Astra, lost in space

manga de Kenta SHINOHARA (série complète en 5 volumes)

Nobi nobi, 2019, 201 p. ISBN 978-2-37349-259-0
Nobi nobi, 2019, 201 p. ISBN 978-2-37349-259-0

 

En 2063, Kanata, Aries ainsi que sept autres de leurs camarades débarquent sur une planète inconnue dans le cadre d’un voyage scolaire dans l'espace.

 

Mais ils ont à peine le temps de commencer à explorer ce nouvel univers qu’ils se voient projetés à des années-lumière de leur point de départ par une étrange sphère d’énergie !

 

Comment survivre perdus au beau milieu de l’espace? Quelle est donc cette étrange sphère qui continue de les poursuivre ?

(4e de couverture)

Mon avis :

Lire le début
Lire le début

Un groupe d'adolescents en mode survie dans l'espace.

Nous sommes en 2063 et les voyages scolaires sont organisés... sur une autre planète ! En débarquant sur McPa, les jeunes s'apprêtent à se débrouiller "en totale autonomie pendant cinq jours". Le groupe, très hétéroclite, est composé de personnalités facilement identifiables : Aries l'étourdie est une naïve rigolote, Kanata le prétentieux se pose comme leader ultra sportif, Zack fait plutôt dans le genre intello avec son QI de 200, Quitterie la capricieuse n'est "pas là pour se faire des amis" (d'ailleurs elle n'en a pas), Charce le beau gosse charme tout le monde dès qu'il prend la parole, tandis que Ulgar et Yunhua semblent plutôt solitaires et taciturnes. La bande a également la responsabilité de Funicia, la petite soeur adoptive de Quitterie. En adolescents dignes de ce nom, ils passent leur temps à se taquiner et se provoquer ("j'ai la flemme").

 

Mais ces lycéens tous différents sont également complémentaires : chacun, au fil de l'aventure, va contribuer à trouver des idées pour sortir des situations et l'entraide va peu à peu se développer entre eux. Par ailleurs, les caractères ne sont pas aussi caricaturaux qu'ils pouvaient le sembler au premier abord : dans ce premier tome, certain(e)s se dévoilent un peu plus, comme Quitterie "pas douée pour les rapports humains" du fait que ses parents ne se sont jamais occupés d'elle ("On ne m'a jamais appris à aimer"), ou encore Kanata qui cherche à se racheter suite à une excursion au dénouement dramatique. Ainsi, on plonge par touches dans le passé de chacun afin d'en apprendre un peu plus et mieux comprendre leur attitude présente.

 

L'ambiance est donc pleine de vie et l'intrigue jalonnée de péripéties. Elle se termine d'ailleurs sur une révélation donnant envie de découvrir la suite: il y aurait un traître parmi eux !

Patricia Deschamps, juin 2019


Astra, lost in space, tome 2

Nobi nobi, 2019, 242 p.
Nobi nobi, 2019, 242 p.

 

Après un premier séjour mouvementé sur Vilavurs, Aries et ses camarades se dirigent à présent vers leur deuxième étape : la planète Shummoor.

 

Alors que Kanata et Zack suspectent un membre du groupe d’avoir intentionnellement coupé les moyens de communication du vaisseau, une remarque de Funicia vient renforcer leurs soupçons. Mais un problème plus urgent s’impose à eux lorsque l’Astra menace de s’écraser !

Mon avis :

Cet excellent tome 2 vient confirmer mon engouement pour la série. Le récit démarre sur les chapeaux de roue, entre suspense et action: tandis que Kanata le capitaine se demande "si on nous avait tous intégrés exprès dans l'équipage B5 pour nous faire disparaître tout en faisant passer ça pour un accident" et observe ses camarades afin de déceler le traître, un incident technique pouvant provoquer un écrasement imminent mobilise tout le groupe. C'est l'occasion de redécouvrir les personnalités de chacun et la solidarité qui existe entre eux malgré les soupçons.

