrent - d'autant plus qu'il n'a pas lieu d'être pour leurs enfants nés sur le sol français. Nadia est le porte-parole de cette génération qui n'a plus aucun repère culturel ; mais au lieu de sombrer dans l'apitoiement et le désœuvrement, elle choisit de se battre pour se faire accepter telle qu'elle est. Un très beau combat, malheureusement toujours d'actualité...

Mai 2009

Retrouvez Takalirsa sur Facebook, Twitter, Babelio !

Michaël vous conseille
Michaël vous conseille
roman adulte
roman adulte