Qui a tué Herman Henderson ?

de Rebecca PROMITZER

La ville d'Elbow est réputée pour deux choses :

son été pourri et sa fameuse sauce aux piments.

Bayard, 2013, 420 p. (Millézime)
Bayard, 2013, 420 p. (Millézime)

Béatrice s'apprête à passer un énième été déprimant sous la perpétuelle pluie torrentielle d'Elbow. Un concours de photos trouvé sur un pot de sauce aux piments lui donne cependant un petit espoir : il y a un voyage sous le soleil de Floride à gagner ! Ni une ni deux, son copain Sam l'emmène dans une vieille maison abandonnée pour réaliser le cliché du siècle : celui d'un cadavre, flottant dans un trou du plancher gorgé d'eau...

Mais qui est cet homme et pourquoi l'a-t-on tué ?

 

De retour chez elle, Béa n'est pas au bout de ses interrogations. Son appareil photo se met à vibrer et à émettre un drôle de bruit... comme si l'esprit du mort photographié s'y était introduit ! D'ailleurs d'autres phénomènes étranges ne tardent pas à se manifester...

Mon avis :

Ce qui m'a le plus marqué dans ce roman, c'est l'humour. Alors bien sûr il y a de très bonnes scènes d'horreur, notamment lorsque le fantôme se manifeste et lorsque surgissent certains mystérieux et inquiétants personnages, mais globalement c'est la dérision qui domine. Tout commence avec la terrible pluie d'Elbow, véritable personnage à part entière, qui s'abat en "torrents d'eau sombre" sans jamais aucune accalmie, "martelant les trottoirs, les voitures et les parapluies comme des milliers de doigts furieux" (pire qu'en Normandie !!). Une pluie si déprimante et si inquiétante de par son flot et sa persistance que Béa a peur, la nuit, "qu'elle ne profite de [son] sommeil pour entrer avec ses horribles doigts". Et toute l'ambiance du roman est comme ça, entre rire et frayeur, avec des incontournables du genre horrifique (rats, cafards, château maudit...) tellement poussés à l'extrême qu'on se demande s'il faut les prendre au sérieux.

 

En fait mon sentiment concernant cette lecture est partagé. L'intrigue en soi n'est guère originale : un appareil photo qui capte l'esprit d'un mort (déjà vu dans Chair de poule) et ne trouvera le repos que lorsque son décès sera élucidé. Le duo Béa-Sam est rapidement complété par d'autres enfants également coincés à Elbow pour l'été - les Prisonniers de la Pluie, comme ils se désignent eux-mêmes - et nous voilà avec un nouveau Club des Cinq, chien y compris : Jellybean ! De Sam le sans-gêne (et sans hygiène) à Madison la snob coincée, en passant par Eric l'apprenti scientifico-bricoleur et Lisa la futée qui se trimbale tout le temps son petit frère, chacun va s'efforcer de faire avancer l'enquête sur Herman Henderson l'inventeur de la sauce aux piments. Beaucoup de péripéties les attendent, et toujours cet humour décalé... comme le petit doigt de Béa qui s'agite pour attirer son attention sur un danger ou un indice !

 

Il en résulte un roman à la croisée de plusieurs genres : fantastique, thriller, aventure et même anticipation dans la grande scène finale, si bien qu'on ne sait plus trop où donner de la tête. On a même droit à une réflexion socio-écologique avec les "habitants de la décharge", des laissés-pour-compte vivant sous une mer boueuse de déchets. L'auteur a su développer une atmosphère particulière mais le roman n'apporte aucune réelle innovation, offrant un joli pêle-mêle de références au genre horrifico-fantastique avec la créature de Frankenstein en point d'orgue. Par contre la fin est soignée, on a le plaisir de retrouver les personnages quelques chapitres encore après la résolution de l'énigme pour savoir ce qu'ils sont devenus.

En conclusion : un roman sympa mais qui ne m'a pas captivée !

Octobre 2014

voir la sélection d'Halloween
voir la sélection d'Halloween

Retrouvez Takalirsa sur Facebook, Twitter, Babelio !

Anaïs vous conseille
Anaïs vous conseille
thriller adulte
thriller adulte