Au bois dormant

de Christine FERET-FLEURY

Le Rouet. Ariane croyait tout savoir de lui. Tout ce que la presse avait rapporté, de meurtre en meurtre, la mise en scène méticuleusement construite autour des jeunes filles qu'il sacrifiait à sa folie, son souci excessif du détail, le papier crème des lettres qu'il envoyait aux familles, la rose épanouie glissée entre les doigts raidis, la piqûre à l'index gauche, les ronces coupées le parfum qui s'attardait longtemps dans les pièces où les cadavres attendaient d'être découverts.

Hachette, 2014, 352 p. (Black Moon)
Hachette, 2014, 352 p. (Black Moon)

Depuis toute petite, Ariane vit sous la surveillance étouffante de ses parents qui ne la laissent sortir que pour aller en cours. Sa vie est un paradis clos et oppressant, ponctué de perpétuels déménagements. Pourquoi ? Parce qu'un jour ses parents ont reçu une lettre du Rouet.


Le Rouet est un psychopathe qui tue les jeunes filles qu'il a sélectionnées le jour de leurs seize ans, selon un rituel parodiant La Belle au Bois dormant. Sauf qu'à la différence de l'héroïne du conte, la victime ne se réveille pas... et entraîne ses proches avec elle dans la mort.


Lorsqu'elle apprend ce terrible secret, que ses parents lui avaient caché durant toutes ces années, Ariane refuse la fatalité et s'enfuit. Mais

"On ne fuit pas le Rouet.

On va à sa rencontre."

Mon avis :

Une idée de départ alléchante, malheureusement mal desservie par le style, trop "ample" pour un thriller. Les phrases sont longues et descriptives, et du coup l'ensemble manque de tension, de rythme. De même, on ne parvient pas complètement à s'attacher aux personnages : trop de descriptions et de monologues alourdissent les portraits, et les principaux protagonistes nous laissent indifférents malgré (à cause ?) les efforts de l'auteur pour développer leur psychologie. Pourtant l'intrigue est plutôt bien construite, même si rien n'est vraiment original, et le parallèle avec le conte bien conçu : les quatre vieilles femmes qui recueillent Ariane font office de fées marraines, tandis que le jeune inspecteur a des allures de prince charmant, tout en restant un homme empreint de fêlures. Bref, je n'ai pas accroché autant que je l'aurai pensé...

Avril 2015

voir d'autres livres adaptés de contes célèbres
voir d'autres livres adaptés de contes célèbres

Retrouvez Takalirsa sur Facebook, Twitter, Babelio !

roman adulte
roman adulte