Home sweet home

roman d'Antoine PHILIAS et Alice ZENITER

Un jour, il allait falloir que j'aie avec eux une petite discussion sur la différence entre l'audace et l'avidité. L'audace, c'est bien, c'est nous, c'est l'enfance. L'avidité, c'est par là que tout pourrit. C'est le royaume des adultes.

L'Ecole des loisirs, 2019, 298 p.
L'Ecole des loisirs, 2019, 298 p.

 

Cleveland, 2008. Lors de la crise des subprimes aux États-Unis, la ville est frappée de plein fouet. Anna, 17 ans, fuit sa famille en faillite et ses parents défaillants, avec ses frères jumeaux Chris et Bog. Direction Winston High, le lycée de la ville, abandonné. Ils seront peu à peu rejoints par d'autres jeunes livrés à eux-mêmes ou fugueurs, Oliver, Dean, Lily, Dalila, Bart puis Elijah. À la tête de cette petite bande, Anna tente de maintenir le cap pour faire face au quotidien. Système D, débrouille, la bande s'organise pour survivre.

 

(4e de couverture)

Mon avis :

Quand la crise des subprimes éclate, ce n'est pas seulement une pauvreté encore plus dégradante que fuient Anna et les autres: c'est un monde des adultes devenu insupportable, entre alcoolisme, violence, discriminations et injustices ("Les liens du sang, c'est pas une garantie d'amour").

 

A Winston High, le lycée désaffecté qu'ils squattent, les gamins tentent de refaire le monde, même si rien n'est simple ("Le vieux monde est mourant. La crise l'a prouvé. Nous, on essayait juste d'en construire un neuf, sur des bases plus saines."). Noirs-Américains, fille d'immigrés polonais, juif, catholiques, musulmans, immigré mexicain: de la petite Zhou qui reste muette au gigantesque Luka qui s'improvise cuisinier, ils constituent un joyeux microcosme de tous âges et de toutes origines. Avec eux, Anna et Elijah ont un vaste projet de société nouvelle "qui en vaille la peine: exister autrement". Cela implique des règles de vie collective bien sûr, mais aussi un échange de connaissances à travers des ateliers ("Des trucs qu'on pourrait s'approprier").

 

Les conflits sont inévitables mais il y a aussi de belles discussions, notamment sur la religion ("C'est pas "la religion on la garde pour soi", c'est "chacun fait ce qu'il veut tant qu'il n'emmerde pas les autres". Il s'agit de liberté et de respect, pas d'interdiction"). Les plus âgés tentent d'inculquer des valeurs essentielles aux plus jeunes, la tolérance, l'égalité, le respect. L'arrivée de Marcus et sa bande bouscule leur organisation et en même temps met à l'épreuve leur solidarité et leur détermination. Chacun cherche à se réinventer tandis que se déroule leur quotidien dans l'enfermement permanent. Au bout d'un moment, cela devient un peu monotone et surtout, on perd de vue le contexte économique à l'origine de l'intrigue.

 

On réalise ainsi que, malgré la fragilité de la situation, ces jeunes "se sentent plus en sécurité ici que dans leur famille". Cependant il faudra bien un jour ou l'autre réintégrer la "vraie" vie... Déchirés par la situation, appréhendant de retrouver ceux qu'ils fuyaient, les enfants sortiront néanmoins "pleins de souvenirs" et d'espoirs, conscients que "c'est bien de changer mais c'est bien aussi de savoir que certaines choses ne changent pas".

Patricia Deschamps, décembre 2020

ados en mode survie
ados en mode survie

Retrouvez Takalirsa sur Facebook, Twitter, Babelio, Instagram, Youtube !

Voir le lauréat
Voir le lauréat

~ Lire et relire ~

nouvelles
nouvelles