Wonder

de R.J. PALACIO

~ Grand prix 2013 des lecteurs du Journal de Mickey ~

Je m'appelle August.

Je ne me décrirai pas.

Quoi que vous imaginiez, c'est sans doute pire.

Pocket jeunesse, 2013, 409 p.
Pocket jeunesse, 2013, 409 p.

 

 

A dix ans, August s'apprête à être scolarisé pour la première fois de sa vie : il va entrer en classe de sixième. Il n'a jusqu'à présent jamais été à l'école, c'est sa mère qui se chargeait de son éducation. Pourquoi ? Parce qu'une maladie génétique lui défigure le visage.

 

A cause de sa malformation faciale, August fait l'objet depuis tout petit de marques de dégoût et de rejet de la part des gens. Alors forcément, il appréhende encore plus que les autres enfants son entrée au collège...

Mon avis :

Que de sentiments nous traversent à la lecture de ce roman ! August inspire de la compassion bien sûr, face à cette malchance (sur des millions !) qui a fait que les gènes de ses deux parents se sont combinés, causant "tout ce bazar sur son visage"... Et puis comme lui on ressent un mélange de tristesse et de colère face aux réactions des autres, aux regards fixes ou au contraire fuyants : "Horrifiés. Dégoûtés. Effrayés." Les collégiens ne sont pas tendres avec lui, refusant de le toucher comme si sa malformation pouvait se transmettre comme la peste, faisant semblant d'être son ami devant les adultes pour mieux se moquer derrière son dos. Mais August est aussi - et heureusement ! - pour certains un petit garçon sympathique et plein d'humour, d'auto-dérision même. "Il sait rire de lui-même", se réjouit la jeune Summer quand le garçon se vante d'être pour les généticiens "une merveille de la science médicale".

 

Car l'originalité de ce roman et ce qui m'y a surtout plu, c'est qu'il donne la parole à différents personnages en dehors du héros : c'est un livre à plusieurs voix construit en boucles, qui revient sur certains événements en y apportant le point de vue d'un autre protagoniste tout en avançant dans l'intrigue. Ainsi, c'est par Via, la grande sœur "normale" d'August que nous apprenons les détails de sa mutation génétique et la description de son visage difforme, malgré ses multiples opérations. Via est une sœur attentionnée, qui a accepté le fait que son cadet concentre toute l'attention de ses parents, mais qui se sent tout de même délaissée... D'autant plus qu'elle passe un cap difficile elle aussi : l'entrée au lycée. La maladie d'August est un poids pour toute la famille, cependant ils font face tous ensemble avec beaucoup d'amour, passant les moments délicats à force d'échanges pleins de tendresse, trouvant chaque fois les mots justes : "Tu dois y retourner", insiste Via lorsque son frère décide d'abandonner le collège, "sauf si tu veux qu'on te traite comme un handicapé". Une complicité familiale qu'envie beaucoup le jeune Jack.

 

Comme Via, et comme tous les personnages du livre d'ailleurs, Jack n'est pas vraiment celui que son apparence laisserait supposer : derrière ses allures de voyou inscrit dans un établissement privé malgré les modestes revenus de ses parents, c'est un garçon riche de vertus telles que l'amitié, le respect et la solidarité. Tout le contraire de Julian le garçon de bonne famille qui a accueilli August uniquement parce que le directeur le lui a imposé, et dont la mère déplore l'intégration d'un "tel enfant" dans ce très réputé collège. Les chiens ne font pas des chats... Jack, donc, va se lier d'amitié avec August contre l'opinion générale, allant jusqu'à se mettre à dos une bonne partie de la classe. La situation n'est pas facile pour lui, et ne se fait pas sans heurt, mais il finit par renoncer à toute popularité. Car là est bien la question centrale pour tous ces collégiens : être populaire, ou pas. Miranda, l'ex-meilleure ami de Via, l'est beaucoup, ce qui ne l'empêche pas de continuer à téléphoner à August, qu'elle connaît depuis tout petit, pour prendre de ses nouvelles...

 

Alors non, ne nous fions pas aux apparences, ne jugeons pas les gens sur ce qu'ils semblent être ! Faisons preuve d'un peu de tolérance dans ce monde d'égocentrismes ! Le petit garçon sait bien "qu'il y aura toujours des imbéciles dans ce monde" mais heureusement "ceux qui ont du cœur s'entraident"... Et c'est un August complètement transformé qui éclot à la fin de l'année scolaire, un "petit adulte" plein de maturité, de courage et de bonté, capable d'affronter le regard des autres... et même de le transformer. Comme dirait ce fan de Star Wars : "Que la force soit avec toi !". Une force silencieuse certes, mais indéniable, qui par sa grandeur "attire les âmes auprès de la sienne".

Novembre 2014

Retrouvez Takalirsa sur Facebook, Twitter, Babelio !

Anaïs vous conseille
Anaïs vous conseille
autobiographie
autobiographie