Chronologie de l'histoire de la philosophie

Collectif

Ne tenir pour vrai que ce que l'on connaît avec évidence : telle est la première des quatre règles que Descartes énonce dans son "Discours de la méthode". La principale source d'erreur est notre "précipitation" à juger, sans examiner ce qui se présente à notre esprit, et le travail le plus difficile consiste à se débarrasser des nombreux préjugés qui nous poussent à croire vrai ce que nous ne connaissons ni clairement ni distinctement. Il s'agit donc d'apprendre à "conduire sa raison", à faire un bon usage de notre capacité commune à distinguer le vrai et le faux.

Hatier, 2016, 384 p. (Bescherelle)
Hatier, 2016, 384 p. (Bescherelle)

 

130 dates emblématiques en six parties correspondant aux grands courants philosophiques et aux grandes périodes historiques, des origines au XXIe siècle.

 

Chaque date donne lieu au récit d'un événement :

- un moment clé de la vie d'un philosophe ;

- l'introduction d'une notion ;

- les circonstances de la publication d'une oeuvre ;

- une controverse philosophique ;

- un événement historique à portée philosophique.

 

(texte : service de presse)

Mon avis :

Cet ouvrage est avant tout un livre de belle qualité : les nombreuses illustrations et le code couleur font qu'il est très agréable à parcourir. Les introductions et conclusions de parties sont concises, les frises chronologiques pertinentes et les renvois intérieurs nombreux. Les dossiers thématiques et l'index détaillé conviendront aussi bien à ceux qui cherchent une notion ou un auteur précis, qu'aux curieux qui se cultivent. En suivant le fil chronologique, on perçoit bien l'évolution de la pensée au fil des siècles, la variété des sujets de réflexion en fonction du contexte socio-historique.

feuilleter l'ouvrage sur le site de l'éditeur
feuilleter l'ouvrage sur le site de l'éditeur

Les penseurs grecs, fondateurs de la "philo-sophie", "l'aspiration à la sagesse", ont longtemps dominé la discipline. Indissociable de la science, la philosophie occidentale vise alors à expliquer la nature, le monde. En orient, la philosophie s'associe à la religion (notamment le bouddhisme) dans le but de "se délivrer du désir et donc de la souffrance". Dans l'Athènes antique de Socrate, Platon et Aristote, elle devient une activité intellectuelle, "une manière d'employer sa raison et d'argumenter", notamment dans les toutes premières écoles fondées. C'est Cicéron qui se chargera d'en traduire les fondements en latin.

 

L'arrivée du christianisme marque un tournant dans les sujets de méditation : désormais on réfléchit sur Dieu, on s'interroge sur la place de l'homme dans l'univers et sur les limites de ce dernier. Jusqu'à ce qu'un conflit éclate entre religion et raison... Rompant avec les méthodes de la scolastique ("la science de l'école"), la Renaissance amorce une révolution profonde et replace l'homme au cœur des réflexions, soutenue en cela par la science : on sait désormais que le monde est infini (Copernic, Galilée), quelle place l'homme y occupe-t-il donc ?

 

Au 18e siècle, Descartes ouvre la voie de la philosophie moderne avec le premier texte rédigé en français. Si Newton découvre la loi de la gravité universelle, il ne se prononce pas sur la nature de cette force d'attraction : la science ne prétend plus faire de la métaphysique. Le mathématicien Pascal reconnaît lui-même que "si la pensée fait la dignité de l'homme, la raison est loin de pouvoir tout démontrer". Toutes ces petites citations et anecdotes aident à mieux cerner les idées véhiculées. Celles des philosophes des Lumière, qui luttent contre l'obscurantisme et les préjugés, défendent une attitude intellectuelle basée sur la raison qui les engagera dans un combat politique dont l'emblème est l'Encyclopédie.

 

Les penseurs du 19e (Marx, Hegel, Nietzsche...) sont témoins des suites de la Révolution française, de l'épopée napoléonienne, de la révolution industrielle et de la transformation des rapports sociaux. Avec cette chronologie qui replace les événements dans leur contexte socio-historique et culturel, on comprend bien que "la succession des philosophies (...), loin de n'être que le fruit du hasard, obéit à une logique profonde". Marx et Engels qui rédigent le Manifeste du Parti communiste, Darwin exposant sa théorie de l'évolution : les informations articulées autour d'un fait présenté sur une double page permettent d'aborder l'essentiel de manière très visuelle.

 

La philosophie du XXe siècle est bien sûr marquée par les deux conflits mondiaux. Avec la Première Guerre, c'est tout un univers foisonnant et créatif (la relativité d'Einstein, la psychanalyse de Freud, la linguistique de Saussure) qui vole en éclats. Avec la Seconde émerge une figure nouvelle, celle de l'intellectuel engagé. Le couple Simone de Beauvoir / Jean-Paul Sartre qui incarnent ce modèle, fondent, dès la guerre finie, la revue politico-littéraire Les Temps modernes. Imprégnée de l’existentialisme défendu par Sartre, elle ouvre la question de la responsabilité humaine. Ainsi, l'ethnologue Lévi-Strauss replace la civilisation occidentale à égalité avec les autres - elle n'est qu'un modèle d'existence parmi d'autres - tandis qu'un nouveau statut juridique est donné aux animaux. Hans Jonas s'inquiète des ravages de la technologie : l'homme croit contrôler la nature par des moyens techniques qu'il ne contrôle pas... Avec Jean-Pierre Changeux, les neurosciences s'immiscent dans la démarche philosophique et psychologique. D'ailleurs Ricoeur s'interroge : comment écrire l'histoire, sachant que la mémoire peut être "empêchée" par un traumatisme, "manipulée" ou encore "obligée" ?

On le voit à travers ce panorama très complet : la réflexion humaine sur sa condition et ses relations à son environnement est particulièrement riche. Cet ouvrage nous en donne une vision globale et cohérente, apportant les clés essentielles de notions qui pourront, pour qui le souhaite, être approfondies par ailleurs.

Février 2018


Retrouvez Takalirsa sur Facebook, Twitter, Babelio !

Anaïs vous conseille
Anaïs vous conseille
livre adulte
livre adulte