Le vampire

de John William POLIDORI d’après Lord Byron

Actes Sud, 1996, 80 p. (Babel)
Actes Sud, 1996, 80 p. (Babel)

 

En Angleterre, un jeune et riche orphelin rencontre un curieux mais charismatique personnage : Lord Ruthven qui ne tarde pas à le prendre sous sa coupe. Mais lors d’un voyage à Rome, le jeune homme s’aperçoit que le dépravé Ruthven s’amuse à répandre le malheur autour de lui.

 

Pensant échapper à son influence néfaste, il s’enfuit en Grèce où il va rencontrer Ianthe, une jeune paysanne dont il tombe amoureux. Mais Lord Ruthven n’est pas loin et ne pas pas tarder à revenir tourmenter le pauvre Aubrey.

L'avis de Fabien, bibliothécaire :

Durant l’été 1816, Lord Byron et son ami John William Polidori résident à la villa Diodati située près du Lac Léman en Suisse. Ils reçoivent la visite de Percy et Mary Shelley et lors d’une journée où la pluie tombe sans interruption, Byron propose à ses invités d’écrire chacun une histoire fantastique. C’est ainsi que Mary Shelley commencera la rédaction de son classique Frankenstein tandis que Lord Byron livrera un brouillon du Vampire qui sera retravaillé plus tard par son ami Polidori.

 

Ce court récit d’une quarantaine de pages est historique car il semblerait que ce soit la première fois que le vampire apparaît dans la littérature. Élégant, charmeur et dangereux, ce Lord Ruthven évoque d’ailleurs furieusement Dracula tel qu’il est présenté dans le film de Coppola. Court et efficace, il remporta un vif succès à l’époque mais celui, phénoménal, du Dracula de Bram Stoker quelques années plus tard va doucement le faire plonger dans l’oubli. Il est donc à redécouvrir et, au-delà du contexte entourant sa genèse, il mérite sa place parmi les grands textes du genre fantastique.

Carmilla

de Joseph Sheridan LE FANU

Le Livre de poche, 2004, 124 p.
Le Livre de poche, 2004, 124 p.

Début du XIXè siècle. En Styrie (Autriche), Laura, une jeune fille solitaire et rêveuse, vit dans un château isolé en compagnie de son père et de ses domestiques. Un jour, un curieux attelage s’accidente aux abords de la propriété. Celui-ci transporte notamment la jeune et belle Carmilla ainsi que sa mère.

 

Légèrement blessée, Carmilla va être hébergée au château le temps de récupérer, sa mère quant à elle, devant impérativement poursuivre son voyage (« une question de vie ou de mort »). Rapidement des liens troubles et passionnés vont se tisser entre les deux jeunes filles tandis qu’un mal inexplicable et mortel se répand dans les alentours.

L'avis de Fabien :

Paru en 1872, Carmilla est un des textes fondateurs de la littérature de vampire. Ecrit sous la forme d’un journal intime, ce court roman nous plonge au cœur des tourments intimes de Laura, jeune fille innocente dépassée par l’attirance et les sentiments violents qu’elle éprouve envers l’énigmatique et dangereuse Carmilla. La relation entre ces deux personnages est d’ailleurs souvent empreinte de sensualité et même si l’auteur est suffisamment subtil pour laisser planer le doute quant à sa nature véritable, le roman jouit depuis sa sortie d’une réputation sulfureuse. C’est aussi la première fois qu’on évoque précisément la technique de destruction complète d’un vampire (pieu dans le cœur mais aussi décapitation et incinération!). Pour l’anecdote, Bram Stoker fut tellement impressionné par Carmilla qu’il ira même jusqu’à l’évoquer des années plus tard au tout début de son propre roman : le mythique Dracula. Ambiance gothique inquiétante, personnages fascinants et ambigus, rebondissements et scènes d’action savamment dosées, Carmilla nous envoûte toujours autant.

Avril 2017

voir la rubrique Classiques
voir la rubrique Classiques

Retrouvez Takalirsa sur Facebook, Twitter, Babelio !

Michaël vous conseille
Michaël vous conseille
roman adulte
roman adulte