La passe-miroir tome 1 : Les fiancés de l'hiver

de Christelle DABOS

Ophélie n'était bonne qu'à lire. Si on lui retirait cela, il ne restait d'elle qu'une empotée.

Gallimard jeunesse, 2013, 528 p.
Gallimard jeunesse, 2013, 528 p.

Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut, par simple toucher, "lire" la mémoire d'un objet. D'autre part, elle peut voyager en passant au travers des miroirs.

 

Ophélie vit paisiblement sur l'arche d'Anima. Mais sa vie bascule le jour où elle se retrouve fiancée contre son gré à un homme du puissant clan des Dragons, Thorn. Accompagnée de sa tante et marraine Roseline, Ophélie va devoir tout quitter pour le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle.

 

Cependant la jeune fille s'interroge : à quelle fin a-t-elle été choisie ? Et pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? 

L'avis de Catherine, prof doc :

Je n’ai pas trop l’habitude de ce genre de littérature mais au final, c’est un vrai coup de cœur ! 

Ophélie est une héroïne totalement à contre-emploi qui n’a rien pour plaire : maladroite et gauche depuis un accident de miroir alors qu’elle avait 13 ans, négligée dans son apparence, jamais coiffée, myope sans ses lunettes et peu causante… Dans ses déboires, elle s’interroge, observe, écoute mais jamais ne se plaint et elle réagit plutôt en rebelle avec une magnifique force de caractère. C’est en cela, je crois, qu’elle est attachante dès les premières pages. Quelques accessoires suffisent à la caractériser : ses lunettes qui changent de couleur selon ses humeurs et son écharpe qui s’enroule autour de son cou en protectrice.

 

Thorn est sans doute le personnage le plus seul et isolé de la Citacielle. Il devient attachant lui aussi. Il n’aime pas ce monde fat plein d’apparences et semble préférer le côté direct et droit d’Ophélie. J’ai le sentiment qu’il s’émancipe de sa tante mais ne cache-t-il pas son jeu finalement ? Ce sera un des enjeux du tome 2 de le découvrir !

 

L'auteur a su créer un monde imaginaire totalement abstrait et pourtant totalement crédible. Elle nous replonge dans le monde de l’enfance où tout semble possible du moment qu’on l’imagine. On adhère pleinement à cet univers tout en surprises et nouveautés, se laissant emporter par cette histoire dense et passionnante. Un livre qui se savoure !

Mai 2016

Mon avis :

Une héroïne originale, évoluant dans un monde singulier bien que rappelant d'autres lectures.

Si le roman de Christelle Dabos est très riche tant au niveau des personnages que de l'intrigue, il m'a néanmoins évoqué différents romans déjà lus. Ainsi, la première partie au musée des "objets à haute valeur historique" m'a fait penser à La malédiction Grimm. Avec le départ forcé d'Ophélie pour le Pôle, c'est Les royaumes du Nord qui m'est venu à l'esprit. La lignée d'Artemis l'immortelle nous plonge en pleine mythologie tandis que l'histoire des arches et des alliances a un côté science-fiction. Ensuite, Ophélie est parachutée à la Citacielle comme Alice au pays des merveilles : elle fait de nombreuses rencontres, traverse de multiples lieux, sans que la situation ne s'éclaircisse pour autant. Ajoutez à cela un Thorn qui passe son temps à consulter sa montre gousset... comme le lapin blanc ! Enfin, la cour du Clairdelune chez Archibald ressemble beaucoup aux manigances et autres rumeurs de celle de Versailles.

Rien de vraiment neuf donc, dans ce roman, mais l'auteur a l'art de mixer judicieusement tous ces éléments pour nous offrir une intrigue de qualité, riche en mystère et sans aucun temps mort. Et surtout, Ophélie la maladroite, sans charme voire insignifiante, est paradoxalement une anti-héroïne attachante. On se doute bien sûr que sous l'épaisseur de son écharpe informe se cache une adolescente hors du commun qui saura dégeler son ours de fiancé et déjouer les pièges jetés sur sa route. 

C'est avec plaisir que je me plongerai dans le tome 2 !

Août 2016

La passe-miroir tome 2 : Les Disparus du Clairdelune

Parfois, Ophélie se demandait pourquoi elle était la seule enfant de la famille à avoir été affublée d’une si petite poussée de croissance, d’une vue de taupe et de cheveux impossibles, à croire vraiment que dame Nature l’avait prise en grippe.