Celle-ci est avant tout initiée par Kanata et Zack qui interviennent souvent dans les altercations et la mise en place des règles communes, et Aries qui, en plus d'une mémoire photographique, est dotée d'un grand altruisme.

 

La seconde partie raconte l'exploration de la nouvelle planète par les adolescents en quête d'eau et de nourriture. Si les grouppys sont d'adorables animaux serviables et certaines plantes goûteuses, la plupart ne se conservent pas et Shummoor regorgent de champignons aux spores toxiques... En parallèle de ces problématiques de survie émergent les doutes de la jeune Yunhua qui déplore n'avoir aucune utilité au sein de l'équipage. Chacun a une fonction définie: Quitterie soigne, Luca bricole, Charce cuisine, Zack a énormément de connaissances scientifiques, Kanata est un homme d'action... mais Yunhua considère qu'elle n'a "aucun talent". La jeune fille est touchante lorsqu'elle avoue vouloir "aider elle aussi" sans savoir comment, et que l'on comprend que c'est sa mère qui lui a mis cette idée en tête et l'a toujours encouragée à "rester aussi effacée que possible".

 

Tout finira par rentrer dans l'ordre et si "Shummoor fut une expérience difficile", l'équipage est prêt à repartir vers la prochaine planète, "plus forts qu'avant".

 

Patricia Deschamps, septembre 2020

Astra, lost in space, tome 3

C'est le prix à payer en s'aventurant dans l'espace...

Nobi nobi, 2019, 233 p.
Nobi nobi, 2019, 233 p.

Après avoir frôlé la mort sur la planète Shummoor, les neuf membres de l'équipage B5 poursuivent leur périlleux voyage à travers l'espace. Le vaisseau Astra fait enfin son atterrissage sur la troisième planète de son long parcours, Arispade. Avec son abondance en eau et en nourriture, celle-ci à tout d'une station balnéaire paradisiaque et diffère bien des épreuves qu'ils ont subies jusque-là. Kanata et les autres filent pour la première fois des journées paisibles et reposantes, et même le loup solitaire Ulgar commence à s'ouvrir face à Luca. Mais leur discussion finit par révéler le lien étrange qui les unit...

Mon avis :

Pendant ce temps-là sur Terre... Le volume s'ouvre sur une scène entre les parents des lycéens "disparus", se demandant si cela vaut la peine de poursuivre les recherches... Non seulement ce prologue est pertinent, mais il apporte une nouvelle dimension au mystère en évoquant des "prélèvements d'information génétique" qui auraient un rapport avec ce qui est arrivé à l'Astra.

 

L'intrigue passe par plusieurs étapes. Tout d'abord ambiance légère sur l'île paradisiaque de la planète Arispade. L'accent est mis sur les relations amoureuses naissantes. Puis l'on passe à l'introspection ("Beaucoup d'entre nous ont des rapports compliqués avec leurs parents") avec plusieurs révélations concernant Luca, Ulgar puis Charce. Il est toujours intéressant d'en apprendre davantage sur les personnages (petit à petit, ils commencent à "former une famille") mais j'ai trouvé qu'il y avait parfois beaucoup d'explications au détriment de l'action. Heureusement celle-ci redémarre avec l'arrivée sur la quatrième planète, Icriss, pleine de nouveaux dangers...

Patricia Deschamps, septembre 2020


Astra, lost in space, tome 4

Nobi nobi, 2019, 193 p.
Nobi nobi, 2019, 193 p.

 

 

En explorant la planète Icriss, quatrième étape de leur long périple à travers l'espace, l'équipage B5 est tombé sur un vaisseau identique à l'Astra. Bien qu'en ruines, le dénommé "Ark 6" leur redonne l'espoir de pouvoir réparer le leur. Il renferme également une découverte inattendue: une capsule d'hibernation! Qui est à l'intérieur?

Mon avis :

J'ai beaucoup aimé l'ambiance de la scène d'ouverture où l'équipage découvre l'épave du Ark 6, le mystérieux message "help me" et la capsule d'hibernation. Hibernation lancée il y a douze ans et qui donne lieu à quelques flashbacks.

