Diabolo fraise

roman de Sabrina BENSALAH

- Avoir des sœurs est une de mes grandes forces alors que, bêtement, j'ai souvent envié les enfants uniques.

Sarbacane, 2019, 280 p. (X'prime)
Sarbacane, 2019, 280 p. (X'prime)

 

Elles sont quatre sœurs, âgées de 11 à 17 ans.

Antonia, l'aînée, découvre qu'elle est enceinte. Difficile réalité qu'il faut annoncer à Farès, son petit ami.

Marieke, elle, sent son ventre papillonner. Elle rencontre Basile, flirte, explore le plaisir de l'amour...

Jolène est un cas a part. Son Graal, son rêve : avoir enfin ses premières règles, celles qui la feront femme « comme les autres » !

Quant à Judy, la benjamine, elle louvoie parmi ses frangines et trouve en sa famille un refuge... qui lui sera d'un grand secours pour son entrée chaotique en sixième.

 

(4e de couverture)

Mon avis :

Ce que j'ai aimé dans la famille Martin, c'est que les sœurs sont suffisamment proches pour tout se dire sans complexe, et que les parents, très ouverts, sont à leur écoute. Ainsi le roman aborde toutes les questions que l'on peut se poser à l'adolescence sans langue de bois, et sans vulgarité non plus.

La perception de soi, de son corps, le désir et la sexualité, les sentiments: c'est tout ça qui tracasse les quatre filles dont la plus jeune entre en 6e et les trois autres sont au lycée. Chacune à son rythme fait ses expériences, premières règles, premier rapport sexuel, premier (chagrin d')amour et... premier bébé. Pas simple de devenir une mère quand on est à peine devenue femme! Pas simple non plus de devenir mamie quand on ne s'y attendait pas de sitôt... Pour Judy, qui a encore la naïveté de l'enfance et dont j'ai aimé la fraîcheur, c'est une entrée brutale dans l'adolescence avec tout ce que cela englobe: "Dans cette puberté, il n'y a pas que le corps qui se prépare à devenir celui d'une femme; il y a aussi ta réflexion, ta vision du monde, tes émotions, ta sensibilité". Ainsi, il y a une belle réflexion sur le passage à chaque étape de la vie.

 

Il y a également une réflexion sur ce que peut apporter la fratrie dans ces moments-là, et même au quotidien. Si la petite Judy a "l'angoisse de ne pas être à la hauteur de ses sœurs", si Jolène "l'étrange énergumène" jalouse la beauté de la sublime Marieke, il existe entre elles toutes une émulation constante qui les aide à avancer individuellement ("Aurait-elle été la même sans Marieke? Aurait-elle été loufoque, décalée, si sa sœur n'avait pas été aussi jolie? Aurait-elle eu ce même caractère insoumis? Cette même force de réflexion?").

Certes il peut être difficile de trouver sa place dans la famille ("Elle avait voulu singer sa sœur. En oubliant d'être elle-même"), mais chacune des filles représente pour les autres "des soleils qui gravitent autour de sa vie". Certes "un jour, sa famille s'éparpillera. Chacune quelque part, avec sa propre vie". Mais nul doute que les quatre sœurs seront toujours là les unes pour les autres.

Patricia Deschamps, avril 2021


Retrouvez Takalirsa sur Facebook, Twitter, Babelio, Instagram, Youtube !

Voir le lauréat
Voir le lauréat

~ Lire et relire ~

nouvelles
nouvelles