Gallimard jeunesse, 2015, 560 p.
Gallimard jeunesse, 2015, 560 p.

Fraîchement promue vice-conteuse, Ophélie découvre à ses dépens les haines et les complots qui couvent sous les plafonds dorés de la Citacielle. Dans cette situation toujours plus périlleuse, peut-elle seulement compter sur Thorn, son austère et énigmatique fiancé ? Les relations avec lui restent tendues et complexes. Ophélie reçoit d'ailleurs des menaces anonymes lui enjoignant de renoncer à son mariage !

 

Et que signifient les mystérieuses disparitions de personnalités influentes à la cour ? Sont-elles liées aux secrets qui entourent l’esprit de famille Farouk et son Livre ? Voilà la jeune fille propulsée au cœur de l'enquête dans la Citacielle: on compte sur ses dons de "liseuse" pour remonter la piste...

L'avis de Catherine :

Ce tome 2 est à la hauteur du premier tant l’imagination et la création de l’auteure sont fascinantes !

On reprend l’histoire là où elle s’était interrompue : l’entrée tant attendue d’Ophélie à la Cour ! Nous allons de surprises en surprises, de nouvelles créations venant enrichir ce monde déjà bien étrange et particulier ! Aucun détail n’est donné au hasard, tout prend sens à un moment ou un autre du récit, et particulièrement vers la fin quand les morceaux du puzzle commencent à s’assembler. Ce récit est d’une redoutable construction !

 

Le personnage d'Ophélie est toujours aussi proche de nous, continuant de nous faire partager le fil de ses pensées ainsi que ses actions. Elle n’a décidément vraiment rien d’une héroïne, de plus en plus mal habillée, décoiffée, blessée… et va de catastrophe en catastrophe. Mais qui est-elle finalement ? 

Thorn est également de plus en plus touchant, tellement seul et solitaire, ne parvenant à donner sa confiance à personne. Nous sentons qu’il a beaucoup à nous apprendre. Mais que cache-t-il au plus profond de son être ? Une douleur indicible? Un secret terrifiant ? Ou bien n’est-il qu’un simple intriguant égoïste ?

 

Le mariage que tant de personnes redoutent entre Ophélie et Thorn aura-t-il lieu ? La lecture du Livre de Farouk sera-t-elle possible et fructueuse ? Et puis tous ces disparus… Vont-ils réapparaître ? Par quelle malice ?

Comme le premier, ce tome 2 se savoure ! Le lecteur se délecte à la découverte de ce monde composé d’arches familiales où chacun possède un pouvoir magique. Un immense bravo à Christelle Dabos pour son écriture ciselée !

Mai 2016

Mon avis :

Un deuxième tome sans aucun temps mort qui tient en haleine jusqu'à la dernière ligne ! L'intrigue y est riche en manigances et secrets, en hypocrisies et traîtrises, et les retournements de situation s'enchaînent, rendant l'histoire totalement imprévisible : "La vie au Pôle était ainsi : où qu'on allât, quoi qu'on fît, le danger faisait partie du quotidien". L'affaire des disparitions à la Citacielle, objet d'une enquête, apporte une touche de suspense à l'ensemble. Les personnages, bien campés, ont des personnalités fortes qui font qu'on les identifie immédiatement malgré leur nombre. Thorn se dévoile progressivement, révélant une intelligence hors norme, ainsi que des sentiments jusque là insoupçonnables : "Cet homme était un parfait misanthrope, mais il pensait tout en plus vaste, en plus profond que les autres, bien au-delà de ses intérêts personnels". Mais c'est notre héroïne qui reste la plus impressionnante : plus forte que ne le laisse supposer son physique chétif et maladroit, elle est "anticonformiste et entreprenante", tenant tête à ses détracteurs et même au puissant Farouk : "Vous m'inspirez une certaine curiosité, fiancée de Thorn".

Une lecture addictive dont on aurait tort de se passer !

Septembre 2016

La passe-miroir tome 3 : La mémoire de Babel

- La paix n'est qu'une vue de l'esprit. Il y a et il y aura toujours des conflits, quel que soit le visage qu'ils revêtent.

Gallimard jeunesse, 2017, 496 p.
Gallimard jeunesse, 2017, 496 p.

