Moi, Malala

de Malala YOUSAFZAI et Patricia McCORMICK

- Biographie officielle du Prix Nobel de la paix 2014 -

Mon école était un paradis.

Parce que, à l'école Khushal, nous flottions sur les ailes du savoir. Dans un pays où les femmes ne sont pas autorisées à sortir en public sans l'escorte d'un homme, nous autres filles, voyagions loin et partout dans les pages de nos livres. Dans un pays où les femmes ne sont pas capables de lire les prix sur les étiquettes au marché, nous faisions des multiplications. Dans un endroit où, dès que nous étions adolescentes, nous devions nous couvrir la tête et nous cacher des garçons qui avaient été nos compagnons de jeux, nous courions aussi libres que l'air.

Le livre de poche jeunesse, 2016, 295 p.
Le livre de poche jeunesse, 2016, 295 p.

Malala vit au nord du Pakistan, dans la plus grande ville de la vallée montagnarde du Swat, Mingora. A la différence de la plupart des filles de son âge, elle a la chance de recevoir une instruction autre que religieuse, dans une école fondée par son père. Elle est d'ailleurs la meilleure élève de cette école de filles, raflant chaque année toutes les récompenses.

 

Mais tout le monde ne voit pas d'un bon œil l'existence de telles écoles : quel intérêt d'instruire une fille qui très tôt, se retrouvera mariée, à s'occuper de sa maison et de ses enfants ? Un groupe de talibans (islamistes extrémistes) venus d'Afghanistan sévit d'ailleurs dans le pays, notamment à travers des émissions de radio...

 

Et le 9 octobre 2012, alors que Malala est dans le bus scolaire avec sa classe, les talibans tirent sur elle !

 

"Pourquoi les femmes étaient-elles aussi mal traitées dans notre pays ?"

 

Transportée et opérée en urgence en Angleterre, elle sera sauvée. Mais la jeune fille veut comprendre... et surtout informer et agir.

Mon avis :

Un témoignage choc, à mettre entre les mains de toutes les jeunes filles !

Divisée en plusieurs parties, la biographie de Malala commence par dépeindre son univers quotidien. On est d'emblée plongé dans l'ambiance de Mingora, avec ses bruits et ses odeurs, une "ville vivante" - contrairement à Birmingham où elle est réfugiée. Malala raconte son amour pour l'école et de manière générale, son désir de liberté, consciente de la chance qu'elle a d'avoir un père cultivé et ouvert d'esprit qui ne l'oblige pas à se couvrir le visage, à sortir accompagnée d'un de ses deux frères, et surtout l'encourage à s'investir dans ses études pour vivre "aussi libre qu'un oiseau". Ce père si fier de sa fille joue un rôle primordial dans la volonté de Malala de revendiquer ses droits de femme et de résister à l'oppression. La religion a également une grande importance dans sa vie : la jeune fille s'adresse régulièrement à Dieu, dans des "conversations" réflexives visant à comprendre ce qui se passe autour d'elle, et à trouver le courage nécessaire pour se battre. Car toute jeune, Malala prend conscience "qu'il me faudrait faire quelque chose, moi".

La suite évoque la montée en puissance des talibans dans cette petite région du Swat, toute proche de l'Afghanistan. Jouant sur la crédulité des gens (conséquence, justement, du manque d'instruction), et sur la peur, le groupe de Fazlullah multiplie les interdits : regarder la télévision, laisser les femmes sortir, aller à l'école, tout est soi-disant haram (interdit par l'islam)... Seuls comptent les cours de religion à la médersa. Malala se désole non seulement que la plupart des enfants "ne suivraient aucune autre classe : pas de sciences, pas de maths, pas de littérature. Ils n'étudieraient que l'arabe, de façon à pouvoir réciter le Coran", mais surtout "qu'ils n'apprendraient pas ce que les mots signifient, juste comment les prononcer"... L'objectif des talibans est clair : rendre le peuple soumis et donc manipulable. Et tous ceux qui s'opposent à eux sont susceptibles d'être abattus... Bientôt les actes de terrorisme se multiplient, notamment la destruction des écoles de filles. La guerre éclate. Toute la région est plongée dans la terreur.

Et pourtant la famille de Malala résiste. A dix ans, la petite fille est déjà déterminée à "lutter pour la paix et la démocratie" dans son pays ! Elle s'entête à aller à l'école au péril de sa vie, donne des interviews, témoigne - la frustration plus forte que la peur. Jusqu'au drame.

Ensuite c'est la longue convalescence, la prise de conscience de sa médiatisation aussi - qui a largement contribué à sa survie - l'adaptation à sa nouvelle vie et le mal du pays. L'épilogue conclut sur sa volonté d'assumer son "rôle public" jusqu'au bout en continuant à se battre pour le droit à l'éducation de tous les enfants à travers le monde (notamment via la Fondation Malala) avec le soutien de l'ONU, et de "devenir une grande femme politique pour rendre service au peuple". Un message optimiste qui valorise le courage et la persévérance !

Le tout est écrit dans un langage accessible, complété par un glossaire et une chronologie des événements importants de l'histoire du Pakistan. Un cahier de photos au milieu du récit donne corps aux propos : oui c'est une histoire vraie, une réalité contemporaine, qui touche bien des fillettes dans le monde. Alors parlons-en !

Février 2016

voir le site de Malala
voir le site de Malala
voir d'autres livres sur les droits des femmes
voir d'autres livres sur les droits des femmes

d'autres livres sur le thème du terrorisme
d'autres livres sur le thème du terrorisme

Retrouvez Takalirsa sur Facebook, Twitter, Babelio !

Michaël vous conseille
Michaël vous conseille
roman adulte
roman adulte