Soleil glacé

roman de Séverine VIDAL

Robert Laffont, 2020, 244 p.
Robert Laffont, 2020, 244 p.

 

Comme si son premier chagrin d'amour ne suffisait pas, Luce apprend que son père - un homme qu'elle a à peine connu - vient de mourir. Et puisque la vie n'en a pas fini avec ses mauvaises blagues, elle découvre ce qu'il lui avait toujours caché : une autre famille.

Mais la rencontre bouleversante de Luce avec Pierrot, un frère tout neuf et différent, va faire fondre son cœur glacé...

 

(4e de couverture)

L'avis d'Anaïs, 15 ans :

Dès le premier chapitre, ce roman parle de rupture (avec son petit ami depuis trois ans), l'héroïne n'est donc pas super bien. Tout de suite après, un appel de sa mère lui apprend la mort de son père (le cœur a lâché). A l'enterrement, Luce découvre pour la première fois l'autre famille de son père remarié. Que de bouleversements en si peu de temps! D'ailleurs Luce n'exprime aucune émotion, ne pleure même pas. Est-ce parce qu'elle voyait moins son père ces derniers temps? Parce qu'elle a du mal à réaliser ce qui arrive? Qu'elle est sous le coup de la colère?

 

Et puis voilà qu'elle rencontre son frère "X fragile" d'à peine sept mois de moins qu'elle. Un frère témoignant de la double vie de son père. Mais en même temps terriblement attachant car handicapé: Pierrot a du mal à s'exprimer, il a des tics, il a du mal à communiquer et assez peu d'expression faciale. Pourtant "je l'ai aimé directement" (contrairement à la petite sœur agaçante!), avoue Luce qui devient très proche de ce "garçon spécial". Sans prévenir qui que ce soit, ils partent tous les deux en Laponie, le rêve de Pierrot. Un voyage comme une aventure, entre auto-stop et camping, au jour le jour, sans se soucier de rien ("On verra demain").

 

Le père, bien que décédé, est toujours présent dans l'esprit de Luce. Des textes en italiques retranscrivent des messages répondeur et des souvenirs qui sont liés à lui. Luce ressent beaucoup de haine à son égard, à l'égard de toutes ces promesses qu'il n'a jamais tenues. On a l'impression que tous les actes de l'adolescente sont en rapport avec lui, à cause ou grâce à lui. Tout est ramené sans cesse à leur relation. Et en même temps, le voyage en Laponie indique une volonté de partir, de prendre du recul, de se laisser porter.

 

Je ne m'attendais pas au thème du handicap et c'est vraiment sympa de voir que malgré tout, des liens étroits se tissent entre Luce et Pierrot. J'ai aimé que l'héroïne prenne les choses comme elles viennent, qu'elle dévoile dans le texte ce qu'elle ressent sans oser le dire. Et contrairement à ce qu'on pourrait penser, l'histoire n'est pas triste du tout, au contraire il y a beaucoup d'humour!

Janvier 2021


du même auteur
du même auteur
du même auteur
du même auteur
du même auteur
du même auteur

Retrouvez Takalirsa sur Facebook, Twitter, Babelio, Instagram, Youtube !

Voir le lauréat
Voir le lauréat

~ Lire et relire ~

nouvelles
nouvelles