Mort pour la France

Latifa IBN ZIATEN

Qui vous a dit que l'Islam, c'est tuer et faire souffrir ? L'Islam, c'est la paix, la générosité.

J'ai lu, 2014, 218 p.
J'ai lu, 2014, 218 p.

Le 11 mars 2012, à Toulouse, le soldat Imad Ibn Ziaten est abattu d'une balle dans la tête par Mohamed Merah. Deux jeunes de parents immigrés, l'un victime, l'autre bourreau, l'un engagé au service de la France, l'autre décidé à y semer la terreur. C'est ce paradoxe qui, après la mort de son fils, interpelle Latifa Ibn Ziaten

 

À travers son installation en France, l'éducation donnée à son fils, Latifa nous livre la chronique de l'immigration et de l'intégration, avec toutes les questions qu'elle suppose : comment faire de ses enfants des Français à part entière sans rompre avec ses origines ? Comment pratiquer sa religion sans porter atteinte à la laïcité ? Comment continuer à "construire" dans un pays où le sang de sa progéniture a coulé ?

 

(Texte : 4e de couverture)

Mon avis :

J'ai eu l'opportunité d'écouter une conférence de Mme Ibn Ziaten (avec des élèves de 3e), et même si ce témoignage écrit n'est pas aussi émouvant que de vive voix, j'y ai retrouvé les grandes lignes de son discours de tolérance et de paix qui m'a tant touchée.

 

Dès la première partie, où Latifa raconte son parcours de son enfance au Maroc à son installation en France, on décèle le caractère volontaire et sociable de cette femme courageuse qui prône l'entente et le partage, la solidarité familiale et l'acceptation de l'autre : "Vous n'arriverez à rien avec la colère et la haine". Des valeurs qu'elle a transmises à ses cinq enfants à travers une éducation basée sur le dialogue ("C'est à table qu'on parle, qu'on débat, qu'on vit. Si chacun se mettait à manger de son côté, il n'y aurait plus de vie familiale possible") et surtout qui implique "une harmonie entre deux cultures, deux richesses". Il semble évident que Latifa tient à démontrer qu'elle a tout mis en oeuvre pour s'intégrer en France : "Je leur ai inculqué les valeurs de la République, le respect de la loi", allant jusqu'à fêter Noël pour éviter l'enfermement culturel. Quant à la religion, elle a toujours considéré que c'était "une affaire privée et qu'on n'avait pas besoin de l'imposer aux autres".

 

On comprend dès lors sa douleur (et son humiliation), en tant que mère et citoyenne, au moment du drame : "J'ai bataillé pendant plus de trente ans pour construire ma vie. Merah l'a brisée en quelques jours. J'ai élevé mes enfants pour en faire de bons citoyens. Il a jeté la honte sur eux et sur l'Islam de France". Car dans un premier temps, non seulement la famille Ibn Ziaten se heurte à l'indifférence générale mais de plus "on nous interrogeait comme si nous étions coupables"... Une fois établi que "Imad avait été visé parce qu'il était militaire", sa mère s'évertuera à ce que lui soient donnés les honneurs dus à son statut : en soldat digne de son pays qui a refusé de se résigner face à la menace d'un terroriste, le jeune homme est bel et bien "mort pour la France".

 

Mais le combat de Latifa Ibn Ziaten ne s'arrête pas là : "Mon moteur et la raison de ma survie : soutenir une cause ou un projet pour perpétuer la mémoire d'Imad". Il est en effet essentiel pour elle de traiter le problème à la source "pour qu'il n'y ait plus jamais de Mohamed Merah". Autrement dit de s'atteler au sentiment d'abandon des jeunes des cités, trop souvent livrés à eux-mêmes et sans perspective d'avenir, ce qui les conduit à la haine et la violence. Femme de terrain et de dialogue (comme j'ai pu en être témoin), Latifa consacre désormais ses journées à rencontrer les gens qui en expriment le besoin afin de les apaiser et de leur venir en aide de manière concrète à travers son association. La plupart de ces jeunes sont en souffrance, ghettoïsés : "Depuis que je suis né, je connais que ce quartier ! J'ai jamais vu la tour Eiffel de mes yeux, jamais ! Nous, on voit la France à la télé". Ainsi, Latifa insiste sur l'importance de l'éducation parentale (souvent déficitaire) et du "vivre-ensemble", et ses actions concilient les échanges inter-religieux avec le respect de la laïcité.

 

Aujourd'hui son discours est beaucoup plus abouti que dans ce livre écrit dans la foulée des événements. Je vous encourage vivement à l'écouter car il donne l'espoir et l'envie de croire à la possibilité d'un monde meilleur !

Septembre 2017

rubrique Biographies
rubrique Biographies

Retrouvez Takalirsa sur Facebook, Twitter, Babelio !

Michaël vous conseille
Michaël vous conseille
roman adulte
roman adulte