Il pleut des parapluies

Susie MORGENSTERN

Le progrès est une guerre contre l'impossible.

Rageot, 2017, 122 p. (Flash Fiction)
Rageot, 2017, 122 p. (Flash Fiction)

 

Cela fait des semaines qu'il pleut à verse. Célia n'en peut plus. Mais la jeune fille a de la ressource: plus tard, elle veut être inventrice !

 

Voici donc son premier défi : concevoir un parapluie sans manche ! Grâce à sa folle imagination et à l'aide de Jules, un garçon de sa classe, peut-être trouvera-t-elle la solution ?

 

Texte : service de presse

 

A noter : les romans de la collection "Flash Fiction" sont adaptés aux lecteurs dyslexiques (structure narrative et langue simples, mise en page favorisant l'accessibilité).

L'avis d'Anaïs, en 6e :

C'est un livre très facile à lire (pour moi en tout cas), il y a peu de texte et c'est écrit gros. Par contre, il y a tout de même parfois des mots compliqués, des références culturelles (Hiroshima, Moïse...) et même des passages très techniques ("et si on imaginait un ionisateur qui charge électriquement les gouttes de pluie") ! L'histoire en soi est bien, Célia est vraiment déterminée à construire son parapluie sans manche (elle préfère se prendre une averse plutôt que d'en utiliser un !) et pour cela, elle peut compter sur l'aide de ses amis. Elle est surtout très complice avec Jules qui travaille en binôme avec elle en classe. Je conseille ce petit roman à tous ceux qui ont du mal à lire !

Mon avis :

Gene Kelly ♪ Singing in the rain ♫
Gene Kelly ♪ Singing in the rain ♫

C'est effectivement un livre qui se lit vite, essentiellement parce que l'histoire est fluide et prenante !

Tout commence par une ambiance, un peu morose à cause de la pluie incessante (les chapitres s'intitulent tous "Il pleut" !) et d'une rentrée en 6e en juin pour une soi-disant meilleure adaptation des élèves ("Le collège, ça a beau être un grand changement, une révolution, la classe ressemble tragiquement à... une classe.") On sent Célia un peu blasée, même si l'humour de ses répliques fait souvent sourire : "Je rentre à la maison comme une éponge qui marche", "à moitié moisie par l'humidité". Heureusement elle a toujours à portée de main son cahier d'inventions dans lequel elle consigne tous les objets nés de son imagination. Inventer est sa grande passion et la prochaine sera un "parafree", un parapluie qui laisse les mains libres !

 

Georges Brassens ♪ Le parapluie ♫
Georges Brassens ♪ Le parapluie ♫

C'est avec l'arrivée de Jules que le récit prend un tournant décisif. Petit génie des maths, le jeune garçon devient vite "l'âme frère" de Célia ("En plus d'être brillant, il est beau !") et c'est ensemble qu'ils vont combattre le mauvais temps. Car la pluie, par la force de sa présence, est presque un personnage à part entière. Elle s'immisce dans toutes les matières, notamment en français où le binôme doit présenter "un dialogue, une scène ou une chanson sous la pluie". Puisqu'on ne peut l'empêcher, autant en tirer partie ! Ensemble, Jules et Célia réfléchissent à des prototypes, font des essais. La scène avec les ballons de baudruche est très drôle ! Peu à peu ils embarquent tout le monde dans leur projet farfelu, les parents de Célia, Daniel l'ami de son père, la nouvelle compagne de celui-ci... Ce qui était au départ une situation plombante se transforme en défi, et la pluie deviendrait presque un plaisir ! Le roman comprend de nombreuses illustrations en noir et blanc, ce qui renforce le côté vivant de l'histoire. Et puis il y a en filigrane toute une réflexion sur les innovations technologiques : "Un inventeur, c'est quelqu'un qui identifie un problème et trouve une solution pour y remédier". Et si "il suffit de rêver pour être un inventeur", c'est grâce à "de la détermination et de la confiance" que les projets les plus fous prennent forme !

 

Mars 2017


Retrouvez Takalirsa sur Facebook, Twitter, Babelio !

Michaël vous conseille
Michaël vous conseille
roman adulte
roman adulte