Les Gardiens du Louvre

bande dessinée de Jirô TANIGUCHI

Le Louvre, étrange dédale.

Futuropolis, 2014, 136 p.
Futuropolis, 2014, 136 p.

En escale à Paris, un mangaka se retrouve cloué au lit dans sa chambre d'hôtel à cause d'une forte fièvre. Se sentant un peu mieux le lendemain de son arrivée, il se rend au Musée du Louvre dans lequel il n'avait encore jamais mis les pieds. Pour fuir la foule, il gagne l'entresol de l'aile Denon. Bientôt, il est pris d'un malaise et entend une voix lui demander s'il va bien: la foule a mystérieusement disparu et une femme élégamment vêtue se tient en face de lui. Elle lui annonce qu'il se trouve dans les limbes oniriques de son imagination et qu'elle fait partie des Gardiens du Louvre... Délire lié à la fièvre ou réalité?

Mon avis :

C'est un joli voyage dans les œuvres du Louvre guidé par les esprits habitant et protégeant les lieux. Même si le sens de lecture est japonais, c'est une bande dessinée grand format, au style épuré, tout en couleurs pâles et lumineuses. Si le musée est présenté comme "un haut lieu touristique" envahi par la cohue, ce qui ne donne pas très envie d'aller le visiter (ce n'est "guère propice à la contemplation picturale"), c'est une étrange expérience onirique et temporelle que nous fait vivre le personnage. On côtoie le peintre Camille Corot, puis Van Gogh à Auvers, cependant c'est le passage sur 1939 qui m'a le plus captivée: on y voit comment les œuvres d'art furent évacuées, avec d'autant de réactivité que d'efficacité, afin de les mettre à l'abri de l'invasion allemande. C'est vraiment un album très beau, c'est dommage qu'il n'y ait aucune intrigue!

Patricia Deschamps, décembre 2022


Retrouvez Takalirsa sur Facebook, Twitter, Babelio, Instagram et Youtube

Lire et relire