Dans les yeux de Lya

BD de Bénédicte CARBONEILL (scénario) et Justine CUNHA (dessin)

1. En quête de vérité

Dupuis, 2019, 64 p.
Dupuis, 2019, 64 p.

A la veille de ses 17 ans, Lya se fait renverser par un chauffard qui prend la fuite, la laissant pour morte. Elle survivra mais devra rester en fauteuil roulant toute sa vie.

 

Quatre années plus tard, elle termine son DUT Carrières juridiques et décroche un stage dans le cabinet d'avocats le plus prestigieux de la ville, celui du célèbre et médiatique maître Martin de Villegan.

 

Son stage n'a pas été choisi par hasard : c'est ce même cabinet qui a réglé son cas des années auparavant... et acheté ses parents pour éviter des poursuites juridiques. Bien décidée à retrouver celui qui l'a renversée et à lui faire payer, elle va se mettre en quête du dossier

(4e de couverture)

L'avis d'Anaïs, 14 ans :

Mon avis :

Beaucoup de suspense dans cette enquête de la jeune Lya déterminée à retrouver le chauffard à l'origine de sa paraplégie. Cette obsession détermine chacune de ses décisions (y compris le choix de ses études), et sa souffrance est touchante. J'ai trouvé particulièrement poignante la scène du cauchemar où elle revit l'accident... Et en même temps c'est "une fille pleine de ressources" que sa paralysie partielle n'empêche pas d'avancer.

 

Lya cherche donc son dossier personnel au sein du cabinet d'avocats, aidée par son meilleur ami Antoine qu'elle embarque dans des situations pas possibles. La tension augmente dès lors que la jeune femme de l'accueil, Adèle, se met à avoir des soupçons... Peu à peu, Lya découvre que maître de Villegan est "un plein de fric qui croit qu'il peut acheter les gens" et que ses clients, appartenant au "gratin de la ville", "sont tous des pourris". Le personnage, dans ses rares apparitions, fait l'effet d'un homme méprisant et autoritaire, voire esclavagiste avec son propre stagiaire. Mais est-ce que pour autant "tout est magouille, mafia, pognon et compagnie", comme l'affirme Adèle?

 

Le graphisme fait aussi pour beaucoup dans cette BD policière. Le dessin est très lumineux, un brin photographique avec ses flous et ses couleurs tranchées. J'ai juste eu du mal parfois à suivre l'ordre des phylactères dans les conversations à bâtons rompus. L'album se termine en pleine expectative ("la vérité est là!") et il va être difficile d'attendre la suite!

Patricia Deschamps, août 2019

du même auteur
du même auteur

2. Sur les traces du coupable

Dupuis, 2020, 64 p.
Dupuis, 2020, 64 p.

 

Lya tient dans ses mains le dossier subtilisé dans le bureau de maître Martin de Villegan. Mais il faut faire vite, le remettre en place dès que possible. Fébrile, elle prend des photos pour le lire au calme chez elle.

 

Mais le soir-même, c'est la déception : il n'y a pas le nom du chauffard, seulement celui de l'organisme qui a viré l'argent à ses parents, PLB Négo. Qu'à cela ne tienne, Antoine lance une recherche sur internet pour en savoir plus.

Mon avis :

Un deuxième tome moins prenant que le premier. L'enquête piétine beaucoup dans un pseudo suspense (dans la scène d'ouverture par exemple, il faut cinq planches à Lya pour réussir à prendre des photos du dossier de l'affaire tant elle est stressée...) et les indices sont livrés au compte-goutte. D'ailleurs à la fin de l'album, les trois héros ne seront guère avancés. Le graphisme s'en ressent, les scènes sont très statiques avec beaucoup de discussions dans lesquelles les personnages sont figés. Seuls les épisodes de filature se démarquent un peu. Malgré tout l'ensemble reste agréable à suivre et on attend la résolution du mystère (?) dans le prochain volume.

 

Patricia Deschamps, mars 2020

Retrouvez Takalirsa sur Facebook, Twitter, Babelio, Instagram !

Le podium de mars
Le podium de mars

★ Lire et relire ★

100 ans de Boris Vian
100 ans de Boris Vian
roman adulte sur l'autisme
roman adulte sur l'autisme