Master

de David LESCOT

Master est un spectacle du Théâtre de Sartrouville (Yvelines) écrit par David Lescot et mis en scène par Jean-Pierre Baro.

Actes Sud, 2016, 54 p.
Actes Sud, 2016, 54 p.

 

Dans une classe de collège, le professeur annonce une interrogation orale sur la matière enseignée : la culture hip-hop.

 

L'élève désigné, Amine, doit citer des œuvres majeures, des grands noms, des dates importantes.

 

Mais Amine n'a pas bien appris son cours, et le prof le renvoie sèchement à sa place. Sauf qu'au lieu d'obéir, l'adolescent agacé se lance dans un rap énervé...

Mon avis :

Un court dialogue surprenant ! Mais difficile à jouer.

Voilà un texte bien étonnant ! Deux personnages seulement, sur la scène : l'enseignant et l'élève. Dans la première partie, l'interrogation orale nous dévoile toute une série d'informations sur les origines du hip-hop en France. On apprend avec surprise que c'est Plastic Bertrand avec Ça plane pour moi (1978) qui est considéré comme le premier rap en langue française et Chagrin d'amour ("Chacun fait c'qui lui plaît", 1981) le premier rap français !.. Que le mouvement n'est pas né dans les cités mais issu d'une mode médiatique, d'ailleurs Annie Cordy elle-même s'est amusée à rapper ("Et je smurfe", en face B de "Choubidou) !!.. On apprend également quelques mots de vocabulaires spécifiques au mouvement, le tout parfaitement intégré au dialogue.

Et puis soudain la scène vire à la joute verbale entre les deux personnages, au "clash" (à ne pas confondre avec une "battle" !). Si Amine n'a pas la théorie, il prouve ainsi qu'il a compris l'esprit du hip-hop : "le rap est réfractaire à tout ce qui est autoritaire". Loin de se démonter, le prof lui répond de la même manière, continuant son cours... en rappant ! Chapeau l'auteur ! Dès lors le titre prend tout son sens : "master" ("le maître"), désigne l'enseignant et aussi le MC, "Maître de Cérémonie" : le rappeur. D'abord en longues tirades, puis en répliques du tac au tac, les deux personnages s'affrontent, élargissant le propos à un débat socio-politique sur le hip-hop : "[Le prof] Tout ce que je t'apprends, moi je l'ai vécu" - [L'élève] La sociologie du rap, je n'ai pas besoin de l'apprendre (...) c'est moi". Jusqu'à ce qu'arrive la fin du cours... et un magnifique coup de bluff de l'auteur qui m'a agréablement surprise !

La thématique et la forme sont donc originales pour une pièce de théâtre, et donne envie de voir le résultat sur scène. Par contre ce genre de texte, à cause du vocabulaire spécifique et de la longueur des tirades dans la deuxième partie, est trop difficile à faire jouer par des élèves.

Mars 2016

voir d'autres pièces de théâtre
voir d'autres pièces de théâtre

Retrouvez Takalirsa sur Facebook, Twitter, Babelio !

Anaïs vous conseille (BD)
Anaïs vous conseille (BD)
livre adulte
livre adulte