Le tueur à la cravate

de Marie-Aude MURAIL

Ecole des loisirs, 2010 (Médium)
Ecole des loisirs, 2010 (Médium)

Ruth, 14 ans, vit seule avec son père et sa petite soeur depuis que sa mère est décédée quatre ans auparavant d'une rupture d'anévrisme.

Quand Ruth montre à sa copine Déborah la photo de terminale où l'on voit ses parents, celle-ci est surprise de voir son père, non pas à côté de sa mère mais auprès de sa soeur jumelle, morte cette année-là. Du coup elle sème le doute dans l'esprit de Ruth : qui est Eve-Marie et qui est Marie-Eve ?

 

Pour en avoir le coeur net, les jeunes filles décident de poster la photo de classe sur le site perdu-de-vue en se faisant passer pour le père de Ruth, Martin Cassel. Aussitôt les réactions fusent : celle d'une ancienne camarade de classe, de la prof de philo de l'époque et aussi du grand-père de Ruth, fâché contre son gendre qu'il a toujours pensé coupable du meurtre d'Eve-Marie vingt ans aupravant.

 

Car Eve-Marie a autrefois été étranglée avec une cravate avant d'être jetée dans le ruisseau... Et l'homme arrêté à l'époque n'était visiblement pas le coupable... Il se pourrait même bien que le véritable assassin soit toujours à l'affût, prêt à récidiver...

 

Oui, en publiant cette photo de classe, Ruth a fait remonter une bien terrible affaire...

Mon avis :

Au premier abord, j'ai trouvé la couverture du livre quelque peu dissuasive... Ce dessin tout moche représente en fait le motif de totem indien qu'il y a sur la cravate du tueur. Ce qui m'a décidé à prendre quand même ce roman, outre le fait que j'aime beaucoup les bouquins de Marie-Aude Murail, c'est la présence à la fin du journal de bord de l'auteur : Comment naît un roman (ou pas). Marie-Aude Murail y explique comment lui vient son inspiration, comment elle complète ses idées par des lectures et des recherches, mais aussi pourquoi elle peut être amenée à abandonner certaines pistes. On se rend alors compte que Marie-Aude Murail, bien qu'auteure aguerrie, connaît toujours des doutes face à ce qu'elle écrit, et surtout que la construction d'une intrigue reste pour elle un travail de longue haleine. Un témoignage à la fois passionnant et rassurant pour les auteurs amateurs !

 

Concernant l'intrigue de Le tueur à la cravate, le journal de bord nous révèle la volonté de l'auteur d'explorer "le penchant exhibitionniste de notre époque : blog, Facebook, site du style copaindavant" et les dérives qui y sont liées. En publiant l'ancienne photo de classe de ses parents sur internet, Ruth réveille le passé et déclenche toute une série d'événements catastrophiques allant jusqu'à la mort d'une pauvre femme et la mise en danger de sa petite sœur. Mais son acte aura aussi permis d'appréhender un criminel resté impuni, de laver un innocent et de retrouver son grand-père...

 

L'écriture, dynamique, alterne le point de vue des différents protagonistes dans des chapitres courts, eux-mêmes datés comme dans un journal de bord.

Une excellente enquête sur des secrets de famille qui vous fera appréhender différemment vos publications sur internet (ou pas).

Mars 2013


Retrouvez Takalirsa sur Facebook, Twitter, Babelio !

Anaïs vous conseille
Anaïs vous conseille
thriller adulte
thriller adulte