Ceux des limbes

de Camille BRISSOT

- La mémoire est un socle. Quand on la perd, on perd aussi un peu l'équilibre.

Syros, 2018, 473 p.
Syros, 2018, 473 p.

Une terrible épidémie a contraint les hommes à se réfugier dans des abris troglodytes bâtis tout autour du Mont-Survie. La forêt alentour est devenue le territoire des limbes, les victimes de l'épidémie errant comme des zombies, dont les fluides sont contagieux...

 

Seuls les éclaireurs chargés de la défense de la communauté sont autorisés à quitter la montagne. Et aussi les adolescents de quinze ans passant le rituel de la Sortie. Parmi le groupe désigné, Naha, la petite amie de Otolan. Naha est tout à fait capable de réussir l'épreuve, mais pour Oto, il est inenvisageable de rester à l'attendre dans l'angoisse. Alors le jeune homme se lance à la suite du groupe en secret...

Mon avis :

Un roman soigné mais sans surprise.

Ayant apprécié deux précédents romans de Camille Brissot (Le vent te prendra et La maison des reflets), j'ai eu envie de découvrir cette histoire de zombies à l'occasion d'Halloween. Tout le premier tiers de ce gros livre consiste en la mise en place de l'univers post-apocalyptique où évolue le héros. Une communauté en mode survie, un fonctionnement hiérarchisé inégalitaire, des règles établies que personne ne discute : rien de très original, même si l'écriture est fluide et les sentiments exprimés avec une grande justesse. Otolan, "fatigué de devoir suivre un chemin qui n'est pas le sien", cherche sa place. Héros malgré lui (il a survécu, petit, à une attaque de limbes dont il n'a aucun souvenir), l'adolescent a l'impression depuis toujours d'être un imposteur ("Je ne suis pas le garçon fort et courageux qu'on espérait que je deviendrais.") malgré le soutien de son meilleur ami Pietro et de sa petite amie Naha.

 

Avec le départ en forêt de la deuxième partie, Oto s'épanouit, découvrant la liberté: "J'appartenais à un monde à ciel ouvert; un monde de pluie battante, de soleil brûlant et de vent ardent - c'était comme une révélation mystique." L'équipée est menée par son ennemi Rostre, neveu brutal et arriviste du chef des éclaireurs, Tatesh. On se serait attendu à davantage d'action dans ces chapitres qui manquent de tension et de rebondissements. Les fameux limbes ne sont guère effrayants, d'ailleurs on les croise peu ("Je m'étais attendu à un combat plus acharné."). C'est dans le dernier tiers que l'histoire s'anime vraiment avec l'arrivée de nouveaux personnages et des péripéties qui s'enchaînent. Cependant l'ensemble fait souvent écho à d'autres intrigues connues. Par contre j'ai trouvé intéressante la façon dont les limbes étaient appréhendés, avec leur part d'humanité : "Aujourd'hui ils ne sont plus que des enveloppes mortes, mais un jour ils ont été quelqu'un". Otolan apprend à "voir sous cette peau grise l'humain qui avait existé"... sauf dans la grande attaque finale ! Mais l'idée essentielle est là : l'expérience lui aura fait considérer la situation sous un nouvel angle et surtout l'aura réconcilié avec le passé pour mieux appréhender l'avenir.

Octobre 2018


Retrouvez Takalirsa sur Facebook, Twitter, Babelio !

roman adulte
roman adulte