Romulus et Rémus, les fils de Mars

de Guy JIMENES

Le pouvoir ne se partage pas.

 

Nathan, 2012, 122 p. (Histoires noires de la mythologie)
Nathan, 2012, 122 p. (Histoires noires de la mythologie)

Un jour de printemps, une louve découvre en bordure d'une rivière deux bébés abandonnés. Chaque jour, elle revient les nourrir. Au bout du douzième, son lait s'étant tari, elle passe le relais à Faustulus et sa femme Acca Larentia, un couple qui s'occupe des troupeaux d'Amulius, le frère du roi Numitor.

 

Les garçons, nommés Romulus et Rémus, grandissent heureux auprès de leurs parents adoptifs. Si Faustulus a une idée de l'origine des jumeaux, il préfère garder le secret de leur existence, se doutant que celui qui a voulu les tuer, s'il venait à l'apprendre, chercherait de nouveau à les éliminer.

 

Mais voilà qu'à l'âge de dix-sept ans, Rémus est fait prisonnier sur ordre du roi Numitor...

Mon avis :

"La louve revint chaque jour nourrir les bébés." (p.10)
"La louve revint chaque jour nourrir les bébés." (p.10)

Quel plaisir de se replonger dans le célèbre mythe fondateur de Rome ! Le récit, fluide et rythmé, est à la fois clair et complet, et se lit facilement. Les passages clés - la louve, le fratricide ("J'en fais le serment par le sang de Rémus : ainsi périsse quiconque osera franchir les murailles de Rome !"), l'enlèvement des Sabines - sont captivants à redécouvrir. Mais ce qui marque avant tout, c'est la personnalité des jumeaux.

Comme souvent, la complicité des deux frères fascine : "La symétrie des propos des jumeaux amusait l'assistance". Cependant chacun a son caractère propre : "Jumeaux, mais pas identiques". D'emblée Romulus semble plus réfléchi et plus combatif parce que plus ambitieux, et une "rivalité nouvelle" s'installe entre Rémus et lui à partir du moment où est révélée leur origine divine. Or Rémus a tendance à céder facilement à son jumeau et "au contraire de son frère, dissimulait mal ses sentiments". Après la mort de celui-ci, Romulus avouera que "la bonne part de Rémus survit en moi" et certains décèleront en lui des traits de personnalité empruntés au défunt : "Il devenait plus volubile, moins introverti, et plaisantait quelquefois à la manière de Rémus".

 

A la tête de cette ville nouvelle qu'il a entièrement fondée, "Romulus fascinait". Rome est notamment le symbole d'un bel idéal : "l'asile sacré garantissait à n'importe qui le droit de venir s'installer à Rome, qu'il fut berger, commerçant ou criminel en fuite... Chacun pouvait bénéficier de la protection de la cité, à condition de contribuer à son développement". Celui-ci sera aussi fulgurant qu'impressionnant sous le joug de son dirigeant, même si les décisions de ce dernier ne font pas l'unanimité : "Voilà bien toute la duplicité de Romulus, ce séducteur qui légitime ses exactions par la volonté des dieux !". Le conditor disparaîtra d'ailleurs dans de mystérieuses conditions... Une mort inexpliquée qui contribuera à le faire entrer dans la légende.

Novembre 2017


Retrouvez Takalirsa sur Facebook, Twitter, Babelio !

Michaël vous conseille
Michaël vous conseille
roman adulte
roman adulte