Le rouge au fusil

de Sophie LAMOUREUX

- La guerre, c'est que des tripes et de la merde, c'est tout. Cette garce fait de nous des assassins, des types qu'on aurait eu peur de rencontrer avant.

Talents hauts, 2018, 169 p.
Talents hauts, 2018, 169 p.

1917. La guerre fait rage au Chemin des Dames. Depuis trois longues années, les soldats Vincent Morlas et Joseph Dartigue ont vu mourir tant de leurs compagnons qu'ils ne rêvent plus que de paix. Leur officier le leur a promis: une dernière offensive et ils auront une permission.

 

Grâce à leur courage, la mission est couronnée de succès, mais leur officier est tué. Les quelques mètres gagnés sont vite reperdus et la permission promise annulée. Il faut remonter au front. Morlas et Dartigue accrochent alors le rouge de la révolte à leurs fusils.

 

(4e de couverture)

Mon avis :

Quand des soldats excédés, révoltés par la guerre, se mutinent.

Depuis trois ans qu'il combat, le caporal Vincent Morlas "a su nouer des amitiés fortes autour de lui" malgré les différences d'origine sociale et de caractère. Lui le paysan illettré ne quitte jamais son compagnon Dartigue, typographe parisien qui "tient tête" à tout le monde, n'hésitant pas à exprimer haut et fort ce qu'il pense. Avec le P'tit Pilou ("le gamin qu'il a pris sous son aile"), le grand Serge ("qui dépassait toujours de dix centimètres dans les tranchées") et d'autres encore, ils forment "comme une famille", unis par l'atrocité du quotidien. Toute la première partie relate de manière vivante et instructive ce que vit et ressent la petite bande, avec en point d'orgue l'assaut du plateau de Craonne.

 

On comprend dès lors le mélange de frustration, de colère et de désespoir qui anime ces hommes face à "toutes les promesses non tenues" de l'état-major! Voir ses camarades "crever seuls comme des chiens", sortir miraculeusement indemne d'une bataille mais remettre sa vie en jeu aussitôt, se donner l'impression d'être un assassin semant la mort pour ne pas la subir... "Ça n'en finira jamais"! Cette permission à nouveau refusée est celle de trop pour ces hommes qui ont "perdu l'espoir dans l'une ou l'autre de ces tranchées qui embourbent tout, et d'abord l'espérance"...

Le procès et la menace du peloton d'exécution constituent un épisode plein de tension où domine le sentiment d'injustice : leur exemple ne doit pas "se répandre comme une traînée de poudre dans toute l'armée"... On y voit des gradés ayant perdu toute humanité et des hommes cherchant à conserver leur dignité jusqu'au bout.

Un roman rempli d'émotions qui fait aussi réfléchir sur le sens de la guerre : "Quelle cause était assez grande pour justifier tous ces morts?"

Novembre 2018

du même auteur
du même auteur

Retrouvez Takalirsa sur Facebook, Twitter, Babelio !

Michaël vous conseille
Michaël vous conseille
roman adulte
roman adulte