Les âmes vives

roman d'Isabelle ROSSIGNOL et Christophe PETOT

En mission, seule compte la proie : la harponner et ne plus la lâcher.

Talents Hauts, 2018, 175 p. (Ego)
Talents Hauts, 2018, 175 p. (Ego)

 

Inès, seize ans, en quête d'identité et en plein questionnement sur le sens de sa vie et de ses origines marocaines, entre en contact avec Gégé par le biais d'un forum. C'est le seul qui semble l'écouter et la comprendre. Le lien qu'ils tissent, renforce les convictions d'Inès sur la foi musulmane et ses préceptes. La jeune fille ignore que Gégé est rabatteur pour le compte d'un imam extrémiste.

Mon avis :

En adoptant différents points de vue (l'héroïne embrigadée, ses parents, le rabatteur...), le récit immerge de manière précise dans le mécanisme de l'endoctrinement. D'un côté Inès, qui "n'arrive pas à trouver sa place" bien qu'elle soit dans une famille heureuse; de l'autre Gérard, recruté par une organisation islamiste pour "harponner" les jeunes les plus fragiles. On voit bien les techniques de manipulation utilisées: mettre à l'aise "en parlant de tout et de rien", sortir des phrases toutes faites ("Tu n'es plus toute seule, ma sœur."), répéter les pseudo préceptes du Prophète ("des sortes de mantra") afin de laver le cerveau.

 

Dès lors, Inès "se sent mener une double vie", mentant à ses parents, voyant Gérard ("Son messager. Son envoyé d'Allah. Son frère.") et l'imam en secret. Driss et Karima perçoivent bien le changement d'attitude de leur fille ("Comment est-ce qu'elle a pu se transformer autant?") mais n'arrivent pas établir le dialogue. Son amie Sarah ne comprend non plus ce soudain intérêt pour ses origines marocaines ("Tu sais quoi, toi, des filles du bled?").

 

Et puis il y a Jane et Arthur. Avec son reportage photo osé sur la burqa, le jeune homme cherche à contester l'extrémisme religieux de manière artistique. Son amie, en habituée de la bibliothèque, est chargée d'y déposer le "livre pirate" en toute discrétion. Ce sera l'élément déclencheur pour Inès, déjà choquée par la nudité autour d'elle et les agressions sexuelles gratuites.

 

La fin montre les différentes manières de gérer la situation après le drame. Tandis que les services de police s'évertuent à démanteler le réseau, l'équipe médicale cherche à rétablir le lien avec la famille, et surtout, à montrer à Inès "ce qu'est réellement l'islam". C'est souvent à cause d'une méconnaissance de la religion que les jeunes se laissent en effet embarquer par des usurpateurs.

 

Patricia Deschamps, juin 2022


Retrouvez Takalirsa sur Facebook, Twitter, Babelio, Instagram et Youtube

N'oublions pas les classiques !

- Bande dessinée adulte -

western féministe
western féministe