La gameuse et son chat, tome 1

manga de Wataru NADATANI

Bamboo, 2021, 160 p.
Bamboo, 2021, 160 p.

 

Kozakura, 29 ans, est célibataire et fière de l'être. Son but dans la vie : consacrer la moindre minute de son temps libre aux jeux vidéo. Mais voilà qu’un nouveau joueur fait son apparition dans sa vie : un petit chat tout ce qu’il y a de plus réel, qui va bien l'occuper entre deux parties… Car cohabiter avec un félin plein de vie, ce n’est pas pour les petits joueurs, et la gameuse va le découvrir à ses dépens !

 

(4e de couverture)

Mon avis :

Il y a quelques passages drôles dans ce manga où l'héroïne fait la découverte de son chaton, notamment quand il saute sur l'écran ou la manette pendant qu'elle joue (ça marche aussi avec la télé et l'ordinateur) ou bien lorsqu'elle essaie de le prendre en photo (pire qu'un gamin, le chat a l'art de se détourner au moment où on appuie sur le déclencheur). Par ailleurs Kozakura est une gameuse qui compare tout aux jeux vidéo et utilise un vocabulaire d'initiés, ce qui a l'art de déstabiliser ses interlocuteurs ("Cette fille est folle"). Elle a d'ailleurs l'intention de levelliser l'éducation de son chat ("J'ai juste à l'entraîner comme je fais dans mes jeux")!

Cependant, dans l'ensemble, j'ai trouvé l'intrigue un peu creuse...

 

Patricia Deschamps, mai 2021


La gameuse et son chat, tome 2

Un chat en complément et tout devient plus amusant !

Bamboo, 2021, 160 p.
Bamboo, 2021, 160 p.

 

Riko Kozakura a failli se faire démasquer par sa collègue de bureau qui a trouvé le compte d'Omusubi… Mais ses soupçons se portent finalement sur une autre personne. La gameuse peut continuer à poster ses photos!

 

Elle découvre d'ailleurs que le tactile réagit aux coussinets... et qu'il existe des applis pour chats! Riko installe donc un jeu sur sa tablette... et se rend compte que le chaton a beaucoup plus de réflexes qu'elle!

Mon avis :

Ce manga est une succession de saynètes de la vie quotidienne entre Riko et son chat où l'on voit toute la tendresse qui unit l'animal et sa maitresse. Celle-ci étant une gameuse invétérée, il n'est pas surprenant de voir Omusubi prendre goût au jeu lui aussi (sur tablette ou avec manette)! Dans les bonus de fin de chapitres, l'épisode est abordé de son point de vue et il est très drôle de lire ses pensées ("Je peux jouer moi aussi?"). Malgré les bêtises qu'il peut faire dans l'appartement, Omusubi est un adorable chaton tout mignon devant lequel tout le monde est en adoration ("Arrête de me regarder comme ça!").

 

Ce qui est drôle également, c'est que Riko ramène toujours tout aux jeux vidéo avec lesquels elle ne peut s'empêcher de faire des parallèles. Ainsi, quand elle constate que Omusubi a grandi, elle parle de "level up" et de "capacités" acquises (grimpe-cuisine, brise-bouteille, pillage-poubelle..!). Le gigantesque arbre à chat qu'elle installe est comparé à un donjon. Tout ce vocabulaire employé déstabilise d'ailleurs la jeune vendeuse (PNJ) de Happy Pets ("Je sens qu'on va avoir un peu de mal à se comprendre toutes les deux...")!

 

La plupart des scènes sembleront familières à qui a un chat ("Tu pourrais miauler quand je t'appelle!"). On est tous passés par cette phase de découverte de la vie avec un animal! Et comme l'héroïne, force est de constater que "même si j'étais un peu inquiète au début, mon quotidien est encore plus fun qu'il ne l'était!" et que "ce n'est pas si mal finalement d'avoir un petit compagnon comme lui". Désormais, impossible de s'en passer!

Patricia Deschamps, octobre 2021

Retrouvez Takalirsa sur Facebook, Twitter, Babelio, Instagram, Youtube !

- A la Une -

- Zoom sur -

 

- Lire et relire -