La vie compliquée de Léa Olivier

de Catherine GIRARD-AUDET

1. Perdue

Kennes, 2013, 312 p.
Kennes, 2013, 312 p.

 

Léa, 14 ans, vient tout juste d'emménager à Montréal avec ses parents et son frère Félix. Séparée de sa meilleure amie Marilou et son amoureux Thomas, elle peine à se faire à son nouvel environnement. Il faut dire qu'entre les maladresses de Thomas, pas très doué pour les relations à distance, les filles du lycée qui la prennent de haut et son frère Félix qui joue les beaux gosses, Léa se sent parfois un peu seule. Heureusement il y a Marilou, à qui elle raconte tout, par mail et par skype. Laquelle la tient au courant de la vie de leur village, des faits et gestes de Thomas et des aléas de sa vie amoureuse.

Mon avis :

L'originalité de ce livre, c'est qu'il est entièrement constitué d'échanges de mails et de tchats et de conversations rapportées, ce qui rend le récit vivant et dynamique. Et comme l'auteure est québécoise, le texte est truffée d'expressions de là-bas!

 

Au départ l'héroïne m'a semblé agaçante parce qu'elle s'apitoie sur son sort ("Je ne suis pas très joyeuse") et dramatise la situation. Loin de sa BFF Marilou et de son chum Thomas, elle joue la "rejet" toute seule dans son coin. Heureusement Lou est de bon conseil, elle l'encourage à sortir de sa coquille ("Tu gagnerais beaucoup à parler aux gens que tu ne connais pas. Ils savent que tu es nouvelle.") et à se montrer plus combattive. Au contraire de Léa, elle n'a pas peur de dire ce qu'elle pense et se fiche du regard des autres. Léa souffre beaucoup d'être éloignée de Thomas mais là encore, son amie va lui faire réaliser qu'elle est "plus attachée à l'image que tu te fais de lui qu'à ce qu'il est en réalité".

 

Son déracinement amène donc Léa à remettre peu à peu ses problèmes en perspective ("Je me complique la vie pour rien?"). En réalité, comme la plupart des adolescent·e·s de son âge, elle a une perception de soi faussée ("Tu ne réalises pas ce que tu vaux") et une certaine tendance à "en revenir toujours à TOI et TES insécurités". Elle va réaliser que, contrairement à ce qu'elle croit, ses nouveaux camarades (Jeanne, Annie-Claude, Eloi) l'apprécient, qu'il ne faut pas "juger les autres trop rapidement" et surtout "ne pas se laisser autant influencer par l'opinion des autres" (notamment dans la gang des nunuches). Bref, "le mieux à faire, c'est de rester soi-même"!

Patricia Deschamps, mai 2021


♦ Adaptation BD de Alcante (scénario) et Borecki (dessin)

Kennes, 2017, 48 p.
Kennes, 2017, 48 p.

 

Mon avis (★):

 

C'est une chouette BD, pleine de couleur et de vie, qui alterne les scènes entre Léa et Marilou. Il y a un code couleur pour les paroles rapportées de chacune et le texte alterne avec des bulles de discussion en direct. Certains passages sont légèrement adaptés par rapport au livre d'origine afin de rendre le récit plus fluide et accentuer le caractère des personnages (notamment celui de Maude la peste).

Lire le début de l'album
Lire le début de l'album

 

 

J'ai trouvé l'héroïne plus attachante que dans le roman. Elle a les mêmes préoccupations mais l'humour des situations ressort davantage. Autant j'hésite à acheter la suite de la série, autant la version BD m'a conquise!

 

Patricia Deschamps, mai 2021


Retrouvez Takalirsa sur Facebook, Twitter, Babelio, Instagram, Youtube !

relations mère-enfant/ado
relations mère-enfant/ado
roman adulte
roman adulte