La princesse de l'aube

de Sophie BENASTRE, illustré par Sophie LEBOT

De la Martinière, 2017, 32 p.
De la Martinière, 2017, 32 p.

 

Elyséa était une contrée lumineuse, où vergers et troupeaux abondaient.

 

Mais un jour le sol se mit à trembler et le royaume sombra dans les entrailles de la terre. Ceux qui avaient survécu creusèrent des tunnels dans ce monde d'en bas, se nourrissant de champignons, s'habituant à l'obscurité et à la tristesse infinie.

 

La reine donna pourtant naissance à une petite princesse prénommée Lucia, bientôt vénérée par son peuple comme la promesse d'une aube nouvelle...

 

(Texte : Ophelien pour Babelio)

Mon avis :

Quel album magnifique ! Le format (géant), les illustrations (somptueuses) et l'histoire (poétique) font de ce conte un moment magique et un peu hors du temps.

Le contraste visuel entre les deux premières pages marque nettement le passage du paradis (avec ses teintes à la fois pastel et lumineuses) aux décombres (où un feu pâle constitue la seule faible source de lumière). Tout au long des pages suivantes, où s'organise la survie "dans ce monde hostile", la clarté n'apparaît que par touches, halos de lucioles au cœur de l'obscurité, îlots de lanternes ponctuant le deuil de tout un peuple. Le texte, aux mots minutieusement choisis, contribue autant que les images à forger cette ambiance toute particulière en opposition clair-obscur qui m'a évoqué celle de Tant que nous sommes vivants d'Anne-Laure Bondoux.

 

D'ailleurs, tout comme dans celui-ci, une réflexion philosophique va pointer en filigrane. Avec la naissance de Lucia, "la lumière", les ombres ne tardent pas à être repoussées, toujours plus loin au fur et à mesure que la fillette grandit. Cependant Lucia ne fait rien de particulier pour mériter ce titre de "symbole d'espoir" attribué par son peuple, il lui suffit d'exister. En revanche j'ai beaucoup aimé le personnage du petit tisserand, Organd, qui crée de la beauté à partir du malheur : c'est avec les fils de soie des araignées des tunnels qu'il réalise les magnifiques tenues destinées à Lucia (et qui contribuent à son rayonnement). Organd est un garçon "bon et courageux", sans aucun orgueil malgré son talent.

 

C'est certainement la beauté de leur amour et la sincérité de leurs sentiments qui est à l'origine du miracle. La double page montrant le retour au "monde d'en haut" mêle la splendeur de la nature aux couleurs vives, qui renaît sur les ruines, aux visages anxieux des personnages, conscients de sa fragilité : et si le drame recommençait ? "J'ai beaucoup songé à cela dans le noir et le froid du monde d'en bas", avoue la reine, toujours de noir vêtue comme si elle n'osait croire au bonheur revenu. A la différence de sa fille, qui n'avait jamais rien connu d'autre que la noirceur et ne peut être qu'éblouie par tant de merveilles, Radamenta a en effet compris "que nous vivions dans ce paradis sans le voir", habitués à en exploiter les douceurs sans se soucier de les préserver...

 

Ainsi le message est double : non seulement nous, adultes, devons prendre conscience des richesses de notre planète et les protéger, mais nous avons aussi pour mission de transmettre ces valeurs aux générations suivantes pour qu'elles perdurent... Et quoi de plus efficace pour apprécier son bien-être que de s'en priver, ne serait-ce que quelques heures (telle la princesse s'engouffrant dans le labyrinthe de ténèbres) ? Ne sommes-nous pas tellement habitués à notre petit confort que nous n'envisageons pas de le perdre un jour ? Or la réalité pourrait bien rattraper très vite la fiction...

Un album à savourer et à méditer, et qu'on lit et relit avec plaisir.

Décembre 2017


Retrouvez Takalirsa sur Facebook, Twitter, Babelio !

Anaïs vous conseille (BD)
Anaïs vous conseille (BD)
livre adulte
livre adulte