Journal d'une peste tome 1 : Moi ? Un ange !

de Virginy L. SAM et Marie-Anne ABESDRIS (ill.)

La Martinière jeunesse, 2015, 268 p.
La Martinière jeunesse, 2015, 268 p.

Si, toi aussi, tu penses que :

- Le monde est NUL si on fait tout pour être parfait.

- Etre soi-même, c'est oser ne PAS faire forcément comme tout le monde.

- Si être soi-même, c'est être différent, il FAUT oser être différent.

Alors BIENVENUE dans la Confrérie des Pestes.

 

Je m'engage :

- à toujours dire et assumer ce que je pense VRAIMENT sur les choses et les gens (même si c'est pas joli-joli).

- à assumer mon statut de PESTE au sein de ma famille, de ma classe, et de tous les groupes de personnes que je fréquente.

 

En tant que présidente de la Confrérie des Pestes, je me charge de donner des idées et des astuces à mes adhérentes pour perfectionner leur technique de peste. Bonne lecture à toi !

L'avis d'Anaïs, 11 ans :

J'ai beaucoup aimé ce livre avec tous ses dessins et ses gribouillis, même s'il y en a un peu dans tous les sens et qu'on ne sait pas toujours dans quel ordre lire. Fannette a une sacrée personnalité et n'a pas sa langue dans sa poche ! Elle en fait voir de toutes les couleurs à ses parents, surtout à sa mère. Elle n'aime pas trop sa famille : ses parents lui font tout le temps des reproches et elle a l'impression qu'ils sont plus indulgents avec sa petite sœur Eva. La seule exception, c'est son pépé Gaston qu'elle adore : avec lui, "je peux parler absolument de tout, il me comprend toujours". Et puis il adore faire des blagues avec elle dans sa maison de retraite (comme mettre des asticots dans les carafes d'eau !). Il y aussi Charly, son meilleur ami avec qui elle est très complice. Certains épisodes sont très drôles, comme celui de la photo de classe. J'ai bien aimé également les parties de "tache-tache" avec Eva. En fait, Fannette est parfois agaçante, parfois attendrissante. Souvent elle exagère quand elle décrit les situations, et d'autres fois elle le reconnaît, par exemple quand elle dit qu'elle veut "partir vivre dans une autre famille - attention cependant de ne pas te retrouver dans une famille pire !" : c'est vrai que parfois les enfants se plaignent alors que ça pourrait être pire ! Il y a une page aussi où Fannette fait la liste des belles choses qui lui sont arrivées (oui il y en a quand même !), mais elle ne peut s'empêcher de terminer par des points négatifs. Elle est vraiment terrible !

Août 2016

Journal d'une peste 2 : Amoureuse, moi ? Jamais !

La Martinière jeunesse, 2015, 270 p.
La Martinière jeunesse, 2015, 270 p.

Noël, ce n'est pas le moment de l'année que préfère Fannette. Déjà parce que personne, dans sa famille, n'est capable de lui offrir un cadeau digne de ce nom...

 

Ensuite, parce que c'est la période des bulletins scolaires. Et, trop concentrée à devenir la peste des pestes, Fannette n'a pas vraiment assuré, côté notes...

 

Les choses pourraient s'arranger avec le Nouvel An: Fannette est invitée à une fête avec le beau Théo. Sauf que... Fannette doit aussi emmener sa petite sœur Eva avec elle ! Une chance que Fannette soit diplômée de pestologie : elle trouvera bien un stratagème pour se sortir de ces mauvais pas !

L'avis d'Anaïs :

J'ai trouvé ce livre très bien, très rigolo comme d'habitude ! Ce tome parle souvent et presque uniquement de Théo  alors parfois c'est un peu pénible. Mais il parle quand même de tous les malheurs de Fannette chez elle comme à l'école, notamment avec Mme Turan ("tyran"). J'ai beaucoup aimé ce livre !

Septembre 2016

Journal d'une peste 3 : Bonjour l'ambiance !

De la Martinière, 2016, 253 p.
De la Martinière, 2016, 253 p.

 

Fannette a attrapé des poux le jour de son rendez-vous avec le beau Théo ? Tant pis.

 

Mais Kevin, qui ne la lâche pas d'une semelle, risque de tout faire rater ! 

 

Fannette, diplômée de Pestologie, ne le laissera pas faire. Personne ne gâchera sa nouvelle idylle...

L'avis d'Anaïs :

Comme dans les tomes précédents, Fannette nous fait beaucoup rire avec ses malheurs ! L'exposé avec Kevin son pire ennemi, la manifestation de sa mère contre la nourriture à la cantine, Théo qui embrasse une autre fille... Que des événements inattendus qui nous prennent par surprise ! Et puis petite nouveauté : on découvre un autre aspect du caractère de Fannette, plus sensible, lorsque, après avoir fait la tête à sa mère pendant deux mois, elle reconnaît que cela lui a manqué de ne plus lui parler ni de lui faire de câlins... Comme quoi, il n'y a pas que Pépé Gaston qu'elle aime, comme elle le répète tout le temps ! Par contre, elle parle rarement de son père et se montre toujours aussi jalouse de sa petite sœur.

C'est un livre qui se lit vite et qui fait passer un bon moment !

Décembre 2016

Journal d'une peste tome 4 : Y'a pas de hasard...

J'ai décidé de passer du MODE PLEUREUSE au MODE GUERRIÈRE.

De la Martinière, 2017, 285 p.
De la Martinière, 2017, 285 p.

 

Fannette a encore un programme très chargé :

 

- aider Charly à espionner sa mère,

- se venger de Mme Turan qui traumatise ses élèves,

- semer la pagaille à la maison de retraite de pépé Gaston,

- conquérir le cœur du beau Théo Ulmer…

 

Sera-t-elle à la hauteur de son titre de reine des pestes ?

 

Texte : 4e de couverture

Mon avis :

Revoilà Fannette en pleine forme, avec ses délires entre humour et imagination !

Dès la première scène (son père déclenche le détecteur de fumée avec le grille-pain), on ne peut s'empêcher de sourire devant cet art de tourner en dérision les situations du quotidien. Et les épisodes s'enchaînent ainsi, depuis la filature (déguisée !) de la mère de Charly jusqu'aux farces de Pépé Gaston à la maison de retraite (mes préférées !), entrecoupées de conseils ou de portraits incisifs : Kevin et son ethnochampignologie ("science axée sur la recherche des points communs entre l'homme et le champignon" !), les profs et leur branche maniaco-parlotophile ("qualifie un individu qui saoule son entourage avec sa parlote incessante") ou encore : "comment se débarrasser d'un suppositoire ?" Il n'y a pas vraiment d'histoire dans ce tome 4, on passe d'un sujet à l'autre sans transition, mais les dessins sont si savoureux, la mise en page si dynamique, l'ensemble dégage une telle bonne humeur, que l'on ne peut qu'adhérer ! Fannette ne se voit pas du tout devenir adulte ("Déjà que l'adolescence, c'est compliqué à gérer alors, l'étape d'après, franchement, ça me branche moyen"), préférant "rester soi-même - UNE PESTE !!! - jusqu'à son dernier souffle", et cela nous convient très bien ! On a hâte de la retrouver dans le volume suivant, consacré aux vacances d'été dans une ferme à la montagne : Fannette qui fait du camping, ça promet !

Avril 2017

Retrouvez Takalirsa sur Facebook, Twitter, Babelio !

Michaël vous conseille
Michaël vous conseille
roman adulte
roman adulte