Miss Peregrine et les enfants particuliers

de Ransom RIGGS

Je venais juste de me résigner à vivre une vie ordinaire, quand des événements extraordinaires se sont produits. Le premier m'a causé un choc terrible et m'a changé définitivement, au point de couper mon existence en deux : Avant et Après. Comme la plupart des bouleversements à venir, il concernait mon grand-père Abraham Portman.

Bayard jeunesse, 2011, 444 p.
Bayard jeunesse, 2011, 444 p.

Depuis que Jacob est tout petit, il écoute fasciné les histoires fabuleuses de son grand-père. Photos à l'appui, Grandpa évoque ses souvenirs d'enfance à l'orphelinat de Miss Peregrine Faucon, sur une île du Pays de Galle où il vivait soi-disant "à l'abri des monstres" avec une douzaine d'enfants "particuliers" : la fillette qui lévite, le garçon invisible et celui à deux bouches, ou encore le maigrichon qui soulève des rochers...

 

Maintenant qu'il a quinze ans, Jacob ne croit plus à toutes ces histoires. Ses parents lui ont expliqué que Grandpa, d'origine polonaise, avait été envoyé à l'orphelinat peu avant la Seconde Guerre mondiale afin de fuir les "monstres" nazis. Son imagination avait enjolivé la réalité.

 

Mais ce jour-là, quand Jacob débarque chez son grand-père suite à son coup de fil affolé, il le trouve mortellement blessé et n'a que le temps de comprendre ces quelques mots : "Va sur l'île, Jacob, tu y seras en sécurité. Trouve l'oiseau. Dans la boucle. Le 3 septembre 1940. Emerson. La lettre. Dis-leur ce qui est arrivé." Puis, dans l'ombre, l'adolescent aperçoit le visage hideux d'un monstre qui s'enfuit !..

 

Traumatisé pendant des mois par ce terrible événement, Jacob comprend qu'il n'a plus le choix : il doit se rendre à l'orphelinat sur l'île galloise afin d'élucider le mystère de son grand-père... Que signifient les dernières paroles du mourant ? L'orphelinat est-il toujours ouvert et les enfants devenus adultes toujours en vie ? Qui pourrait bien l'éclairer sur la part de vérité dans les affabulations de Grandpa ?

Mon avis :

Quel roman fascinant ! Il y règne une atmosphère étrange, entre événements historiques et éléments fantastiques... Le lecteur navigue entre les deux sans trop savoir où l'intrigue va le mener. C'est à la fois déstabilisant et intrigant ! Et puis on se laisse porter par l'ambiance... et on savoure !

 

Les photos disséminées tout au long du récit sont pour beaucoup dans cette drôle d'atmosphère. Il s'agit d'authentiques clichés en noir et blanc, glanés dans les brocantes, qui sont parfois glauques façons "freaks" - ces monstres humains exhibés dans les cirques -, et d'autres fois banals mais à qui l'auteur attribue un contexte ou une signification anormale... Et puis il y a le décor aussi : une île isolée au mode de vie arriéré et un orphelinat en ruines aux airs de maison hantée... Brr !

 

Mais ce roman, c'est aussi l'histoire d'un petit-fils qui entretient des liens très forts avec son grand-père, y compris après sa mort. Par amour et respect pour Grandpa, Jacob se lance sur les traces du passé afin d'essayer de comprendre, de ressentir ce que son grand-père a vécu.

 

Enfin et surtout, Miss Peregrine et les enfants particuliers évoque les conséquences des traumatismes de l'enfance, y compris sur les générations futures, et le sentiment d'impuissance qui s'en dégage : "C'était une blessure vieille de soixante-dix ans que j'avais reçue en héritage, tel un cadeau empoisonné."

Il serait vraiment dommage de passer à côté !

Octobre 2013

Le roman a été adapté en film par Tim Burton en octobre 2016. Je l'ai trouvé moyennement réussi. Je n'ai pas ressenti l'ambiance si étrange du roman, sans pour autant pouvoir préciser ce qui m'a manqué... Il y a quelque chose de vaguement angoissant dans le livre, surtout avec les photos, alors que le film penche davantage vers une légèreté de plus en plus empreinte d'humour burlesque au fur et à mesure qu'on avance dans l'intrigue. La scène finale dans la fête foraine, pure invention du réalisateur, frôle le grand-guignolesque ! Seuls les Sépulcreux sont véritablement effrayants. Le roman est une pépite d'originalité, le film une production grand public. N'est pas "particulier" qui veut.

Hollow city : Miss Peregrine 2

Bayard éditions, 2014, 509 p.
Bayard éditions, 2014, 509 p.

