Magus of the library

manga de Mitsu IZUMI

Protéger les livres, c'est tout simplement protéger le monde.

Ki-oon, 2019, 240 p.
Ki-oon, 2019, 240 p.

 

Pour le jeune Shio, qui passe son temps libre plongé dans les romans, les récits extraordinaires sont un refuge face à la brutalité du quotidien. Son rêve est de partir pour Afshak, la capitale des livres, où sont rassemblées toutes les connaissances du monde. Un projet utopique pour un gamin sans ressources… jusqu’au jour où des envoyées de la fameuse bibliothèque centrale, les Kahunas, débarquent dans son village ! Le miracle qu’il appelle de ses vœux depuis si longtemps est-il sur le point de se réaliser ?

 

(4e de couverture)

Mon avis :

Voilà un manga auquel les amoureux de la lecture ne peuvent qu'adhérer! Son jeune héros est un passionné de romans pour qui la rencontre avec les quatre Kahunas, chargées de veiller sur les ouvrages de la grande bibliothèque centrale, est un émerveillement. Connaissances, évasion ("Partir à l'aventure, ici même, dans cette pièce, sur ces étagères"), imagination, émotion: le récit fait le tour de ce que l'on ressent en lisant ("Un nouveau livre, c'est une porte sur l'inconnu. Quand l'histoire est originale, c'est comme si une puissance mystérieuse nous y précipitait"). L'auteur évoque brièvement l'histoire des écrits (de la stèle au volumen en passant par les tablettes d'argile et de bois) et nous donne aussi une petite leçon de restauration de livres anciens, l'une des missions des Kahunas ("Protéger les textes, c'est ça la mission de la bibliothèque centrale d'Afshak").

 

Malheureusement le petit Shio ne peut profiter de la bibliothèque du village comme il le souhaite. Enfant pauvre des faubourgs (il vit seul avec sa sœur aînée), affublé d'oreilles pointues, il subit le harcèlement de ses camarades d'école et la discrimination du directeur de la bibliothèque. Touché par ce garçonnet rejeté mais intelligent et courageux ("Tu es futé pour ton âge!"), Sedona, l'une des Kahunas, va se prendre d'amitié pour lui et l'aider à débloquer la situation ("Je suis sûre que si tu deviens capable de comprendre ce qu'il y a dans les livres, tu iras très loin sans l'aide de personne"). Ne dit-on pas que certaines lectures ont un grand impact sur la vie de leurs lecteurs ("Ce livre a changé mon destin")?

 

Côté graphisme, les décors sont très détaillés. Le village, la forêt, les costumes des Kahunas: tout est très soigné et certaines vignettes sont vraiment belles. Le récit se teinte parfois d'une touche fantastique (avec Kukuo le féliona à crinière et corne frontale, avec le grimoire de magie volé, ou encore lors de la scène avec le tapis volant), ce qui va bien avec le thème de la lecture.

Ce premier tome se conclut avec un ultime conseil de Sedona: lire, c'est bien, mais il ne faut pas oublier d'écrire sa propre histoire, sa propre vie ("Tu es le seul à pouvoir tourner les pages")! Sept ans plus tard, Shio aura-t-il su mettre à profit ces paroles?

Patricia Deschamps, septembre 2021


Magus of the library, tome 2

 

- Pourquoi les gens viennent dans ce genre d'endroit [les bibliothèques] ?

- Pour comprendre ce qu'ils ne connaissent pas.

Ki-oon, 2019, 240 p.
Ki-oon, 2019, 240 p.

 

Sept ans plus tard. Déterminé à passer le concours, Shio se met en route afin de rejoindre la bibliothèque centrale d'Afshak. Mais le chemin pour s'y rendre est loin d'être de tout repos. En effet, l'adolescent est témoin d'une bagarre dès son arrivée à Hamse, la ville des cascades... Et s'il suffisait d'ouvrir un livre pour se réconcilier ?

 

(4e de couverture)

Mon avis :

Voilà un manga qui associe parfaitement qualité du dessin et du contenu. Les paysages et intérieurs de bibliothèques sont très réussis! Le récit se découpe en plusieurs épisodes, au fil des rencontres que fait Shio sur la route d'Afshak, la capitale des livres.

 

La petite Chaku perturbée par le mariage de sa soeur, Mihona témoin d'un vol de nouveautés dans le quartier des libraires, et même l'affaire du furua (animal entre le rat et le lapin, tout blanc): chaque étape montre comment un livre peut amener les gens à changer (d'opinion, d'attitude). Il est beaucoup question de la différence, et de la peur, ou tout au moins la méfiance, qu'elle peut engendrer ("Les êtres vivants sont programmés pour avoir peur de ce qu'ils ne connaissent pas. Mais à mesure que l'inconnu leur devient familier, ils découvrent aussi ses bons côtés"). Si la petite Chaku s'inquiète, c'est parce que son futur beau-frère vient d'une autre tribu. Si le furua est menacé, c'est parce qu'il est un "sans couleur". Cependant c'est aussi ce qui le rend rare et donc précieux.

 

Le héros lui-même a bien du mal à faire accepter sa différence: ses oreilles pointues, son origine sociale ("Tu n'as pas bénéficié du même environnement que les autres candidats"). On lui découvre aussi dans ce tome 2 des capacités magiques et une certaine faculté à se battre. Car cette inégalité de chances est justement ce qui le rend si déterminé et persévérant, et fait qu'il développe de nouvelles capacités. Tandis qu'il passe la première épreuve du concours ("l'écrit infernal"), Shio démontre toute la résistance physique et mentale qu'il a développée pendant ces sept années d'efforts et de préparation. Si Mihona aime se prendre pour un personnage de roman, Shio se dévoile plutôt auteur, celui de sa propre vie: "C'est à toi d'écrire cette histoire".

 

Patricia Deschamps, avril 2022

Retrouvez Takalirsa sur Facebook, Twitter, Babelio, Instagram et Youtube

BD adulte

- Roman adulte -

saga familiale
saga familiale