Ma tronche en slip

Vincent CUVELLIER

Je suis en slip devant Gérard Jugnot. Des fois, la vie, c'est n'importe quoi.

Rouergue, 2014, 73 p. (doAdo)
Rouergue, 2014, 73 p. (doAdo)

 

Benjamin aime bien qu'on le regarde. Normal, il est le plus mignon de sa bande. Franchement, il adore quand les filles lui tournent autour. Il ne pense même qu'à ça!

 

Quand il se fait repérer dans la rue par une agence de mannequins, il est super heureux qu'il se passe enfin quelque chose dans sa vie. Mais quand il se découvre en slip sur des affiches géantes près de son lycée, avec le slogan «Y en a qui sont bien dans leurs baskets. Moi, je suis bien dans mon slip !», c'est presque trop.

Et si ça finissait par payer avec les filles ?

 

(texte : 4e de couverture)

Mon avis :

♪ Il est à qui, hein, le youki ? ♫ (p.48)
♪ Il est à qui, hein, le youki ? ♫ (p.48)

Une petite histoire légère et plutôt drôle.

A écouter Benjamin, il mène une vie désolante: "Je vois tous les autres, avec leur meilleur ami, avec une fille qu'ils connaissent depuis la maternelle, avec une fille dont ils sont raides dingues. Moi, j'ai un gros copain qu'on appelle Gorille, un autre avec une voix de fille, un troisième qui s'appelle Brahim mais qui se fait appeler Marcus. Moi, j'ai une fille qui me dit pas bonjour, et des parents qui se disent pas bonjour non plus. En fait, je rigole tout le temps, mais j'ai souvent les boules." Les boules au sens propre également, puisque, obsédé par le sexe, l'adolescent ne pense qu'à "se branler"...

 

Et puis voilà qu'il se fait repérer dans la rue et que l'événement dévoile une certaine fragilité derrière la désinvolture. Bien sûr le récit est avant tout une dénonciation désopilante du monde du mannequinat : Benjamin est emmené en Afrique du Sud pour le tournage de sa malheureuse pub de slip parce que "les colored people, là-bas, tu les paies rien du tout" alors que "en France, avec leur syndicat et toutes leurs conneries, faut les payer plein pot, les mecs...". Sur place, il faut "bosser avec des amateurs, galère, quoi !", quant à la recruteuse, "elle m'a pas rappelé une seule fois... C'est du genre, je te trouve et après plus rien...". Finalement ladite Charlotte se révélera un peu plus professionnelle, mais le cadre est bien là!

 

Bien moins sûr de lui qu'il n'y paraît, Benjamin doute de la bonne réception du résultat par ses proches. Mais au bout du compte l'expérience aura été riche de rencontres, lui aura permis de renouer le dialogue avec ses parents divorcés et surtout, lui aura fait prendre confiance en lui. Il est dommage que le roman soit si court, l'intrigue aurait méritée d'être développée parce que l'on reste sur un sentiment de superficialité.

Décembre 2017


Retrouvez Takalirsa sur Facebook, Twitter, Babelio, Instagram, Youtube !

- Coup de cœur -

roman adulte
roman adulte