Tête de moi

de Jean-Noël BLANC

15 nouvelles qui nous glissent dans la peau d'un sportif.

Gallimard, 2002, 190 p. (Scripto)
Gallimard, 2002, 190 p. (Scripto)

Il n'est pas simple de devenir un sportif de haut niveau. Il faut du talent bien sûr, comme cette joueuse de tennis "qui a l’œil", qui est capable de "saisir d'un seul coup les trajectoires, les vitesses, la position de l'adversaire, les lignes du court, toutes les données du jeu d'un seul coup".

Mais cela ne suffit pas. Pour gagner, il faut évidemment "du travail, de la sueur et du sang". Pour Gueule d'Ange le cycliste, il suffirait "qu'il accepte de se faire un peu mal, rien qu'un peu, rien qu'une fois" pour gagner le Tour de France...

Il faut s'efforcer aussi de "ne pas négliger la préparation", comme ce concurrent au Paris-Dakar. Quand elle court, Céline s'impose "une régularité dans le souffle et la foulée". Vladimir, lui, a prévu trois jours d'entraînement dans un chalet isolé pour "se retrouver tout seul en face de lui-même. Nature et travail, travail et nature", parce qu'il ne peut pas "se contenter d'être bien. Il faut qu'il soit excellent, le meilleur et personne d'autre que le meilleur".

Il faut dire que ce champion de judo revient d'une terrible blessure. Or on sait bien qu'une blessure à ce niveau "peut réduire un joueur en pleine force de l'âge", comme ce fut le cas pour ce footballeur célèbre. "On atteint tous nos limites. Tôt ou tard. Chaque homme les rencontre et personne ne peut savoir comment il va réagir à ce moment-là". Cependant une chose est sûre : "la désillusion apparaît à l'instant où vous vous décevez"...

 

Pour autant, gagner ou perdre, cela tient parfois à pas grand chose... Le jeune Fabien, forcé à se mettre au ski par son père alors qu'il déteste le froid, "se hâtait d'en finir, il gagnait" ! Nouredine le boxeur a au contraire joué de malchance. Pourtant, "tête de moi", il avait la peur au ventre, parce qu'un boxeur normal "commence jamais un combat avec ce genre de trouille... ou alors c'est qu'il ment". Oui pour gagner, il faut "avoir la haine", parce qu'on gagne "autant de dollars qu'on a versé de larmes". Même ce gardien de but, qui semble un "monument de sérénité", "garde sa peur à l'intérieur". Car au bout du compte, que l'on court un marathon ou que l'on tente de battre le record de vélo en salle, "quand on gagne, on est seul"...

Mon avis :

Ce recueil commence fort, avec un magnifique texte d'un gardien de foot qui nous fait pleinement ressentir ce qu'il vit pendant son match. Et c'est bien là le point fort de toutes ces nouvelles : l'auteur nous place au cœur des sensations et des émotions, avec des mots qui sonnent juste, et quel que soit le sport évoqué. Des sports aussi variés que les points de vue adoptés : tour à tour dans la peau du sportif, de l'entraîneur ou encore du commentateur sportif, on est chaque fois plongé dans la discipline comme si on y était, mais avec un angle d'approche différent. Les styles narratifs sont également très divers, on passe de l'introspection à la première personne, au dialogue (avec parfois un interlocuteur muet) en passant par la description à la 3e personne. Chaque histoire regorge de petites phrases percutantes qui sont autant d'axes de réflexion, et certaines chutes sont littéralement surprenantes.

Un excellent recueil, que l'on soit sportif ou pas !

Juin 2015

L'avis de Michaël (14 ans, en 3e) :

Moi qui suis passionné de sport, j'ai beaucoup aimé ce recueil qui évoque des disciplines très diverses. En tant que footballeur, j'ai particulièrement aimé "L'homme des cages" qui parle de la difficulté à être gardien de but, et aussi "Le petit génie de l'Est" dont le héros est un jeune prodige obligé d'abandonner à cause de la situation politique dans son pays. Sympa également l'histoire de ce cycliste du Tour de France, "Gueule d'ange", que l'on croit à bout de forces mais qui termine toujours les étapes. Et puis j'ai trouvé beaucoup d'émotion dans "A ton âge", où l'on suit une ancienne championne de courses ayant perdu son mari, qui rencontre un homme dans la même situation qu'elle en faisant son footing. En fait, les nouvelles mettent en avant des sportifs de tous âges, à la fois ceux qui sont des champions en devenir, des professionnels en pleine gloire... ou des vieillissants qui n'ont parfois plus que des souvenirs. Un très bon livre !

Octobre 2015

voir la rubrique Sport
voir la rubrique Sport

Retrouvez Takalirsa sur Facebook, Twitter, Babelio !

Michaël vous conseille
Michaël vous conseille
roman adulte
roman adulte