Des bleus au cartable

roman de Muriel ZURCHER

Si on harcèle quelqu'un, c'est parce qu'on le sent vulnérable.

Didier jeunesse, 2020, 166 p.
Didier jeunesse, 2020, 166 p.

 

La rentrée en sixième n'est pas toujours facile. Dès le premier jour, Ralph fait de Lana son bouc émissaire et tous les moyens sont bons pour la tourmenter. Zélie, elle, préfère regarder ailleurs ; pas question d'être une balance, surtout quand on veut être aimée et populaire dans sa classe.

Lana va-t-elle se laisser faire ?

Et pourquoi Ralph agit-il ainsi ?

Tour à tour, Lana, Ralph et Zélie racontent l'histoire.

 

(4e de couverture)

Mon avis :

Encore un livre sur le harcèlement mais celui-ci fait le choix judicieux d'alterner trois points de vue: celui de la victime (Lana), du harceleur (Ralph) et du témoin passif (Zélie). Par ailleurs, les réactions de chacun sont motivées par des motifs plus subtils qu'il n'y paraît.

La petite Lana se fait régulièrement agressée par le jeune Ralph parce que celui-ci (ce dont elle n'est pas consciente) a peur qu'elle raconte à tout le monde un épisode humiliant le concernant. Tout démarre donc sur un stupide quiproquo. Lana subit sans broncher, fragilisée par sa situation familiale: elle vit seule avec sa mère qui gagne maigrement sa vie en vendant sur le marché des bracelets confectionnés main. Elle a suffisamment de soucis comme ça, pense Lana qui ne veut pas lui en causer davantage. Mais plus le temps passe, plus Lana se sent "nulle" ("J'ai tellement honte"). Trouvant refuge le soir chez Mme Mondantès, elle se rend utile en s'occupant de tous les chats de rue recueillis par la vieille dame, ce qui lui fait un bien fou. 

 

Cependant ce n'est pas, selon moi, le personnage le plus intéressant. Ralph, bien que harceleur, se sent "nul" lui aussi. Il veut prouver à son grand frère Alex qu'il est capable, comme lui, "d'être plus fort que les autres et prêt à le prouver en cognant". Sauf qu'en réalité, ce genre d'attitude ne lui correspond pas... Pire, on comprend qu'en présence d'Alex, c'est Ralph qui devient le harcelé...

Mais celle qui va avoir un rôle déterminant dans la résolution de tout ça, c'est Zélie. L'obsession de Zélie, c'est d'être populaire à tout prix. Cela signifie, entre autres, d'éviter de fréquenter les personnes qui ne le sont pas, comme Lana. Par ailleurs, Ralph est son copain d'enfance. Malgré tout, ce qu'il fait subir à Lana la choque ("Quelle injustice") et elle se sent honteuse de ne pas intervenir ("Personne ne m'a aidée, personne, pas une seule fois").

 

La parole finira par se libérer entre ces trois-là, grâce notamment à un ultime incident qui révolte les deux filles, ainsi qu'à l'intervention des adultes: "Il est plus important d'être quelqu'un qui essaie de vivre selon ses principes et qui respecte les autres". J'ai apprécié que l'histoire apporte des éléments pour "faire que ça s'arrête", comme par exemple "chercher une réplique qui claque" afin de se débarrasser de l'agresseur sans avoir recours à la violence physique.

C'est une histoire bien menée qui analyse les situations de harcèlement de manière pertinente!

Patricia Deschamps, juin 2021



Retrouvez Takalirsa sur Facebook, Twitter, Babelio, Instagram, Youtube !

- A la Une -

- Zoom sur -

 

- Lire et relire -