Platine

de Vincent BRUNNER

Ils m'ont pris pour une antiquaire ou quoi, les grands-parents italiens ? J'y crois pas, des vinyles... Mais qu'est-ce qu'ils veulent que j'en fasse ? Aujourd'hui, c'est quand même plus simple de télécharger la musique ou de l'écouter en streaming. (...) "Tu en auras plus l'utilité que nous." Elle délire un peu mamie Carlotta.

Flammarion, 2014, 347 p. (Tribal)
Flammarion, 2014, 347 p. (Tribal)

Eva n'a jamais connu son père biologique, Enzo, décédé juste avant sa naissance dans un accident de voiture. De temps à autre, elle rend visite à ses grands-parents paternels, Giuseppe et Carlotta, mais pour elle Enzo n'a aucune réalité. Son vrai père, c'est Richard, qui l'élève depuis toujours.

 

Alors quand Giuseppe et Carlotta lui lègue un sac rempli de vieux vinyles ayant appartenu à leur fils, Eva n'en fait pas grand cas. D'ailleurs, elle oublie le paquet dans le train du retour. Mais son attitude désinvolte envers le souvenir de son père provoque chez sa mère une fureur mêlée de chagrin : loin d'être des "vieilleries", ces vinyles représentent un héritage inestimable, celui d'un homme à qui Eva a emprunté sans le savoir de nombreux traits de caractère, à commencer par sa passion pour le rock...

Mon avis :

Plusieurs thématiques s'entremêlent dans ce roman tour à tour réflexif et léger. Tout commence avec la passion d'Eva pour la musique, plus particulièrement le rock, et le fameux épisode des vinyles. Parmi les groupes écouté autrefois par Enzo, quelques pointures qu'on retrouve dans Guitar Hero (sic) comme Hendrix, et surtout Nirvana que l'adolescente adore : "c'était loin d'être un ringard, mon père biologique !". Mais tout cela reste "les souvenirs d'un fantôme" et Eva ne se sent pas plus de lien que ça avec ce père qu'elle n'a jamais connu.

On imagine la douleur de sa mère : "Tu t'ingénies à minorer l'importance de ton geste. Comme si Enzo n'était rien pour toi" alors que pour elle, il restera à jamais "l'amour de sa vie". Le sujet est d'ailleurs plus sensible qu'il n'y paraît chez Eva, parce qu'il va provoquer une réaction violente de sa part au lycée. A ce moment du récit, l'intrigue connaît un revirement complet : il s'agit maintenant pour la jeune fille de réfléchir à son comportement durant trois jours d'exclusion sans aucun contact avec l'extérieur. Le passage est un peu creux, un peu moralisateur. On s'éloigne de la thématique principale pour revenir à des histoires d'ado traditionnelles (trahison de la copine, sentiments amoureux, amitiés qui se font et se défont). Le style devient de plus en plus relâché, très oralisé ("ha ha", "hé hé"), avec de (trop) nombreuses références à des films et autres digressions qui alourdissent le récit. J'ai d'ailleurs hésité à maintenir la quatrième étoile...

La fin se recentre sur le père perdu et la musique, Eva apprenant à connaître cet homme à qui elle doit tant. Bien que l'histoire soit assez prévisible, elle reste une lecture agréable, entre humour et émotion.

Juin 2015

Retrouvez Takalirsa sur Facebook, Twitter, Babelio !

Michaël vous conseille
Michaël vous conseille
roman adulte
roman adulte