Et ta vie m'appartiendra

roman de Gaël AYMON

Vivre gouverné par ses désirs n'est pas vivre mais les étouffer n'est pas mieux non plus.

Nathan, 2020, 328 p. (Thriller)
Nathan, 2020, 328 p. (Thriller)

 

A la mort de sa grand-mère, Irina reçoit un étrange héritage : une peau, sorte de talisman censé exaucer tous ses désirs.

Sans y croire, la jeune fille demande à devenir riche, ainsi que la dévotion absolue d'Halima, sa seule amie. Et ses souhaits se réalisent.

 

Pourtant, cette existence de rêve se transforme vite en cauchemar. Car un ennemi rôde, prêt à s'emparer de son talisman, par tous les moyens. Et à chaque vœu formulé, la peau aspire peu à peu la vie d'Irina, la tuant à petit feu...

 

(4e de couverture)

L'avis d'Anaïs, 15 ans :

Cette histoire est inspirée de La peau de chagrin de Balzac que je ne connaissais pas et que je suis contente de découvrir (l'auteur y fait de nombreuses références). Avec cette peau qui exauce les vœux, il y a toute une réflexion sur ce qui est le plus important pour soi. Pour l'héroïne comme pour la plupart des gens, les "plus grands désirs" se résument à l'argent, le pouvoir, l'amour (ou plus précisément, être aimé), autrement dit des choses très personnelles, très égoïstes. La peau rétrécit plus ou moins en fonction du souhait demandé et certains ne peuvent pas être réalisés, comme ramener une personne morte à la vie.

 

On comprend peu à peu la manipulation derrière le pacte: la peau réagit en fonction des pensées et des choix d'Irina, et on ne peut pas s'en débarrasser... On suit également Halima, sa meilleure amie dont elle a demandé "la dévotion absolue", et cela nous apporte des informations complémentaires. On se pose beaucoup de questions sur cette peau car il se déroule de nombreux événements étranges autour d'elle. Il y a notamment des personnes à sa recherche qui suivent Irina et celle-ci ne peut faire confiance à personne...

 

Au bout du compte, la peau ne rendra pas la jeune fille plus heureuse. Quand les vœux sont exaucés, il y a souvent une perte par ailleurs. Et puis Irina finit par ne plus savoir quoi demander: à 19 ans, elle a déjà tout ce qu'elle désire! De plus, avec la disparition de la peau, elle va mourir... Elle s'aperçoit au final qu'elle est passée à côté de certaines choses importantes, à côté des vraies valeurs de la vie... car la richesse ne fait pas tout!

Mars 2021

du même auteur
du même auteur
du même auteur
du même auteur

Retrouvez Takalirsa sur Facebook, Twitter, Babelio, Instagram, Youtube !

relations mère-enfant/ado
relations mère-enfant/ado
roman adulte
roman adulte