Le ventre de Paris : Les Rougon-Macquart tome 3

roman d'Emile ZOLA (1873)

- Quels gredins que les honnêtes gens !

 

Pris sur les barricades, Florent a été condamné au bagne de Cayenne. Il s'en évade et retourne à Paris, aux Halles, où il espère se cacher et revoir son frère Quenu. Ce dernier, un gros charcutier, a épousé la belle Lisa Macquart. Le couple lui procure une place d'inspecteur aux Halles et essaie de l'engraisser. Mais Florent, au pied des montagnes de viande, de légumes et de beurre, reste maigre. Il n'a faim que de justice. Généreux, tendre, persuadé que l'homme est bon et honnête, il rêve de politique et veut changer la société du Second Empire.

 

(4e de couverture)

Mon avis :

Nous sommes toujours à Paris mais cette fois côté Macquart, avec Lisa (fille aînée d'Antoine et sœur de Gervaise) la belle charcutière qui tient boutique dans le quartier marchand des Halles. La scène d'ouverture est magnifique, la description des étals de légumes sous le soleil levant ayant une touche impressionniste du plus bel effet. J'ai même cru que le peintre Claude évoqué était Monet mais non, c'est en fait Lantier (le fils de Gervaise), personnage inspiré de Paul Cézanne, grand ami de Zola.

 

Ensuite cela se gâte parce que Zola fait de nombreuses descriptions des "débordements de nourriture" exposée dans les Halles (poissons, viandes, fromages...) au point d'en écœurer le lecteur. C'est le but je suppose, le récit adoptant le point de vue de Florent le révolutionnaire maigre qui s'oppose "aux bourgeois empâtés" au sens propre comme au figuré. Galvanisé d'idéaux d'égalité, Florent s'oppose, dans son mode de vie, à ces riches et gros commerçants (les "Gras") qui s'engraissent dans tous les sens du terme. Pourtant, comme dirait Lisa, c'est une fortune amassée honnêtement par le travail, à la différence de celle de son cousin Aristide, le spéculateur immobilier "qui vole tout le monde" dans le tome 2, La curée.

 

Le quartier des Halles constitue un monde à lui tout seul. J'ai beaucoup aimé la description des différentes personnalités, c'est ce que je préfère chez Zola, cette finesse psychologique qui fait que chaque personnage est unique et immédiatement identifiable. Chaque corps de métier défend sa spécificité et son appartenance avec vigueur. Les poissonnières sont particulièrement truculentes, elles se montrent impitoyables avec le pauvre Florent devenu inspecteur au pavillon de la marée. J'ai savouré la rivalité très drôle entre celle que l'on surnomme la belle Normande et sa rivale Lisa la charcutière.

 

Cependant ce petit monde n'aime pas les étrangers et Florent l'ex-bagnard va en faire les frais, victime d'une coalition de l'ombre alors qu'il prépare un mouvement révolutionnaire avec ses compagnons du café voisin ("C'était le quartier entier qui le livrait"). Les passages politiques m'ennuient toujours un peu dans cette saga, mais je dois reconnaître que la fin m'a habilement surprise. Que de médisance et de méchanceté! Zola a l'art de dépeindre avec précision et passion les différents milieux et idéologies de son époque, et l'on se rend compte qu'au fond, rien n'a vraiment changé.

Patricia Deschamps, mars 2022


Retrouvez Takalirsa sur Facebook, Twitter, Babelio, Instagram et Youtube

Vu sur Netflix

la BD à l'origine de la série
la BD à l'origine de la série

- Thriller adulte -

mentalisme/illusion
mentalisme/illusion