Le fantôme de l'Opéra

de Gaston LEROUX (1868-1927)

Né à paris le 6 mai 1868, Gaston Leroux a d’abord été avocat puis se lance dans le journalisme. Devenu grand reporter, il voyage beaucoup.

 

En 1907 commence la parution en épisodes du Mystère de la chambre jaune avec son désormais célèbre détective Joseph Rouletabille. Le succès aidant, il abandonne la presse pour ne se consacrer qu’à l’écriture. Et son savoir-faire journalistique se retrouvera en filigrane dans l’ensemble de son œuvre qui compte une cinquantaine de nouvelles et de romans.

 

Lorsque paraissent en 1909 les premiers épisodes du Fantôme de l’Opéra dans le quotidien Le Gaulois, Gaston Leroux est déjà en pleine gloire littéraire. Le Fantôme de l'Opéra est inspiré par des rumeurs qui ont couru sur de prétendus mystères provenant des dédales souterrains de l'Opéra Garnier à Paris dans la deuxième moitié du XIXe siècle et de l'incendie, très réel celui-là, du Bazar de la Charité le 4 mai 1897.

Source : L'internaute, Wikipédia

On est donc malheureux, quand on aime ?

format epub, 300 p.
format epub, 300 p.

Il se passe d'étranges événements à l'Opéra... Un machiniste est retrouvé pendu, un lustre tombe sur une spectatrice pendant une représentation, et les deux nouveaux directeurs se voient exiger par un certain "Fantôme de l'Opéra" la somme de 20 000 francs par mois ainsi que l'exclusivité de la première loge n° 5 !

Et la jeune Christine Daaé, une débutante remplaçant au pied levé la grande Carlotta, qui surprend tout le monde en chantant comme elle n'a jamais chanté !

 

"Les anges ont pleuré ce soir."

 

Le vicomte Raoul de Chagny, amoureux de Christine depuis toujours, est à la fois subjugué et inquiet : la jeune femme lui a avoué recevoir dans sa loge des leçons de chant d'un mystérieux "Ange de la musique"... qu'elle n'a jamais vu ! Et voilà qu'elle disparaît... Pour Raoul, pas de doute : elle a été enlevée !

Mon avis :

l'Opéra Garnier vers 1900
l'Opéra Garnier vers 1900

Un classique entre fantastique et romance.

Le premier tiers du roman m'a littéralement captivée. Tournant autour de la légende du fantôme qui hanterait les sous-sols de l'opéra, "indécrottable superstition" largement entretenue par le personnel, les premiers chapitres jouent avec le surnaturel sans que l'on sache jamais "où finit le réel, où commence le fantastique".

l'édition de 1921
l'édition de 1921

Et puis on bascule dans la partie sentimentale aux côtés de Raoul de Chagny enquêtant sur le comportement incohérent de sa dulcinée - "l'ange de la musique" et "l'homme à la tête de mort" ne faisant qu'un. J'avoue avoir un peu décroché, trouvant l'attitude excessivement émotive de Christine un peu exaspérante. Celle-ci, à la fois attirée par le talent musical du "fantôme" et révulsée par son aspect physique, désireuse de vivre pleinement son amour pour le vicomte mais terrorisée par la réaction de "F. de l'O." également amoureux d'elle, passe son temps à s'agiter et se désoler, à s'exalter et à gémir (elle est fatigante, oui !).

 

le film "Phantom of paradise" de Brian de Palma, entre cinéma fantastique et opéra rock
le film "Phantom of paradise" de Brian de Palma, entre cinéma fantastique et opéra rock

Heureusement dans la dernière ligne droite, retour au frisson avec l'immersion dans les entrailles de l'opéra (à lire le soir dans la pénombre !), en direction de l'antre, en bord de lac (il paraît qu'il existe bel et bien une rivière souterraine à Paris) de cet homme maudit. Toujours sur les pas de Raoul, on découvre les dessous angoissants de ce lieu gigantesque aux multiples ramifications qu'est l'opéra. Des bas-fonds occupés par des machinistes œuvrant dans l'ombre, et surtout recelant de multiples cachettes, trappes et autres passages secrets :"Tout ici est mystérieux et terrible...". L'action finale est pleine de tension et de surprise, "le fantôme", tel un prestidigitateur, montrant toute l'étendue de son ingéniosité technique. Et en même temps, c'est toute l'étendue de sa détresse qu'il expose de manière touchante, n'ayant plus la force de porter ce fardeau qui lui a fait renoncer "à toutes les choses du dessus de la terre" - "Pauvre malheureux Erik ! (...) Il avait un cœur à contenir l'empire du monde, et il dut, finalement, se contenter d'une cave".

En conclusion, si le récit aurait gagné à être condensé, si l'écriture de l'auteur semble parfois exagérément expressive, l'essence de l'intrigue reste néanmoins admirable et l'on comprend que l'histoire ait été aussi souvent adaptée.

Août 2016

voir la rubrique Classiques
voir la rubrique Classiques

Retrouvez Takalirsa sur Facebook, Twitter, Babelio !

Michaël vous conseille
Michaël vous conseille
roman adulte
roman adulte