Captive : les nuits de Shéhérazade

de Renee AHDIEH

Shéhérazade est une force de la nature, elle est capable de changer le cours du destin.

Hachette Romans, 2015, 425 p.
Hachette Romans, 2015, 425 p.

Chaque soir, le calife du Khorassan, Khalid Ibn al-Rashid, prend une nouvelle épouse qu'il fait mettre à mort dès l'aube. Des dizaines de jeunes femmes ont ainsi impitoyablement péri, entraînant dans le deuil leur famille éplorée.

 

Parmi elles, la meilleure amie de Shéhérazade, Shiva. C'est pour cette raison que celle-ci s'est portée volontaire pour épouser le calife : elle compte bien le tuer pour venger son amie, en trouvant son point faible. A l'extérieur, son fiancé Tariq, secondé par leur ami Rahim et le père de Shéhérazade, Jahanda, se tiennent prêts à intervenir si besoin.

 

Cependant, une fois dans le palais, Shéhérazade comprend que la situation est plus compliquée qu'il n'y paraît... Certes le calife aime les histoires qu'elle lui conte pour capter son intérêt et éviter la mort au matin, mais il cache aussi un sombre secret qui, sans excuser ces mises à mort répétées, expliquerait sa terrible lubie... Et si Khalid n'était pas le monstre qu'il semble être ?

Mon avis :

Ambiance délicieusement orientale pour ce roman qui dépoussière les Contes des mille et une nuits.

Une belle couverture et une jolie décoration de début de chapitres, associées aux descriptions des lieux, vêtements et aliments, contribuent à faire renaître sous nos yeux la flamboyante civilisation arabe. J'ai cependant eu un peu de mal à entrer dans l'histoire : j'ai trouvé le ton un brin mélodramatique, et comme les personnages sont tous présentés d'emblée, je m'emmêlais un peu dans les noms ! Si l'on se repère ensuite facilement entre les différents protagonistes dont les points de vue alternent, il faut bien admettre que le style reste "fleur bleue", car ce récit aux allures de conte vire rapidement à l'histoire sentimentale. Il n'en conserve pas moins une certaine tension auréolée de mystère qui maintient l'attention au fil des pages. Au secret du prince s'ajoutent en effet de sombres manigances politiques.

Je craignais que ce récit soit la répétition des célèbres Mille et unes nuits, mais seuls deux ou trois contes sont narrés par la belle Shéhérazade : Agib le marin, Aladdin et la lampe merveilleuse, Mehrard la Barbe-Bleue, auxquels vient se greffer un authentique tapis volant - petite touche de magie confirmée par la visite récurrente au palais d'un fakir, et des mystérieuses expériences du père de Shéhérazade autour d'un livre ancien. Si les personnages secondaires viennent judicieusement enrichir l'intrigue (comme Despina la servante grecque, ou encore Jalal le capitaine de la garde), celle-ci tourne néanmoins autour du ténébreux Khalid, "âme errante", "créature brisée", "homme déchiré par un passé cruel. Entraîné, promis, par ses actions, à un destin aussi implacable que tragique". Face à lui, "une force de la nature" : la rebelle Shéhérazade au fort caractère, "d'une totale liberté d'actes et de paroles". Un couple de choc qui tour à tour s'affronte et s'attire, dans un rapport de force passionné.

La fin, apocalyptique, relance l'action, incitant à découvrir la suite des aventures de Shéhérazade.

Avril 2016

voir d'autres adaptations de contes célèbres
voir d'autres adaptations de contes célèbres

Retrouvez Takalirsa sur Facebook, Twitter, Babelio !

Michaël vous conseille
Michaël vous conseille
roman adulte
roman adulte