 

Fuyant l'île de Cairnholm en barque, Jacob et les enfants particuliers échouent en Grande Bretagne après une périlleuse traversée. Poursuivis par des Estres, perdus dans la forêt sans bagages ni victuailles, ils réussissent néanmoins à trouver une nouvelle boucle où ils sont accueillis par une étrange ménagerie d'animaux particuliers dirigée par un chien parlant, Addison.

 

Addison leur explique que leur ombrune, Miss Wren, est partie au secours des autres ombrunes capturées, à Londres. Miss Wren est la seule à pouvoir aider Miss Peregrine à sortir de sa condition de faucon et à sauver les boucles, alors les enfants particuliers n'ont pas le choix : ils doivent retrouver l'ombrune...

L'avis de Michaël (élève de 5e) :

J'ai bien aimé car l'histoire est bien mais le début est un peu long. Les enfants passent beaucoup de temps sur la barque à s'enfuir et il n'y a pas trop d'action. Heureusement ça s'améliore ensuite ! Au début du livre, l'auteur fait une présentation des personnages donc on resitue bien l'histoire. J'aime bien les photos qu'il insère dans le texte, ça stimule l'imagination. L'intrigue dévoile plusieurs révélations sympas sur les Estres et les particuliers. Par contre la fin reste ouverte, je me demande s'il y aura un tome 3 !

Mon avis :

D'accord avec mon fiston : le début m'a semblé très long ! D'autant qu'il n'y a plus l'effet intrigant du premier tome... On se demande même si l'auteur n'a pas joué avec l'intrigue pour qu'elle colle avec les premières photos !

 

Et puis les enfants tombent sur des animaux particuliers, suivi d'une troupe de Gitans, et nous voilà replongés dans l'atmosphère étrange de Miss Peregrine ! De nouveaux personnages apparaissent, comme Melina et son don de télékinésie, ou encore les deux inséparables frères aveugles qui se déplacent grâce à un sonar (comme les chauve-souris). L'action s'accélère, amenant Jacob et ses amis à associer leurs talents spéciaux pour vaincre les obstacles qui jonchent leur quête.

 

Une quête rendue d'autant plus difficile que nous sommes en 1940... Les Estres se déguisent en soldats nazis (bien vu le parallèle !) et Londres est sous les bombes. La panique lors des bombardements et la désolation de la ville en ruines sont parfaitement rendus. Les derniers particuliers (sur)vivants font figure de résistants dans ce monde agonisant : "Ce n'est pas notre boulot de sauver le monde ! - C'est le boulot de qui, alors ?" Car effectivement, lorsque ceux qui sont chargés de votre défense sont hors combat, il ne reste que "les gens comme vous et moi" pour prendre la relève...

 

La fin de l'aventure réserve une révélation inattendue. L'intrigue est relancée, tandis que Jacob découvre une nouvelle facette à son pouvoir... Rendez-vous pour un tome 3 !

Août 2014

La bibliothèque des âmes : Miss Peregrine 3

Bayard jeunesse, 2016, 587 p.
Bayard jeunesse, 2016, 587 p.

Dans le Londres d’aujourd’hui, Jacob Portman et Emma Bloom se lancent à la recherche de leurs amis enlevés par les Estres. Ils retrouvent leur trace grâce au flair aiguisé d'Addison, l'illustre chien particulier doué de parole. 

 

Bientôt, au bord de la Tamise, ils font la connaissance de Sharon, un géant bourru qui, moyennant une pièce d'or, propose de leur faire traverser le fleuve. Ils rejoignent ainsi l'Arpent du Diable, une boucle temporelle à la réputation effroyable où séjournent les particuliers les moins recommandables, où pirates et malfaiteurs commettent leurs forfaits en toute impunité. Jacob et Emma ne se sont pas trompés : l'ennemi a bien établi son QG dans l'Arpent, derrière les murs d'une forteresse imprenable...

L'avis de Michaël, élève de 2de :

J'étais content de retrouver Miss Peregrine et les enfants particuliers, surtout après l'avoir vu au cinéma. J'avais peur que ce troisième tome se répète par rapport aux précédents mais au final je n'ai pas été déçu ! Il y a énormément d'action tout au long du livre et les événements s'enchaînent bien. J'ai même trouvé certains rebondissements inattendus, l'intrigue a plusieurs fois pris un chemin auquel je ne m'attendais pas ! La conclusion était vraiment bien, j'aurais aimé qu'elle soit plus longue parce que c'est la meilleure fin de roman que j'ai lue ! Du coup c'est dommage qu'il n'y ait pas de suite, des livres comme ça j'en voudrais plus !

Mai 2017

Retrouvez Takalirsa sur Facebook, Twitter, Babelio !

Anaïs vous conseille
Anaïs vous conseille
BD résolument féministe !
BD résolument féministe !