Le monde des animaux perdus

bande dessinée de Noémie WEBER

Gallimard jeunesse, 2022, 63 p.
Gallimard jeunesse, 2022, 63 p.

 

Elsa, 8 ans, n'aime pas l'école, et comme sa soeur Adèle aime à lui rappeler, elle n'a qu'un seul véritable ami : Aldo, son poisson rouge. Mais un jour, Aldo s'endort... et finit dans la cuvette des toilettes ! Ni une ni deux, Elsa part à sa recherche... au pays des animaux perdus. Dans cette mystérieuse contrée, Elsa parviendra-t-elle à retrouver Aldo ?

Mon avis :

Feuilleter le début de l'album
Feuilleter le début de l'album

Voilà un album bien étrange, une aventure onirique et philosophique dans l'esprit d'Alice au pays des merveilles. A la recherche de son poisson rouge mort ("endormi"?) jeté dans la cuvette des toilettes par sa sœur, la petite Elsa se retrouve dans le monde des animaux abandonnés par leur maître, où se trouvent également les âmes perdues des animaux morts. J'ai trouvé le défilé de chiens sur la route des vacances particulièrement triste. Le seul humain qu'Elsa croise est un garçon... japonnais, avec qui la communication est donc impossible.

 

Les animaux sont par contre doués de parole. La fillette fait notamment la connaissance d'un chat qui s'amuse à bousculer ses certitudes ("Comme la plupart des gens, tu n'aimes pas entendre la vérité"). Malgré tout, on se demande pendant une bonne partie de la bande dessinée quel peut bien en être le message. La construction du récit est originale mais le graphisme et l'ambiance un peu particuliers.

Au final, on se rend compte qu'Elsa est malmenée par les animaux tout comme les humains maltraitent les bêtes: "A moitié noyée, pourchassée, mise en cage, forcée de courir dans une roue de hamster et de faire des numéros de cirque... Ras le bol de ces animaux qui me traitent comme une BÊTE!". Pourtant la fillette adore son poisson rouge qu'elle considère comme son meilleur ami.

 

En réalité le problème est bien là: "Tu n'as pas beaucoup d'amis, n'est-ce pas?". Et les animaux autour d'elle peuvent témoigner de la violence (morale comme physique) dont les humains sont capables. Mais les âmes des animaux morts subsistent tant que nous les gardons en mémoire... Et la dernière scène prouve qu'après une perte, après un deuil, il est toujours possible de prendre un nouveau départ.

Patricia Deschamps, novembre 2022


Retrouvez Takalirsa sur Facebook, Twitter, Babelio, Instagram et Youtube

Lire et relire