Rock war tome 1

de Robert MUCHAMORE

Ce sera un show axé sur le rock, dans un esprit rebelle.

Casterman, 2016, 344 p.
Casterman, 2016, 344 p.

Jay vit dans une famille recomposée dans le nord de Londres, au-dessus du Fish&Chips tenu par sa mère. Avec ses copains d'enfance, il a formé un groupe dont il est le guitariste.

 

Summer habite Birmingham dans un logement social et s'occupe seule de sa grand-mère malade. Dotée d'une voix exceptionnelle, elle est remarquée par les sœurs Wei, Michelle et Lucy, qui la recrutent comme chanteuse.

 

Dylan est interne dans un prestigieux collège en Ecosse. Il s'est fait exclure de l'atelier musique à cause de son manque d'investissement. Mais depuis qu'on l'a obligé à rejoindre l'équipe de rugby, il aimerait bien réintégrer l'orchestre.

 

Tous trois vont se rencontrer avec leur groupe respectif à un tremplin rock...

Mon avis :

Les destins parallèles de trois adolescents passionnés de musique.

Dans ce premier tome, l'auteur prend le temps de nous immerger dans le quotidien de chacun des héros. Si leurs personnalités diffèrent franchement, on peut déceler entre eux quelques points communs. Ainsi, Jay et Summer viennent tous deux d'un milieu défavorisé. Lui navigue entre ses nombreux demi-frères avec qui l'entente n'est pas toujours simple ; son aîné Théo notamment, est un vrai délinquant. Elle vit dans la misère avec sa grand-mère, survivant au jour le jour, se débattant avec des responsabilités d'adulte. Il n'est pas étonnant dès lors qu'elle se laisse séduire par les sœurs Wei, issues d'une famille riche, qui "achètent" ses talents de chanteuse à grand renfort de cadeaux... D'un autre côté, grâce à elles, Summer a le sentiment pour la première fois de sa vie "de compter pour quelqu'un d'autre que sa grand-mère". Même si cela implique de supporter les "accès de folie furieuse" de Michelle la cinglée !

 

Dylan est lui aussi un "gosse de riches". Il est d'abord présenté comme "musicien", puis on comprend que c'est un touche à tout (il joue de plusieurs instruments) qui s'est spécialisé dans les techniques d'enregistrement : grâce à son matériel sophistiqué, il est capable de manipuler les sons avec talent. Dylan est le rebelle de ce trio, même si derrière ses airs fanfarons, il lui arrive de "verser toutes les larmes de son corps" dans le secret de sa chambre de pensionnat. Et c'est bien ce qui rassemble ces trois-là : la solitude, "cette tristesse qui l'accompagnait comme un boulet depuis tant d'années" (Summer), cet amer constat qu"'il ne pouvait pas partager sa détresse avec ses proches" (Jay)... Heureusement il y a la musique, une passion qui se vit et se partage !

 

L'intrigue, de plus en plus rythmée au fil de la lecture (au début chaque chapitre est consacré à un personnage, puis l'alternance des points de vue s'effectue à l'intérieur de chacun), réserve de bonnes surprises. Chaque fois que l'on pense entrer dans une histoire convenue, un rebondissement nous surprend ! Il faut dire que les trois protagonistes, tout comme ceux qui les entourent, ont un caractère bien trempé ! Le roman se termine sur l'allusion à l'émission de télé-réalité "Rock war" qui met en compétition douze groupes de moins de 18 ans, et on a hâte de passer au tome 2 pour entrer dans le vif du sujet !

Juin 2016

voir la rubrique Musique
voir la rubrique Musique

Rock war tome 2 : L'enfer du décor

Casterman, 2017, 280 p.
Casterman, 2017, 280 p.

 

"L'économie des médias est une chose complexe."

 

Débarquant des quatre coins du Royaume-Uni, les douze groupes qualifiés pour l'émission Rock War sont rassemblés dans un luxueux manoir pour six semaines de préparation avant la première phase éliminatoire.

 

Mais derrière les paillettes et les dorures de la télé-réalité se cache un univers plus sombre : celui des producteurs prêts à tout pour doper les audiences...

 

 

Texte : 4e de couverture

Mon avis :

Un deuxième tome davantage centré sur la télé-réalité que sur le rock.

Dès l'arrivée des adolescents au manoir de l'émission, l'accent est mis sur toute la mise en scène de l'équipe de tournage pour l’œil des caméras. Sponsor envahissant, répliques préparées, séquences répétées : rien n'est naturel, tout est refait jusqu'à ce que le réalisateur ait "les séquences dont j'ai besoin". Si le roman a le mérite d'évoquer avec réalisme tout l'envers des médias - les jeux de pouvoir, la suprématie de l'audimat, l'exploitation des employés - il donne surtout l'impression de voir dérouler dans notre esprit de lecteur toutes ces stupidités que l'on cherche à éviter à la télé !

Pire : ce ne sont pas les candidats les plus talentueux qui sont mis en avant, mais plutôt ceux qui, comme Theo l'abruti incontrôlable, font le buzz !.. Plus l'on fait scandale, plus on est populaire !.. Heureusement le personnage de Summer rallie les fans grâce à sa voix envoûtante, même si comme les autres, cette jeune fille de milieu modeste cède facilement aux joies du luxe.

Un livre sur le monde des paillettes et des fêtes qui risque de décevoir ceux qui sont "là pour la musique".

Juin 2017

Retrouvez Takalirsa sur Facebook, Twitter, Babelio !

Michaël vous conseille
Michaël vous conseille
roman adulte
roman adulte