 

Deux ans et sept mois qu’Ophélie se morfond sur son arche d’Anima. Aujourd’hui il lui faut agir, exploiter ce qu’elle a appris à la lecture du Livre de Farouk et les bribes d’informations divulguées par Dieu.

 

Sous une fausse identité, Ophélie rejoint Babel, arche cosmopolite et joyau de modernité. Ses talents de liseuse suffiront-ils à déjouer les pièges d’adversaires toujours plus redoutables ? A-t-elle la moindre chance de retrouver la trace de Thorn ?

L'avis de Catherine :

L’attente en valait la peine, voici un tome 3 savoureux comme un bon gâteau qu’on mange doucement, qu’on déguste pour en connaître chaque saveur !

Et des ingrédients il y en a à foison ! L’aventure repart de plus belle dès les premières pages pour ne plus s’arrêter. L’inventivité et la créativité de Christelle Dabos sont impressionnantes une fois de plus, au service d’une intrigue complexe et palpitante. Plusieurs fois j’ai cru que le dénouement arrivait puis on repartait dans un méli-mélo de complications ! La lecture est d’ailleurs exigeante car il faut sans cesse imaginer ce monde fantastique et imaginaire dont les détails précis abondent afin de gagner en crédibilité. Mais quel plaisir de lecture !

 

On retrouve Ophélie toujours aussi maladroite, décoiffée, emplie de doutes et de questions, mais riche de ses expériences précédentes. Elle va encore beaucoup changer au fil des pages et se découvrir elle-même car elle va être longtemps seule et isolée.

Les livres sont au centre de l’intrigue et de l’arche de Babel qui renferme dans son Mémorial la mémoire du Monde. Dans cette immense bibliothèque, la tâche est rude pour retrouver un livre en particulier où serait la vérité. D’autant que le danger est permanent et camouflé. Babel est un monde surveillé, dictatorial au possible où la plupart des gens vivent en pleine solitude (Wolf, Blasio, Ambroise). Ophélie va-t-elle pouvoir s’intégrer incognito sur cette arche et mener à bien ses recherches (contrer Dieu et retrouver Thorn) ? Son pouvoir de liseuse lui sera-t-il profitable ? Trouvera-t-elle des réponses à ses multiples questions, et aux nôtres ?

 

Ce livre 3 s’achève sur un commencement : le début du livre 4 en préparation, annoncé comme le dernier de la série. Une autre attente mais si c’est pour être à la hauteur de celui-ci j’en redemande !

Août 2017

Mon avis :

L'univers est toujours aussi original mais l'intrigue traîne et les personnages secondaires auxquels on s'était attachés en sont exclus la plupart du temps. Il en résulte un récit plutôt lent et morose...

L'arche de Babel est "un singulier assortiment de distinction antique et de technologie moderne". Cependant il y règne "une bien-pensance, des tabous et d'innombrables règles de bonne conduite" qui font de son peuple des individus excessivement dociles, ternes et... délateurs ("L'honnêteté est un devoir civique à Babel."). Ceux qui croisent la route d'Ophélie ont, comme d'habitude, une personnalité bien ancrée, mais on regrette de ne plus voir à ses côtés la tante Roseline, Archibald ou encore Berenilde. Quelques rares chapitres intercalés nous font adopter le point de vue de la petite fille que celle-ci a eu avec Farouk, Victoire, fascinante blondinette qui ne parle ni ne marche, mais est capable de "voyager" en dehors de son corps...

 

Quand Ophélie retrouve enfin Thorn, il se montre "si près et si inaccessible" que "un fossé s'était creusé entre eux". Son retour dans l'histoire a au moins le mérite de déclencher quelques révélations. Cependant la jeune fille est toujours si gourde, elle accumule tant d'humiliations sans réagir, de sentiments sans oser les exprimer, qu'elle en devient agaçante. C'est comme si "toutes les épreuves qu'elle avait traversées au Pôle, loin de l'endurcir, l'avaient rendue plus fragile."

Ainsi, autant j'avais apprécié les précédents tomes, autant j'ai eu du mal à accrocher à celui-ci...

Août 2018


Retrouvez Takalirsa sur Facebook, Twitter, Babelio !

sélection à destination des 6e
sélection à destination des 6e
Anaïs vous conseille
Anaïs vous conseille
autobiographie
autobiographie