Ensuite le volume, comme les précédents, alterne entre exploration (avec un Charce s'extasiant devant la flore locale et un Kanata super-héros dans la tempête de neige), sentiments (la scène de déclaration amoureuse entre Zack et Quitterie est très drôle) et révélations sur les fameuses expérimentations génétiques illégales dans lesquelles sont impliqués les parents des adolescents.

 

Car c'est dans ce tome 4 que l'on découvre la véritable raison pour laquelle les jeunes héros se sont retrouvés dans l'espace. Une histoire de clonage et de transplantation de souvenirs "dans un corps plus jeune afin de garder ses talents et connaissances". L'explication est originale bien que choquante. Choqués, les adolescents le sont d'ailleurs, comprenant mieux pourquoi leurs parents ont toujours été si distants avec eux ("Ce qui nous réunit tous, c'est qu'on n'a pas été aimés par nos parents"). Quitterie et Funi découvrent le lien surprenant qui les unit. C'est l'occasion pour l'auteur de poser la question pertinente des origines de la personnalité: même avec des gènes identiques, celle-ci varie en fonction de l'éducation reçue et de l'environnement côtoyé ("Les gens que je fréquente, les expériences que je vis" font de moi qui je suis).

 

Reste à venir le 5e et dernier tome de la série avec le retour sur la planète d'origine (la Terre?) et, qui sait, la vengeance du groupe?

Patricia Deschamps, novembre 2020

Astra, lost in space, tome 5

- On a voyagé à travers l'espace, plus rien ne peut nous effrayer à présent.

Nobi nobi, 2019, 277 p.
Nobi nobi, 2019, 277 p.

 

Alors que les dix camarades se dirigent vers la cinquième et dernière étape de leur périple, Zack parvient à localiser leur planète mère. Cependant, les réjouissances sont vite interrompues par la confusion de Polina : elle découvre avec surprise que les lycéens ne viendraient pas de la Terre, mais de la planète Astra ! De nombreuses questions sont alors soulevées : pourquoi l’équipage B5 n’a-t-il jamais entendu parler de la Terre ? Pour quelle mission Polina était-elle à bord de l’Ark 6 ?

 

(4e de couverture)

Mon avis :

Je l'ai trouvée un peu longue à se terminer, cette série, avec son 5e et ultime gros volume... Le début s'étend sur le décalage de connaissances entre Polina qui vient de la Terre et les lycéens qui viennent de la planète Astra, au final "terre d'accueil des Terriens émigrés" suite à une (pseudo) troisième guerre mondiale. Les explications sur les éléments historiques falsifiés seront données plus loin mais laissent malgré tout un sentiment de confusion ("C'est bien compliqué tout ça"). En fait l'intrigue a de nombreuses ramifications et je m'y suis un peu perdue!

 

Entre temps le jeune équipage découvre (brièvement, pour le coup) la dernière planète, Galem la scintillante... et se pose à nouveau la question du traître assassin. Un piège astucieux va permettre de démasquer enfin celui-ci à l'issue d'un bon suspense! Cependant son histoire, racontée via des flashbacks, fait comprendre qu'il n'était qu'un clone manipulé... et renforcera les adolescents dans leur volonté de mettre à jour tous les secrets une fois rentrés ("En tant que clones, nous avons nous aussi des droits et ceux qui nous ont crées vont en payer le prix").

 

Le retour est géré de manière efficace par l'auteur qui ne s'attarde pas plus qu'il ne faut sur les conséquences des révélations de l'équipage, et nous fait le plaisir de se projeter sept ans plus tard: on voit ainsi que l'amitié indéfectible entre les lycéens a véritablement été "une expérience irremplaçable même si on en a bavé" qui leur a permis de nouer des liens forts et durables. La conclusion est un peu idyllique, mais belle.

Patricia Deschamps, janvier 2021

Retrouvez Takalirsa sur Facebook, Twitter, Babelio, Instagram, Youtube !

sélection thématique
sélection thématique

- Adulte -

bande dessinée
bande dessinée

- Lire et relire -